Une justice communautariste” : une trentaine d’avocats s’opposent au port du voile dans leur profession

Scroll down to content

Avec cette tribune, à l’initiative de Me Lara Fatimi, les avocats réfutent la mise en place d’une “justice communautariste”. 

Par  valeursactuelles.com

Publié le 1 mars 2022

Une trentaine d’avocats s’opposent au port du voile dans leur profession. Photo d’illustration © KONRAD K./SIPA

Partager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

Dans une tribune publiée dans Marianne, lundi 28 février, une quarantaine d’avocats – dont les noms sont à retrouver dans les colonnes de nos confrères – se sont opposés à la possibilité du port du voile dans leur profession. Avec cette tribune, à l’initiative de Lara Fatimi, avocate au barreau de Paris, ils réfutent la mise en place d’une « justice communautariste »« La récente tentative d’imposer le port du voile à l’école de formation des barreaux révèle le prosélytisme islamiste assumé de certaines communautés religieuses au sein de l’institution judiciaire », expliquent, en préambule, les magistrats. 

A LIRE 

La “loi sport” adoptée sans l’amendement sur l’interdiction du voile en compétition 

Des actes de « militantisme religieux » 

Après quoi, dans la même tribune publiée dans les pages du magazine hebdomadaire, les avocats mettent en lumière le fait que « de plus en plus d’incidents se font jour, brèches inacceptables qui abîment notre profession et notre justice républicaine ». Autant d’incidents qui, à l’heure actuelle, « se manifestent sur les bancs de formation des futurs avocats ». Mais à l’avenir, les signataires redoutent le fait que « ce sont les greffiers et les magistrats du siège et du parquet qui seront visés »

Ainsi, « face à cette dangereuse progression du fait religieux au sein de nos rangs », ces avocats disent avoir voulu prendre la parole « avant qu’il ne soit trop tard ». Les magistrats, qui s’auto-désignent comme étant les « derniers remparts des libertés », expliquent être dans l’incapacité à se résoudre à « laisser se multiplier les actes de militantisme religieux, préjudiciables pour notre profession et, in fine, pour les justiciables »

« Nous ne pouvons admettre un tel symbole » 

Quelques lignes plus loin, toujours dans les colonnes de Marianne, la trentaine d’avocats argue qu’accepter le port du voile au sein de leur institution reviendrait à « accepter que la religion prime [sur] l’œuvre de justice ». Or, « nous ne pouvons admettre un tel symbole », ajoutent-ils ensuite. Avant d’étayer de la sorte leur point de vue peu après : « Seul le port de la robe doit prévaloir, symbole d’autorité, de neutralité et de dignité de la justice, valeurs communes aux gens du palais. Seul le port de la robe garantit l’unité de l’ensemble des serviteurs de la justice. Seul le port de la robe nous transcende. » 

Ensuite, ces magistrats « farouchement indépendants » jugent que le port d’un signe religieux « constitue une manifestation de dépendance ». Et parce qu’« il en va de l’indépendance de la justice », mais aussi de celle de leur profession, les avocats exigent donc « de maintenir une justice qui garantisse à chacun la possibilité d’être jugé dans une enceinte préservée des incursions religieuses ». Et de conclure : « Nous, avocats, ne voulons pas d’une justice communautariste [et] obscurantiste. Nous, avocats, ne voulons pas d’une justice voilée. » 

Lire les commentaires (11)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :