Quand l’antiracisme se met au diapason des Frères musulmans

Scroll down to content

FRÈRES SANS FRONTIÈRES 5/5. Les associations antiracistes qui dialoguent avec les institutions européennes sont poreuses aux discours des Frères musulmans.

Par Clément Pétreault. Publié le 28/01/2022 LE POINT

S’il est une bataille culturelle que les Frères musulmans semblent avoir gagnée, « c’est celle qui consistait à imposer la question de l’islamophobie au cœur des institutions européennes », constate Samir Amghar, sociologue spécialiste de la confrérie. « Ils ont changé de registre après avoir compris que le discours religieux ne passait pas dans un espace sécularisé », explique-t-il. Toujours d’après le sociologue, cette métamorphose du discours s’est accompagnée d’une exacerbation du « discours victimaire » et d’une propension à l’exagération – opportunément renforcée par les rapports dramatisant la situation des musulmans en Europe (voir épisode 4) –, permettant aux entrepreneurs identitaires fréristes d’affirmer qu’ils seraient « persécutés comme l’étaient les juifs dans les années 1930 ».

Dans ce dispositif militant, certaines associations antiracistes jouent un jeu parfois très ambigu. C’est le cas d’Enar, pour European Network Against Racism (Réseau européen contre le racisme), qui fédère des associations antiracistes ayant pignon sur rue, comme des organisations proches de la confrérie et essentiellement préoccupées par la question du voile. On y trouvait aussi le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI) avant leur dissolution en France par décret ministériel.

« Frères sans frontières »
L’Union européenne aime-t-elle trop les Frères musulmans ?
La galaxie européenne des Frères musulmans
Malaise à la Commission européenne
Les manipulations de la Turquie
Quand l’antiracisme joue la partition des Frères musulmans

Depuis 2007, les instances européennes ont alloué 7,32 millions d’euros à Enar, qui se révèle de plus en plus poreuse aux thèmes portés par les Frères musulmans et devient une caisse de résonance d’un discours très hostile à la France. Le 19 octobre 2020, soit trois jours après l’assassinat de Samuel Paty par un terroriste islamiste, l’association a publié un communiqué rassemblant les signatures de « 70 organisations de la société civile et universitaire » exprimant leur soutien au Collectif contre l’islamophobie en France, dont la dissolution venait d’être annoncée par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Les signataires ont appelé à « la solidarité internationale contre cette manifestation de racisme structurel ciblant les civils », avant de se livrer à l’apologie du CCIF – structure qui considérait pourtant que l’expulsion d’imams prêchant la haine constituait des actes « islamophobes ».

À LIRE AUSSICes femmes qui défient les islamistes

Défense des droits de l’homme

« Le CCIF mène d’importantes recherches pour découvrir la réalité du racisme anti-musulman en France. Son professionnalisme et son expertise ont été reconnus par les institutions européennes et internationales », explique le communiqué, qui fait mention de sa coopération avec les institutions pour défendre la légitimité de l’association dissoute. Le communiqué évoque par ailleurs la loi séparatisme en usant de la grille argumentative typiquement frériste : « un projet de loi qui stigmatise et cible les communautés musulmanes françaises ».

Le texte est ratifié par des universitaires impliqués dans le mouvement décolonial français, ainsi que des associations qui n’ont jamais hésité à reprendre des éléments de langage – quand ce n’est pas directement des membres de la confrérie, comme Coexister, la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (dissoute), Étudiants musulmans de France ou le Forum des organisations européennes musulmanes de jeunes et d’étudiants (Femyso, voir épisode 2).

Chasse aux sorcières islamophobe

Le 30 novembre, une nouvelle pétition est publiée sur le site d’Enar, en soutien cette fois au Femyso, sous le titre « Chasse aux sorcières islamophobe en France : 34 organisations appellent les dirigeants européens à prendre position ». Le communiqué s’en prend à la cible favorite des Frères musulmans en Europe : la France. En récusant la campagne pro-voile du Conseil de l’Europe, la France se serait livrée à « une chasse aux sorcières islamophobe à grande échelle en ciblant les communautés et les organisations racialisées en Europe ». « Au cours des derniers mois, le gouvernement français a lancé d’innombrables procédures administratives pour fermer des organisations dirigées par des musulmans. […] Malgré une absence totale de preuves ou de procédure judiciaire, il l’a fait en revendiquant des affiliations aux Frères musulmans. »

Ces affiliations sont qualifiées de « théories du complot » pour « justifier des actions antidémocratiques sans preuve ». Parmi les signataires, une fois de plus, des organisations connues pour leur proximité avec la galaxie frériste, comme Alliance citoyenne (l’association qui organise des baignades en burkini à Grenoble), le Collectif contre l’islamophobie en Europe (reconstitué en Collectif contre l’islamophobie en Europe du côté belge après sa dissolution), Lallab (association féministe française pro-voile) et, plus irritant, Cage, une association de « défense des droits des musulmans » installée à Londres, qui s’était illustrée en prenant notamment la défense de « Jihadi John » (aussi surnommé « le bourreau de Daech »), un Anglais qui apparaissait dans les vidéos de décapitations publiées par l’État islamique. Cage avait alors affirmé que l’Anglais s’était radicalisé en réaction au traitement que lui avaient infligé les autorités britanniques…

À LIRE AUSSIMohammad Abdelkrim Alissa : « Les musulmans doivent se conformer aux valeurs de la République »

En minorité

Michaël Privot, l’ancien Frère musulman devenu islamologue, a été directeur du réseau Enar de 2010 à 2021. « J’étais opposé à cette logique frériste, je me suis retrouvé en minorité, je n’ai pas été écouté », explique-t-il. Devenu aujourd’hui consultant diversité et inclusion, il décrypte la logique sous-jacente à ces prises de position clairement hostiles à la politique intérieure française. Dans ces réseaux, certains sont persuadés que le gouvernement français attaque vraiment la société civile, « un peu comme en Hongrie, en Pologne ou à Chypre », explique-t-il. L’arrivée de la France à la présidence tournante de l’Europe est vécue à la fois comme une crainte et une excitation, l’occasion de mener un combat héroïque.

Difficile de considérer que cette association serait à proprement parler « islamiste » ou organiquement « frériste ». Elle donne des gages aux thématiques classiques, certes, elle héberge des structures poreuses aux arguments de l’islam politique et identitaire, certes, mais elle pratique aussi une forme nouvelle d’hybridation des discours et des causes, qui conduit inévitablement à amoindrir les combats religieux tant les contorsions intellectuelles pour y parvenir sont importantes. Pour le sociologue Samir Amghar, il s’agit plutôt d’une forme de schizophrénie, « une schizophrénie que l’on accepte parce que la fin justifie les moyens », explique-t-il. Lorsque de jeunes militants religieux conservateurs partagent leurs combats avec des militants transsexuels ou des juifs, « ils font l’expérience de l’altérité et finissent par réellement croire aux vertus des droits de l’homme. Les gars de la vieille école pensent que c’est trop, mais il faut bien reconnaître que la nouvelle génération est très flexible sur ce plan », analyse Privot, « ils s’engagent pour changer l’Europe, c’est l’Europe qui finit par les changer », s’amuse-t-il. C’est l’une des vertus du relativisme : il n’épargne personne, pas même ses principaux promoteurs…

À LIRE AUSSI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :