Éric Zemmour: «Cette élection est notre dernière chance»

Scroll down to content

Réservé aux abonnés

Par Charles Sapin et Albert Zennou

22 février 2022

Éric Zemmour, à son QG de campagne, lundi, à Paris. SEBASTIEN SORIANO/Le Figaro

ENTRETIEN EXCLUSIF – Le candidat de Reconquête! dit vouloir ouvrir «une troisième page de l’histoire de la Ve République».

LE FIGARO. – Le déclenchement d’un conflit armé sur le continent, en Ukraine, est-il inéluctable selon vous?

À découvrir

Éric ZEMMOUR. – Non, une nouvelle guerre sur notre continent doit absolument être évitée. La responsabilité de cette situation incombe d’abord à la Russie qui vient de violer la souveraineté de l’Ukraine, mais est aussi le résultat de la politique menée par les Occidentaux et l’Otan, qui n’ont cessé d’ignorer les préoccupations sécuritaires légitimes de la Russie en refusant tout dialogue sérieux sur l’ordre de sécurité européen. L’absence d’une puissance d’équilibre prive le monde d’une voix crédible pour proposer une médiation. Si elle redevient la puissance d’équilibre indépendante qu’elle doit être, la France a un rôle à jouer dans la recherche d’une solution négociée. Je l’ai dit depuis le 14 février: dès mon élection, je proposerai à la Russie et à tous les États européens qui le voudront la négociation d’un traité consacrant la fin de l’expansion de l’Otan en échange de la résolution des conflits territoriaux en Europe orientale, du respect de la liberté et de la souveraineté de tous les États concernés, y compris l’Ukraine, et d’un retrait des troupes russes à la frontière de l’Ukraine.

À LIRE AUSSIQuatre cartes pour comprendre le conflit entre la Russie et l’Ukraine

Vous avez décliné vos propositions quant à la transmission d’entreprises. Qu’en est-il de la propriété immobilière?

Emmanuel Macron n’aime pas la propriété: il veut que l’argent circule et déteste qu’il s’enracine. Je veux exactement le contraire: je veux favoriser l’enracinement en France et la transmission familiale. Je m’inquiète que le taux de propriétaires n’augmente pas depuis dix ans, alors que les Français aspirent tellement à posséder leur maison ou leur appartement. Je veux que les foyers qui achètent leur premier logement soient exonérés de droits de mutation. De plus, rien n’est fait en France pour défendre les propriétaires qui sont taxés à chaque étape de leur détention: à l’achat, sur les loyers, sur la vente. Je vais vous dévoiler une mesure. Aujourd’hui, lorsque vous vendez un appartement qui n’est pas votre résidence principale et que vous le possédez depuis moins de trente ans, vous devez payer 19 % d’impôts sur le revenu et 17,2 % de CSG. Je veux exempter d’impôt sur la plus-value la vente d’un bien immobilier au bout de quinze ans de détention, contre trente ans depuis Nicolas Sarkozy. De plus, je sortirai la résidence principale du calcul de l’Impôt sur la fortune Immobilière. Il n’est pas juste que certains propriétaires soient tout à coup imposables en raison de la hausse démesurée des prix de l’immobilier et du foncier s’agissant de leur habitation principale. Sur les droits de transmission, je veux porter à 200.000 euros au lieu de 100.000 la limite de dons à chaque enfant, tous les dix ans au lieu de tous les quinze ans aujourd’hui. Je veux que cela bénéficie aussi aux grands-parents avec leurs petits-enfants. Je propose également une franchise pour ne pas payer de droits de transmission, quand il y a un décès, jusqu’à 200.000 euros par enfant. Ainsi, 95 % des Français ne paieront plus de droits de succession.

À force de considérer que la France est un territoire neutre, un McDonald où chacun vient comme il est, c’est le nombre, et donc la démographie qui l’emportera.Éric Zemmour

Vous revendiquez-vous de la doctrine libérale sur le plan économique?

Je suis un pragmatique. Je ne me revendique d’aucune école. Si être libéral c’est être pour la liberté de marché et d’entreprendre, je le suis, comme quasiment tous les Français. Si être libéral, c’est avoir le dogme de la concurrence et se soumettre à la mondialisation heureuse, je n’en suis pas. En réalité, le mot «libéralisme» a été tellement dévoyé qu’il ne veut plus rien dire. On traite souvent le général de Gaulle de colbertiste, de dirigiste. Mais lorsqu’il était au pouvoir, les prélèvements obligatoires étaient à 33 %! Je pense profondément que notre premier problème économique c’est l’impôt et les charges. Il est complètement fou d’avoir 47 % de taux de prélèvements obligatoires. Il faut baisser les charges et les impôts pour rétablir la compétitivité de nos entreprises. Comme pour permettre d’augmenter le salaire net, anormalement bas en France. Les chefs d’entreprise que je rencontre me disent tous la même chose: il faut augmenter le salaire net sans augmenter le salaire brut chargé. C’est l’équation que je cherche à résoudre dans mon programme économique. C’est pourquoi je propose une prime zéro charge pouvant représenter jusqu’à trois mois de salaire net ; une baisse de la CSG pour les salaires de moins de 2000 euros, qui concerne 50 % des salariés, des fonctionnaires et des indépendants. Je veux le retour de la philosophie «travailler plus pour gagner plus», avec les heures supplémentaires défiscalisées. Le corollaire de tout cela, c’est le refus de la lutte des classes. Je veux rassembler les classes populaires et les bourgeois patriotes. C’est la seule façon de rassembler, puis de gouverner.

À LIRE AUSSIPrésidentielle 2022: Zemmour veut organiser un gigantesque meeting de 50.000 personnes au Trocadéro fin mars

Selon vous, le véritable clivage se situe entre vous et Emmanuel Macron?

Il y a une opposition frontale entre Emmanuel Macron et moi sur notre vision de la France. Pour lui, la France est un simple territoire. Peu importe qui y est, qui y était, qui y sera… Pour lui, «il n’existe pas de culture française» mais des cultures en France. Il faudrait «déconstruire l’histoire de France». Cette conception fait d’Emmanuel Macron l’idiot utile de l’islamisation du pays. À force de considérer que la France est un territoire neutre, un McDonald où chacun vient comme il est, c’est le nombre, et donc la démographie qui l’emportera. Je pense qu’il faut défendre au contraire l’histoire de la France éternelle qui a 1500 ans. Cette conquête de l’Église, façonnée par sa langue, par sa littérature, par ses paysages, produit des hommes et des Français.

Je n’ai évidemment rien contre la république. Je suis un républicain. En revanche, je veux que la république soit française. Ni italienne, péruvienne ou islamique. C’est pour cela que je dis « et surtout vive la France »Éric Zemmour

La maison royale des Bourbon Parme vous a accordé son soutien au motif que vous glorifiez la France plutôt que la République. Vous clôturez vos discours par «et surtout vive la France». Que représente la République, n’est-t-elle pas indissociable de la France?

Je suis très fier de ce soutien. «La République, notre royaume de France»,disait Péguy. Il y a une continuité évidente entre la monarchie, l’Empire et la République. Ce sont les quarante rois qui ont fait la France, Napoléon qui l’a organisée, et la République qui s’inscrit dans cet héritage. Je n’ai évidemment rien contre la république. Je suis un républicain. En revanche, je veux que la république soit française. Ni italienne, péruvienne ou islamique. C’est pour cela que je dis «et surtout vive la France». Jean-Luc Mélenchon me parodie en disant «et surtout vive la République». C’est une question essentielle qui hante la République depuis la Révolution. Est-elle l’héritière de la France et d’une tradition millénaire comme je le crois? Ou est-ce un simple régime? Dans ce cas, la République peut être islamique. C’est Roubaix. C’est la République de Jean-Luc Mélenchon qui, en toute conscience, l’accepte et la glorifie sous le terme de créolisation. En n’arrêtant pas l’immigration, en 2050, la France sera le Liban en grand, une république islamique ensuite. Les lois de la démographie sont implacables si on n’y oppose pas la politique. C’est pour cela que je suis candidat.

À LIRE AUSSIAu Mont-Saint-Michel, Éric Zemmour se rêve d’ores et déjà au second tour

Différentes études d’opinions montrent un désintérêt de nombreux Français pour la présidentielle et annoncent un taux d’abstention record. Comment l’expliquez-vous, est-ce une fatalité?

Il n’y a aucune fatalité. L’abstention se nourrit de la conviction, ancrée depuis le referendum de 2005 sur le traité européen, qu’il ne sert à rien de voter puisque les dirigeants peuvent très bien se moquer du résultat. C’est l’ancien président de la commission européenne, Jean-Claude Junker, qui assurait qu’il n’y a pas de vote contre les traités… Sauf que s’il existe quelque chose au-dessus du vote démocratique, il n’y a plus de démocratie. L’abstention vient donc de l’impression que ce n’est plus le peuple qui décide. Si je propose de passer nombre de mes mesures par referendum, c’est justement pour rendre la parole au peuple, pour éviter que leur volonté soit censurée par le Conseil constitutionnel. Alors que 70% des Français sont d’accord avec mes propositions. Le refus de traiter, jusqu’ici, la question essentielle, vitale et existentielle de l’identité de la France détourne également les gens des urnes. Puisque depuis 30 ans, on met soigneusement sous le tapis la question de l’immigration avec la complicité de toute la classe politique – je dis bien toute. Je suis le remède à l’abstention.

À VOIR AUSSI – Présidentielle 2022: Zemmour défend un «gaullisme de reconquête»

Présidentielle 2022: Zemmour défend un «gaullisme de reconquête»

https://imasdk.googleapis.com/js/core/bridge3.501.0_fr.html#goog_1421844012

0 seconds of 1 minute, 37 secondsVolume 0%

Vous vous faites le chantre depuis de nombreuses années d’une union à droite. Cette promesse n’est-elle pas aujourd’hui compromise par le déséquilibre dans l’origine de ceux qui vous rejoignent. Plutôt qu’être un pont entre LR et RN n’êtes-vous pas en train de bâtir un RN bis?

Cette impression est une illusion d’optique. Nous avons reçu de nombreux ralliements venus du RN mais nous avons aussi beaucoup de ralliements venus de LR comme Guillaume Peltier, ancien numéro 2 du parti et porte-parole de Nicolas Sarkozy. Comme l’ancien député LR Nicolas Dhuicq, qui m’a rejoint ce mardi, ou comme Philippe de Villiers, ancien ministre de Jacques Chirac. Il y en aura d’autres. Pour l’instant, les logiques partisanes bloquent quelques-uns. Avant le premier tour ou après, je suis convaincu que des personnalités issues de LR choisiront leur pays avant leur parti. Au second tour, il leur faudra faire un choix entre appeler à voter Emmanuel Macron. Ce que fera Valérie Pécresse à 20 h 02. Et appeler à voter pour moi. Ceux qui ne voudront pas appeler à voter Emmanuel Macron auront cette responsabilité face au pays, ils ne pourront ni voter blanc ni s’abstenir. Car cette élection est notre dernière chance.

À LIRE AUSSI«Pourquoi l’offre politique de droite séduit désormais les trois quarts des Français»

Que répondez-vous à ceux qui assurent que votre qualification au second tour est la certitude d’une réélection d’Emmanuel Macron?

La question du second tour ne se pose pas encore. Beaucoup de Français ne sont pas encore dans le premier. Si on croit les sondages, Emmanuel Macron gagne dans tous les cas. En novembre 1980, Valéry Giscard d’Estaing est à 60 % dans les sondages et François Mitterrand à 40. Nicolas Sarkozy était donné en février 2012 à 40 % contre François Hollande, pour ne finalement perdre qu’à un point et demi. Et je persiste à croire que s’il avait osé transgresser davantage sur l’immigration, c’est-à-dire proposer ce que je propose, il aurait été réélu. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’enjeu. Ni que j’ai gagné, mais que c’est possible. Tout sera une question de dynamique et elle est pour l’instant pour moi. Je constate d’autre part, partout où je passe, que les gens attendent le match. Le débat du second tour entre Emmanuel Macron et moi. Tout le monde m’en parle. Ils ont raison, ce sera un véritable affrontement idéologique sur la civilisation que nous voulons.

En cas d’échec à l’élection présidentielle, resterez-vous à la tête de votre force politique?

Je n’abandonnerai jamais 110.000 Français et des millions de gens qui votent pour nous et me disent «sauvez-nous!». Avec Reconquête! nous ouvrons une troisième page de l’histoire de la Ve République. La première partie a été marquée par un affrontement entre le gaullisme et le Parti communiste, sur fond de guerre froide. Cette période s’est achevée avec François Mitterrand qui a renversé la malédiction en rassemblant communistes et socialistes. Il perd d’un souffle en 1974 mais réussit cette recomposition et gagne en 1981. Je pense que j’ouvre une troisième période. Ni Marine Le Pen, ni Valérie Pécresse ne veulent sortir de leurs boutiques. Moi, je veux rassembler toute la droite d’abord, puis tous les Français.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :