[Exclusif] Prière islamique à l’université de Reims, l’étudiant qui a filmé la scène raconte

Scroll down to content

L’étudiant qui a filmé la scène de prière islamique à l’Université de Reims, lundi dernier, revient sur le déroulement de la scène. Valeurs actuelles a pu également se procurer d’autres vidéos. L’université déclare avoir ouvert une enquête interne. 

Par  Amaury Bucco. VALEURS ACTUELLES

Publié le 24 février 2022 à 18h13 

Capture d’écran 2022-02-23 161420_856x760-q90

Partager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

Ce devait être une banale pause déjeuner. Au téléphone, Sébastien*, étudiant à l’Université de Reims, n’en revient toujours pas. Ce lundi 21 février, il se rend dans une salle de son université pour se restaurer, seul. Il laisse la porte ouverte et entame son déjeuner, tranquillement. Deux jeunes femmes voilées entrent à leur tour, ferment la porte, puis se dirigent au fond de la salle. Ce n’est qu’en se levant pour fermer la fenêtre que Sébastien découvre la scène pour le moins insolite qui se déroule derrière lui, et qu’il décide immédiatement de filmer – décision salutaire sans quoi cet article n’aurait sans doute jamais vu le jour. Parterre, à même le sol, une des jeunes femmes est agenouillée sur un tapis de prière a priori orienté vers la Mecque, tandis que son amie se tient devant.

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=Valeurs&dnt=true&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3NwYWNlX2NhcmQiOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1496496445226209281&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.valeursactuelles.com%2Fno_rubrique%2Fpriere-islamique-a-luniversite-de-reims-letudiant-qui-a-filme-la-scene-raconte%2F&sessionId=dc09dcd900699a8d9b27ec8210f5e289564f635f&siteScreenName=Valeurs&theme=light&widgetsVersion=2582c61%3A1645036219416&width=500px

S’ensuit un bref échange entre cette jeune femme et l’étudiant, lequel explique qu’il est interdit de faire sa prière au milieu d’une salle de classe. Cette séquence, diffusée sur les réseaux sociaux par la branche locale du parti d’Eric Zemmour Reconquête!, au sein duquel Sébastien milite, fait rapidement le tour des réseaux sociaux, notamment grâce au relai de l’association étudiante de droite Uni. Valeurs actuelles a pu se procurer deux autres vidéos et s’entretenir avec l’étudiant qui a filmé la scène. Ces propos ont été recueillis dans l’enregistrement suivant:

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=Valeurs&dnt=true&embedId=twitter-widget-1&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3NwYWNlX2NhcmQiOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1496493446323970052&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.valeursactuelles.com%2Fno_rubrique%2Fpriere-islamique-a-luniversite-de-reims-letudiant-qui-a-filme-la-scene-raconte%2F&sessionId=dc09dcd900699a8d9b27ec8210f5e289564f635f&siteScreenName=Valeurs&theme=light&widgetsVersion=2582c61%3A1645036219416&width=500px

L’université a rapidement réagi, rappelant dans un communiqué que « tout exercice du culte est proscrit à l’université conformément au code de l’éducation et ne saurait tolérer que celui-ci ne soit pas respecté ». Une enquête a été ouverte pour identifier les différents protagonistes de la scène. « L’auteur de la vidéo ne s’est pas manifesté auprès de nous », explique la responsable de la communication de l’Université, Marie-Odette Victor. De fait, Sébastien nous a confié ne pas vouloir faire connaître son identité par peur des conséquences ou représailles. D’autant que l’une des étudiantes a appelé son père durant la  conversation houleuse qui a suivi la scène filmée, et qui aurait durée plus d’une heure. Durant celle-ci, plusieurs étudiants, dont un étudiant témoin de la scène et a priori non-musulman, auraient fait pression sur Sébastien pour réclamer la suppression des vidéos.

« Nous condamnons fermement cet acte et nous demandons des explications au président de l’université de Reims (qui s’opposait il y a un an à propos à la proposition de LR d’interdire les prières dans les universités pendant l’adoption du PJL séparatisme) », explique le syndicat Uni, qui ajoute que ce type d’actes prosélytes est fréquent. C’est d’ailleurs ce que révélait l’enquête de Zone interdite sur l’islam radical, dont une partie se déroulait à l’université de Bobigny, et dans laquelle certaines jeunes femmes voilées priaient en cachette dans l’université.

Quand le président de l’université regrettait des « amalgames »

Auditionné en avril 2021 devant le Sénat, dans le cadre du projet de loi contre le « séparatisme », Guillaume Gelé, président de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, déclarait : « Nous n’avons pas été informés, nous au niveau de la CPU, de cas particuliers qui pourraient poser problème». Et d’ajouter: « II est possible qu’il y ait quelques cas qui soient de cet ordre et si le sénateur est intervenu, c’est qu’il a sûrement des éléments qui attestent qu’il y a de possibles cas, mais on peut regretter, dans cette intervention comme dans d’autres, que cela généralise à un ensemble d’établissements et que ça laisse penser que c’est quelque chose de très répandu ». Le président de l’université concluait: « Ce qu’on regrette, ce sont les amalgames qui sont faits à partir de cas particuliers. La pratique de la prière dans les couloirs est un cas particulier – si elle existe, parce que nous n’en avons jamais été saisis».

Le CCIE veut aider les deux jeunes femmes à porter plainte

Au téléphone, la directrice de la communication de l’université assure qu’aucun incident de ce type n’a été signalé depuis cette audition au Sénat. « C’est la première fois que nous sommes avertis d’un tel agissement », insiste-t-elle, après avoir pris connaissance de l’enregistrement audio du témoin effectué par nos soins. « D’ailleurs, précise-t-elle, cet étudiant précise lui aussi que c’est la première fois qu’il assiste à une telle scène ». Sébastien indique néanmoins qu’une de ses amies a déjà assisté à ce genre de scène dans les toilettes des filles de la faculté. A priori sans en avoir averti la direction, donc.

L’association islamiste CCIE, née des cendres du CCIF dissout après l’assassinat de Samuel Paty, a fait savoir sur les réseaux sociaux qu’elle désirait retrouver l’identité des deux jeunes femmes pour les aider à déposer plainte contre cette « méthode de harcèlement et d’intimidation ». « Filmer sans le consentement, harceler, entraver la pratique religieuse, invoquer le principe la laïcité, le confondre avec le devoir de neutralité de l’Etat et de ses agents, et brandir une interdiction inexistante, tout dans cette vidéo est problématique et appelle à la haine » a écrit l’association.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :