[Goldnadel] Quand Zemmour dit enfin sur France Inter ce qu’est France Inter

Scroll down to content

POLITIQUE 

Invité lundi dernier sur France Inter, Éric Zemmour ne s’est pas gêné pour dénoncer à raison l’idéologie de gauche de la radio publique qui bannit tout pluralisme, se félicite notre chroniqueur Gilles-William Goldnadel. 

Par  Gilles-William Goldnadel

Publié le 14 février 2022  VALEURS ACTUELLES

Éric Zemmour. Photo © J.-C. Tardivon/SIPA 

Partager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

C’était lundi dernier, le 7 février. Éric Zemmour était l’invité de « La Matinale » de France Inter. Quand j’écris Zemmour, je parle du candidat. L’autre, le journaliste, était persona non grata jusqu’à ce qu’il se déclare. Un journaliste de franceinfo avait imprudemment vendu la mèche, au risque d’être morigéné par sa station. Malheureux Gilles Bornstein. À présent, CSA oblige, il fallait l’inviter même si cela ne plaisait pas. Ils auraient pu se douter que cela allait mal se passer, puisque quelques jours plus tôt, lors de son dernier meeting, “le polémiste d’extrême droite”, comme l’appellent le Monde et France Inter, avait mis en cause celui que j’ai baptisé l’audiovisuel de “sévice public”.

Et son idéologie sans partage. Ils étaient dès potron-minet dans leurs petits souliers. À la fin de l’entretien, ce que j’avais rêvé est arrivé. « Regardez-vous, leur a-t-il dit, sans acrimonie, vous êtes tous de gauche. Aucun pluralisme. Vous obligez tous les Français contraints de payer la redevance à écouter des analyses qu’ils ne partagent pas. »

Ils n’ont pas contesté. Ils n’ont pas moufté. Que pouvait bien répondre Monsieur Demorand, au demeurant ? Lui à qui l’on a confié « La Matinale » jusque-là assurée par le bien à gauche Patrick Cohen alors qu’il dirigeait jusqu’alors d’une main gauche bien ferme, Libération. Vous imaginez les clefs de la station d’État confiées à Geoffroy Lejeune ? J’ai encore dans l’oreille, les cris d’indignation poussés par certains journalistes de “sévice public” quand Louis de Raguenel, également de Valeurs actuelles, a été engagé par une Europe 1 pourtant privée…

Que pouvait répondre Thomas Legrand, l’éditorialiste de gauche, modéré, de la maison ronde (en alternance avec Yaël Goze de la même obédience) qui avait interrompu “Zemmour le malotru” immodérément ?

Que pouvait répondre, Pierre Haski, titulaire de la chronique de politique étrangère, transfuge de Rue89, lui, comme je ne me lasse pas de le lui rappeler sans réplique, avait eu la touchante candeur de reconnaître sur France Culture avoir été payé par Soros pour « surveiller le Net » afin d’éviter une catastrophe Trump en Europe… ?

Qu’aurait pu répondre Sonia Devillers, préposée aux médias, qui pour faire un sort définitif à CNews, antenne privée qui a le toupet de ne pas pencher vers la gauche, avait un beau matin égrené une liste nominative de chroniqueurs mal pensant, en ce compris votre serviteur ?

Qu’aurait pu répondre, le préposé à la revue de presse orientée, Claude Askolovitch, lui qui cite chaque jour l’Humanité mais jamais Présent ? Lui qui, dans un article que je ne suis pas prêt à pardonner, avait moqué la voussure de Zemmour quand celui-ci avait été physiquement agressé dans la rue par un excité.

Il est vrai que lorsqu’on n’est pas tenu de faire ingurgiter à son auditeur des publicités indigestes pour son estomac et agaçante pour son cerveau, on peut plus aisément conserver son oreille.

Je songe à cet instant à mon client et ami Fabrice Lequintrec, préposé à la même revue de presse de la même radio, qui fut renvoyé comme un malpropre au sortir du studio parce que, pour honorer le pluralisme médiatique, il avait tenu – parce qu’il avait cité l’Humanité et Rouge – à évoquer symétriquement un passage anodin de National-Hebdo. Déchu incontinent. Tous les procès gagnés depuis ne l’ont pas sorti du placard à balais. Il avait commis le crime absolu non absout.

Manquaient à l’appel, les pseudo-humoristes Maison Ronde, ceux qui ne ricanent que la bouche en coin à gauche. Ce n’est certainement pas Charline Vanhoenacker qui aurait mis le nez à la fenêtre après avoir dessiné une moustache d’Adolphe sous celui de l’invité, elle qui n’est impertinente que lorsqu’on ne peut lui répondre. Elle était toute tremblante dans le studio rond lorsque mon ami Ardisson lui avait administré une bonne leçon.

Pour toute réponse, nos journalistes radiophoniques firent seulement valoir le succès de leur antenne. Il est vrai que lorsqu’on n’est pas tenu de faire ingurgiter à son auditeur des publicités indigestes pour son estomac et agaçante pour son cerveau, on peut plus aisément conserver son oreille. Par la grâce disgracieuse d’une redevance fiscale obligatoire qu’on est donc fondé à nommer la rançon du succès.

Je forme enfin le vœu que lorsque Marine Le Pen sera elle aussi conviée sur France Inter, elle proteste contre cette attitude qui fait qu’elle et son rival principal sont immanquablement géolocalisés à l’extrême droite tandis que PC et Insoumis sont gentiment rangés à “la gauche de la gauche” ou simplement à gauche. Il est vrai que cette asymétrie qui n’extrêmise que la droite est l’apanage de la gauche hémiplégique qui, dans son lexique politique, connaît le droitier et non le gaucher, la fachosphère et non la bolchosphère.

Il n’étonnera pas mes fidèles lecteurs que cette révolte qui gronde à droite contre la mainmise en coupe réglée de l’audiovisuel public, scandale démocratique majeur trop longtemps toléré, correspond à mon combat de longue durée.

Je terminerai donc cette chronique comblée en saluant une initiative qui arrive à point nommé. Celle d’un collectif citoyen qui dénonce les manquements au respect du pluralisme et qui a relevé les partis pris radiophoniques publics : soutien aux Traoré ou aux Black Lives Matter, pour ne citer que ceux-là. Ce mouvement intitulé #PasAvecMaRedevance lance une pétition. Mon lecteur pourrait y voir comme une invitation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :