Ukraine: peut-on arrêter l’engrenage de la guerre?

Réservé aux abonnés

Par Isabelle Lasserre

LE FIGARO 13 février 2022

Hermétique aux pressions occidentales, Vladimir Poutine a renforcé son dispositif aux portes du pays POOL/REUTERS

DÉCRYPTAGE – Moscou accentue la menace militaire sur Kiev malgré les efforts diplomatiques.

Depuis les hauteurs du Kremlin, au-delà des murs rouge sang qui le séparent du commun des mortels, Vladimir Poutine observe la danse diplomatique des pays occidentaux. Les uns après les autres, ils défilent sur la place Rouge ou lui téléphonent pendant parfois deux heures. Depuis dix jours, l’activité diplomatique est à son paroxysme, mais aucun d’entre eux n’a obtenu la moindre concession du maître du Kremlin. Joe Biden, le président de la première puissance mondiale, Emmanuel Macron, le leader de l’Europe, les responsables de l’UE, l’influente Allemagne, le turbulent Boris Johnson: tous ont été éconduits par Vladimir Poutine, le président d’un pays immense mais isolé, dont le PIB est l’équivalent de celui de l’Espagne et dont la démographie décline chaque année.

Vu d’ailleursNewsletter

Le samedi

Le meilleur du journalisme européen, sélectionné et traduit par Édouard de Mareschal.S’INSCRIRE

«Notre sentiment est que Vladimir Poutine reste sur les mêmes bases assez offensives, estimant que ce n’est pas lui qui a pris l’initiative de l’escalade» mais les Occidentaux en se rapprochant de la frontière russe, explique une source à l’Élysée après un nouveau coup de téléphone entre Emmanuel Macron et le président russe samedi. Même sentiment à Washington, où l’échange entre Vladimir Poutine et Joe Biden n’a pas entraîné de «changement fondamental». Non seulement les efforts diplomatiques ont été étouffés par les neiges russes, mais le maître du Kremlin a poursuivi l’escalade militaire aux frontières de l’Ukraine, amassant davantage de troupes et d’équipement. Le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, juge qu’une offensive russe est une «possibilité très, très réelle». L’invasion pourrait selon lui commencer avant la fin des Jeux olympiques par des «bombardements aériens et des tirs de missiles».

Dernière opportunité de récupérer l’Ukraine

Pourquoi un tel hermétisme de la part de Vladimir Poutine, qui court le risque de renforcer son isolement sur la scène internationale et de se voir infliger de nouvelles sanctions? Peut-être parce que le moment est venu pour lui d’aller au bout. Les États-Unis sont affaiblis depuis le retrait d’Afghanistan et veulent concentrer leurs efforts internationaux sur la Chine. L’Europe est divisée et sans volonté de puissance. Emmanuel Macron a bien redit samedi la «détermination à agir» des Occidentaux, et Joe Biden menacé de «répercussions sévères et rapides»en cas d’invasion. Mais pourquoi Vladimir Poutine reculerait-il alors que les Occidentaux n’ont cessé de dire qu’ils n’engageraient pas leurs armées en cas de guerre… Joe Biden le premier…

À LIRE AUSSIUkraine: comprendre l’histoire de la «Petite Russie» en quatre cartes

La Russie, quant à elle, a reconstitué son armée, restauré sa place sur la scène internationale. Elle joue de la dépendance de l’Europe à son gaz et profite des hésitations du vieux président Joe Biden. Pour un homme tourné vers le passé comme Vladimir Poutine, la faiblesse de l’Occident est peut-être la dernière opportunité de récupérer l’Ukraine, dont il n’a jamais digéré l’indépendance. Et de contrôler à nouveau l’ancienne sphère d’influence de l’Union soviétique, lui qui considère que l’effondrement de l’URSS fut la «pire catastrophe géopolitique du XXe siècle». Depuis la révolution de Maïdan en 2014, la fenêtre, pour le maître du Kremlin, s’est en effet refermée. L’Ukraine n’est pas tombée comme un fruit mûr comme l’espérait le Kremlin, le président Volodymyr Zelensky a durci sa politique vis-à-vis de Moscou, le sentiment pro-occidental s’est renforcé en Ukraine. «C’est le moment ou jamais de profiter des failles occidentales pour obtenir des gains, notamment la neutralisation de l’Ukraine», commente un diplomate proche du dossier.

Coupé du monde

L’invasion ne serait qu’une option, qui s’ajoute à la guerre hybride et à ses cyberattaques, ses pressions énergétiques, ses opérations de bluff, de manipulation et de désinformation, voire ses projets de coup d’état contre le président Zelensky. Depuis le début de lacrise, Français et Américains ont une interprétation parfois différente du déploiement militaire aux frontières de l’Ukraine. La Maison-Blanche annonce l’imminence d’une attaque militaire depuis presque deux mois. L’Élysée est plus prudent. «Nous n’avons pas, dans ce que dit Vladimir Poutine, d’indice qu’il va passer à l’offensive», a encore affirmé samedi une source à l’Élysée après le coup de téléphone entre les deux présidents. Qu’il s’agisse de la Tchétchénie, de la Géorgie ou de la Crimée, Vladimir Poutine n’a jamais prévenu en effet avant d’intervenir militairement dans l’ancien «proche étranger» de l’URSS. Il ne s’est jamais non plus lancé dans des opérations militaires trop lourdes à soutenir pour son pays, ce que serait sans doute une invasion de l’Ukraine.

Mais Vladimir Poutine est-il encore le même qu’avant? Depuis le début de la crise sanitaire, il s’est coupé du monde et isolé dans le Kremlin, qu’il a transformé en citadelle assiégée. Pendant ses cinq heures de discussion avec lui la semaine dernière à Moscou, Emmanuel Macron a vu un président différent de celui qu’il avait reçu à fort Brégançon. «Il a trouvé Vladimir Poutine plus dur. Il avait du mal à interrompre ses longs monologues et à le ramener aux questions d’actualité. Il était obsédé par l’histoire, faisait du révisionnisme historique, revenant sans cesse à la période où l’Otan n’avait pas encore intégré la Pologne, la Hongrie et la République tchèque, en 1997», explique une source diplomatique. Cette radicalisation du président russe le poussera-t-elle à choisir la fuite en avant?

En tout cas, la promesse de non-intervention de Joe Biden ne donne pas seulement un feu vert à Vladimir Poutine pour intervenir. Elle contribue aussi, en minant l’économie ukrainienne, à affaiblir le pays et donc à servir les intérêts du Kremlin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :