EH BIEN, BON VOYAGE !!!!!!!!!!!!!

Scroll down to content

Stéphane Tapie menace de nous quitter si Marine Le Pen entre à l’Élysée ? À qui le tour ?

Nicolas Gauthier 28 janvier 2022 BOULEVARD VOLTAIRE

9.9k      Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

Au temps jadis, l’Église répugnait à accorder une sépulture chrétienne aux acteurs et autres saltimbanques, estimant qu’à force de changer de visage, ils finissaient par se gâter l’âme et le cœur. Aujourd’hui, c’est manifestement leur cerveau qui est atteint, tel qu’en témoigne la dernière sortie de Stéphane Tapie, fils de qui vous devinez et ancien présentateur de TF1 : « Je ne vais quand pas même pas rester dans un pays où il y a Zemmour ou Le Pen Président. C’est mon droit de citoyen. Mon devoir est de voter, mon droit de me casser. » Eh bien, comme disait Nicolas Sarkozy : « Casse-toi… »

Chez nos amis les artistes, c’est décidément une manie de vouloir se « casser » à tout bout de champ. Un peu comme s’ils plaçaient leurs pas dans ceux du Général, partant s’exiler à Londres, afin de mieux organiser la résistance, ou prendre le maquis, même si confondant souvent Vercors et place des Vosges.

En 2013, l’animateur Nagui affirme ainsi : « Le Front national au pouvoir, cela pourrait me faire quitter la France. » Puis, un an plus tard, nouveau tir groupé. Le rappeur Akhenaton, pourtant pas le plus mauvais du troupeau : « Tous les gens qui votent pour ces fascistes vont bientôt se réveiller surpris. Hitler a aussi été élu, il ne faut pas l’oublier. » Et d’ajouter, après ce rappel historique empreint d’une gravité toute marseillaise : « Culturellement, c’est sûr que le FN va vouloir nous faire taire. Mais s’il s’attaque à notre intégrité physique, je n’hésiterai pas à rentrer en résistance pour protéger mes proches. » Idem pour Olivier Py, directeur du Festival d’Avignon : « Je ne me vois pas travaillant avec une mairie Front national. Donc, je pense qu’il faudrait partir. »

Tout aussi candidats au don de soi, il y a encore Yannick Noah et Patrick Bruel. À propos du premier, menaçant de quitter le pays, Jean-Marie Le Pen remarque : « Monsieur Noah s’est engagé à ne plus chanter en France si le Front national arrivait en tête de l’élection européenne… Cochon qui s’en dédit ! » Quant à Patrick Bruel, n’écoutant que son courage, il affirme : « Même si je peux comprendre que des électeurs désespérés répondent à un discours populiste, je ne veux pas me produire devant une institution dont je méprise l’idéologie. » Il est vrai qu’écouter Patrick Bruel peut aussi se révéler parfois désespérant.

À la même époque, c’est Jean-Marie Le Clézio, prix Nobel de littérature, qui prend des accents tout aussi martiaux : « Quand je vois le Front national monter en France, je me sens plus Mauricien que jamais. Si Marine Le Pen gagne, je rendrai mon passeport français et je ne garderai que mes papiers mauriciens. » Seule question : les Mauriciens ont-ils mérité une telle punition ?

Mais un tel florilège serait bien évidemment incomplet si n’y figurait cette autorité morale que le reste de la planète nous envie, Enrico Macias, qui, en 2020, récidive dans son anti-lepénisme à front de chèvre : « Si Marine Le Pen est élue, je ne reste pas, bien sûr ! » Ce à quoi la candidate répond illico dans un tweet : « Une bonne raison supplémentaire de voter pour moi en 2022 ! »https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=bvoltaire&dnt=true&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3NwYWNlX2NhcmQiOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1315290835836166144&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.bvoltaire.fr%2Fstephane-tapie-menace-de-nous-quitter-si-marine-le-pen-entre-a-lelysee-a-qui-le-tour%2F&sessionId=cd2438b155dfd7aa5a1e3a6259ce63a4034dfa6c&siteScreenName=bvoltaire&theme=light&widgetsVersion=75b3351%3A1642573356397&width=550px

D’ailleurs, venant du « mendiant de l’amour », la sortie vaut son pesant de dattes. En 2015, il menaçait déjà, en cas d’élection de Marine Le Pen, de retourner en Israël, ajoutant : « J’entraînerai avec moi toute la communauté juive de France ! » Même Éric Zemmour et Sarah Knafo ? Voilà qui appelle cet élémentaire devoir de mémoire consistant à rappeler qu’il s’agit du même homme qui avait prêté sa voix de velours à un triple album consacré à l’histoire d’Israël, et publié par la SERP, la fameuse maison de disques fondée par le Menhir. Sacré Enrico !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :