Macron et les chrétiens d’Orient: un hommage intéressé?

Scroll down to content

Réservé aux abonnés

Par Jean-Marie Guénois. LE FIGARO. 1er février 2022

ANALYSE – La remise de la Légion d’honneur à Mgr Gollnisch est l’occasion de faire le bilan d’un quinquennat, durant lequel le Président et les chrétiens ne se sont jamais trouvés.

La cérémonie a été organisée avec beaucoup de soin par l’Élysée. Dans la soirée du 1er février, Mgr Pascal Gollnisch, 69 ans, directeur de l’Œuvre d’Orient depuis 2010, a reçu des mains du président de la République, Emmanuel Macron, les insignes de chevalier de la Légion d’honneur. L’État français récompense ainsi l’action d’un prélat qui dépense une énergie farouche pour la cause des chrétiens d’Orient. Il la finance chaque année à hauteur de 20 millions d’euros, issus de dons reçus par cette œuvre d’Église fondée en 1856.

Faits & GestesNewsletter

Le dimanche

Ivan Rioufol vous propose une analyse percutante des détails de l’actualité de la semaine écoulée, les coulisses de son célèbre Bloc-Notes.S’INSCRIRE

Il ne viendrait à l’idée de personne de discuter la qualité du travail accompli par cette œuvre très réactive et par le bouillonnant Mgr Gollnisch, lanceur d’alerte, toujours aux avant-postes des situations de crise de ces dernières années en Irak, en Syrie, au Liban, en Éthiopie, en Érythrée et dans le Haut-Karabakh. Sans oublier la constance de l’Œuvre d’Orient pour aider ces chrétiens depuis 160 ans afin de construire des églises, des écoles, des hôpitaux, des logements et aider à tous les besoins. Peu de paroles, mais des milliers d’actions.

À LIRE AUSSILes chrétiens de plus en plus persécutés dans le monde

Se pose, en revanche, la question du calendrier de ce plein feu présidentiel sur les chrétiens d’Orient via un homme d’Église français bien connu. Une source élyséenne confie: «Si le président a décidé d’organiser cette rencontre, c’est d’abord pour rappeler toute l’attention qu’il a portée depuis le début de son mandat aux chrétiens d’Orient.» Une intention électorale donc? «Il se trouve qu’on approche des élections, mais le président de la République continue l’action qu’il a entreprise dans ce domaine depuis le début de son quinquennat», répond la même source.

Récupérations politiques

Qu’a fait le président Macron pour les chrétiens d’Orient? Un grand discours à l’Institut du monde arabe en 2017, des rencontres à l’Élysée avec le patriarche maronite du Liban et le pape des coptes, trois rencontres avec des communautés chrétiennes lors de ses voyages au Liban, à Jérusalem et à Mossoul en Irak, racontent les conseillers du président. Et le maintien du fonds de soutien aux victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient, qui avait été créé par François Hollande.

Ainsi que le soutien à l’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit, l’Aliph. Ce qui serait, selon l’Élysée, une action «en faveur de la sauvegarde du patrimoine des chrétiens d’Orient». Sauf que le site de l’Aliph démontre que ce fonds international, fortement soutenu par les Émirats arabes unis, est avant tout culturel, sans signature spécifiquement chrétienne.

Cette remise de décoration à Mgr Gollnisch intervient dans un contexte : le bilan des relations entre Macron et les catholiques est à la totale déception

Plus directe en revanche, est l’aide apporté par la France au Fonds pour les écoles d’Orient (FEO), cofondée par la République française et l’Œuvre d’Orient en 2020. Cette structure mixte très originale aide 174 écoles chrétiennes dans sept pays pour un montant de 4 millions d’euros.

Si vous voulez indisposer Mgr Gollnisch, posez-lui la question de la possible «récupération politique» de cette Légion d’honneur remise par le président de la République à dix semaines d’un scrutin présidentiel. Irrité, le prélat refuse de «se situer sur ce plan» notant que la question de «l’instrumentalisation des chrétiens d’Orient» a été aussi posée quand Éric Zemmour s’est rendu en Arménie ou quand Valérie Pécresse est allée en Arménie et dans le Haut-Karabakh. Il déplore que l’on parle «plus de politique que du sort des chrétiens d’Orient qui sont ici honorés».

À LIRE AUSSILes évêques s’invitent prudemment dans la campagne présidentielle

Certes. Mais cette remise de décoration à un prélat catholique, médiatisée par l’Élysée à l’approche d’un scrutin présidentiel, est un fait et intervient dans un contexte: le bilan des relations entre Emmanuel Macron et les catholiques est à la totale déception après la séduction des Bernardins puis le durcissement de la laïcité avec la loi contre le séparatisme et l’adoption des lois de bioéthique, et plus récemment la promotion européenne de l’avortement. L’Élysée cherche donc indéniablement à renouer avec cet électorat. L’avantage du sujet chrétiens d’Orient, à propos duquel Emmanuel Macron exhibe un bilan, est qu’il ne fâche pas en terre laïque – donc zéro risque politique – et touche, à tout coup, les catholiques. Mais la décoration, en réalité, appartient aux seuls chrétiens d’Orient qui n’ont aucun droit de «citoyen» sinon au Liban. Que fait la France, par exemple, pour leur obtenir ce droit civil fondamental dans les autres pays de la région?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :