Crise ukrainienne : Nord Stream 2, le gazoduc qui divise les Occidentaux face à Poutine

Scroll down to content

Pomme de discorde entre Occidentaux, le nouveau pipeline entre la Russie et l’Allemagne est en tête des sanctions prévues pour frapper Moscou.

Durée : 2 minUn panneau indiquant la direction du terminal du gazoduc Nord Stream 2, à Lubmin dans le nord-est de l'Allemagne, en 2020.

afp.com/Odd ANDERSEN

Par Clément Daniez. Publié le 28/01/2022 L’EXPRESS
Le SeptLes 7 infos qui comptent pour commencer la journéeEnvoyée chaque matinJe m’inscris

C’est un tuyau de 1230 kilomètres de long reliant Oust-Luga, en Russie au terminal de Lubmin en Allemagne, via la mer Baltique. Achevé en septembre dernier, Nord Stream 2 n’a encore jamais servi. Pour autant, ce gazoduc est un élément clé de la crise qui oppose depuis plusieurs semaines le camp occidental à Vladimir Poutine, qui a massé plus de 100 000 soldats à proximité de l’Ukraine. Mercredi soir, les États-Unis ont prévenu que « si la Russie envahit l’Ukraine d’une manière ou d’une autre, Nord Stream 2 sera bloqué ». LIRE AUSSI >> Crise en Ukraine : les cinq scénarios possible d’une invasion russe

L’infrastructure énergétique la plus controversée d’Europe rentrera-t-elle un jour en service ? Jusqu’en décembre, le chancelier Olaf Scholz présentait le gazoduc comme un « projet purement privé ». Sous-entendu : à ne pas mêler à la crise ukrainienne. Ces dernières semaines, alors que les bruits de bottes se sont amplifiés en Russie, il a néanmoins convenu que Nord Stream 2 pourrait faire l’objet de sanctions, au grand soulagement de l’Ukraine, des pays baltes, de la Pologne et, surtout, des Américains. 

Voilà plusieurs années que ce gazoduc empoisonne les relations entre Berlin et Washington. Les États-Unis considèrent ce projet comme une faille dans l’équilibre sécuritaire européen. Grâce à lui, la Russie pourrait plus facilement se passer des pipelines transitant par l’Ukraine pour livrer son gaz à l’Europe de l’Ouest. Une catastrophe pour Kiev, qui perdrait à la fois la manne économique du droit de passage (plus d’un milliard d’euros par an) et sa principale assurance-vie contre une invasion russe. L’application L’ExpressPour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyezTélécharger l’app

Carte
CarteDario Ingiusto / L’Express

Nord Stream 2 est bien un caprice allemand. « Le premier Nord Stream, mis en service en 2011, avait l’assentiment de Bruxelles, car il diversifiait les routes d’approvisionnement européennes, tandis que le second pourrait avoir l’effet contraire, pointe Thierry Bros, professeur à Sciences Po et spécialiste de la géopolitique de l’énergie. Ce nouveau gazoduc ne bénéficie qu’à la Russie et à l’Allemagne, qui va renforcer son statut de plaque tournante du gaz russe en Europe de l’Ouest. » LIRE AUSSI >> Gaz russe : et si l’Europe arrêtait de manger dans la main de Poutine

Pour toutes ces raisons, les États-Unis avaient multiplié menaces et sanctions contre le projet, retardant son achèvement. Ils les ont levés, l’année dernière, à condition que Berlin accepte que son cher gazoduc puisse faire l’objet de sanctions, si Moscou tente « d’utiliser l’énergie comme une arme ou commet d’autres actes agressifs à l’égard de l’Ukraine ». Un accord néanmoins vécu comme une trahison par Kiev, peu convaincu par ces garde-fous. Sur le même sujet

Le démarrage de Nord Stream 2 n’est peut-être plus qu’une question de mois. Certes, la certification du projet est bloquée depuis novembre, pour des raisons administratives. Mais l’opérateur du gazoduc a annoncé mercredi la création d’une filiale allemande qui aura la propriété du tronçon dans les eaux territoriales allemandes et en assurera l’exploitation. De quoi relancer la procédure d’approbation et envisager sa prochaine mise en service. A moins que la crise ukrainienne prenne un tournant dramatique.  Clément Daniez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :