Russian Casualties in Ukraine: Reaching the Tipping Point (traduction jointe)

Scroll down to content

March 31, 2022. CSIS (Center for Strategic and International Stuides) USA.

In four weeks of combat, Russia may have lost 25 percent of its initial attacking force. These casualties are not on the scale of World War II but are large compared with the relatively small size of the Russian military today. Although reinforcements and replacements can offset some of these casualties, the loss of trained troops will impair military operations and eventually have a political effect.

Russian losses to date are high. NATO estimates that Russia has lost between 7,000 and 15,000 soldiers. Wounded who cannot rapidly return to duty generally number about twice the number of dead. That would mean that Russia has lost between 21,000 and 45,000 troops in four weeks of conflict. To put that into perspective, Russia reported 14,400 killed through 10 years of war in Afghanistan.

The initial invasion force numbered about 190,000 troops. However, that included militias in the Donbas and security forces (Rosgvardiya) for occupation. Ground combat troops numbered about 140,000. Thus, Russia may have lost about a quarter of its initial combat force.

Russia has moved reinforcements and replacements into Ukraine to compensate for these losses, which will offset them to some degree. However, these reinforcements and replacements likely lack the training and experience of the early deployers, especially elite units like paratroopers. The loss of skilled troops and leaders will be felt in the conduct of tactical operations.

Russian forces are not large. During the Cold War, the Soviet Union maintained a military of about 3.5 million. That military is long gone. Today, Russia maintains a total military of about 900,000, of which 280,000 are in the army, according to the latest figures from the International Institute for Strategic Studies in London. Russia reformed its military after poor operational performance in the 2008 invasion of Georgia, where Russia won but with many tactical shortcomings that showed a lack of skill and training. The downsized military increased the proportion of volunteers (called “contract soldiers” in Russia) to about two-thirds, improved training, and streamlined the bloated officer corps.

Russia lacks a strong reserve force. In theory, former soldiers could be recalled to service, and Russia is likely doing some of that, but these soldiers receive no training or follow-up after their active service. Russia has tried to create reserve forces like those in NATO, where reservists are organized into units that train regularly, but such efforts have not made much headway.

To put the Russian force into perspective, the United States has an active-duty force of 1.3 million and organized, trained reserves of 800,000. Thus, the United States has about twice the trained personnel that Russia does.

To further put the Russian force into perspective, the United States sent about 540,000 troops to Saudi Arabia in 1991 to liberate Kuwait from Iraq. Total coalition forces numbered about 750,000. Russia is conducting this invasion on a shoestring.

Russia is sensitive to losses. Russia today is not the country of World War II (called the Great Patriotic War in Russia) that marched to victory over the bodies of its dead. In that conflict, the Soviet Union lost an estimated 10 million soldiers and another 14 million civilians but persevered through terrible losses and repeated battlefield setbacks to achieve ultimate victory. Today, an engaged public and organized mothers groups make casualties highly visible. The use of conscripts is particularly controversial because they are, in theory, not supposed to fight outside Russia proper. Russia may be an authoritarian regime, but it cannot suppress all dissent, just as the Soviet Union could not suppress discontent with the war in Afghanistan. Casualties will increase opposition to the war.

Commentators suspect that Putin is not getting objective advice about the war and thus may not fully appreciate the difficulty his forces are in. This is a common problem in authoritarian regimes where officials do not want to bring bad news to an all-powerful leader. However, eventually, battlefield realities will assert themselves. Likely a group of generals will agree among themselves that Putin must be made aware of battlefield circumstances before the army breaks from continuing casualties, physical exhaustion, dwindling supplies and munitions, and sinking morale. Bringing that message forward may be the push that convinces Putin to get serious about negotiations.

Mark F. Cancian is a senior adviser with the International Security Program at the Center for Strategic and International Studies in Washington, D.C.

Commentary is produced by the Center for Strategic and International Studies (CSIS), a private, tax-exempt institution focusing on international public policy issues. Its research is nonpartisan and nonproprietary. CSIS does not take specific policy positions. Accordingly, all views, positions, and conclusions expressed in this publication should be understood to be solely those of the author(s).

© 2022 by the Center for Strategic and International Studies. All rights reserved.

WRITTEN BY

Mark F. Cancian

Senior Adviser, International Security Program

MEDIA QUERIES

Contact H. Andrew Schwartz
Chief Communications Officer
Tel: 202.775.3242

Contact Paige Montfort
Media Relations Coordinator, External Relations
Tel: 202.775.3173 

RELATED

Commentaries, Critical Questions, and NewslettersCrisis Crossroads: UkraineDefense and SecurityInternational Security ProgramRussia

2 Replies to “Russian Casualties in Ukraine: Reaching the Tipping Point (traduction jointe)”

  1. La traduction en français
    ___________
    Victimes russes en Ukraine : Atteindre le point de basculement

    31 mars 2022. CSIS (Center for Strategic and International Stuides) États-Unis.

    En quatre semaines de combat, la Russie a peut-être perdu 25 % de sa force d’attaque initiale. Ces pertes ne sont pas à l’échelle de la Seconde Guerre mondiale, mais sont importantes par rapport à la taille relativement petite de l’armée russe aujourd’hui. Bien que les renforts et les remplacements puissent compenser certaines de ces pertes, la perte de troupes entraînées compromettra les opérations militaires et finira par avoir un effet politique.

    Les pertes russes à ce jour sont élevées. L’OTAN estime que la Russie a perdu entre 7 000 et 15 000 soldats . Les blessés qui ne peuvent reprendre rapidement leurs fonctions sont généralement deux fois plus nombreux que les morts. Cela signifierait que la Russie a perdu entre 21 000 et 45 000 soldats en quatre semaines de conflit. Pour mettre cela en perspective, la Russie a fait état de 14 400 morts au cours de 10 ans de guerre en Afghanistan .

    La force d’invasion initiale comptait environ 190 000 hommes. Cependant, cela incluait les milices du Donbass et les forces de sécurité ( Rosgvardiya ) pour l’occupation. Les troupes de combat au sol étaient au nombre d’environ 140 000. Ainsi, la Russie a peut-être perdu approximativement un quart de sa force de combat initiale.

    La Russie a envoyé des renforts et des remplaçants en Ukraine pour compenser ces pertes, ce qui les compensera dans une certaine mesure. Toutefois, ces renforts et remplaçants manquent probablement de la formation et de l’expérience des premiers déployés, en particulier des unités d’élite comme les parachutistes. La perte de troupes et de chefs qualifiés se fera sentir dans la conduite des opérations tactiques.

    Les forces russes ne sont pas importantes. Pendant la guerre froide, l’Union soviétique a maintenu une armée d’environ 3,5 millions. Cette armée est partie depuis longtemps. Aujourd’hui, la Russie maintient une armée totale d’approximativement 900 000, dont 280 000 dans l’armée, selon les derniers chiffres de l’Institut international d’études stratégiques. de Londres. La Russie a réformé son armée après de mauvaises performances opérationnelles lors de l’invasion de la Géorgie en 2008, où la Russie a gagné, mais avec de nombreuses lacunes tactiques qui ont montré un manque de compétences et d’entraînement. L’armée réduite a augmenté la proportion de volontaires (appelés «soldats contractuels » en Russie) à approximativement les deux tiers, amélioré la formation et rationalisé le corps des officiers pléthorique.

    La Russie manque d’une force de réserve solide. En théorie, les anciens soldats pourraient être rappelés au service, et la Russie en fait probablement une partie, mais ces soldats ne reçoivent aucune formation ni suivi après leur service actif. La Russie a essayé de créer des forces de réserve comme celles de l’OTAN, où les réservistes sont organisés en unités qui s’entraînent régulièrement, mais ces efforts n’ont pas beaucoup progressé.

    Pour mettre la force russe en perspective, les États-Unis ont une force en service actif de 1,3 million et des réserves organisées et entraînées de 800 000. Ainsi, les États-Unis ont environ deux fois plus de personnel qualifié que la Russie.

    Pour mettre davantage en perspective la force russe, les États-Unis ont envoyé environ 540 000 soldats en Arabie saoudite en 1991 pour libérer le Koweït de l’Irak. Les forces totales de la coalition étaient d’environ 750 000. La Russie mène cette invasion avec peu de moyens.

    La Russie est sensible aux pertes. La Russie d’aujourd’hui n’est pas le pays de la Seconde Guerre mondiale (appelée la Grande Guerre patriotique en Russie) qui a marché vers la victoire sur les corps de ses morts. Dans ce conflit, l’Union soviétique a perdu environ 10 millions de soldats et 14 millions de civils supplémentaires , mais a persévéré malgré des pertes terribles et des revers répétés sur le champ de bataille pour remporter la victoire finale. Aujourd’hui, un public engagé et des groupes de mères organisés rendre les victimes très visibles. L’utilisation de conscrits est particulièrement controversée car ils ne sont, en théorie, pas censés combattre en dehors de la Russie proprement dite. La Russie est peut-être un régime autoritaire, mais elle ne peut pas réprimer toute dissidence, tout comme l’Union soviétique n’a pas pu réprimer le mécontentement suscité par la guerre en Afghanistan. Les pertes augmenteront l’opposition à la guerre.

    Les commentateurs soupçonnent que Poutine ne reçoit pas de conseils objectifs sur la guerre et n’apprécient donc peut-être pas pleinement les difficultés rencontrées par ses forces. Il s’agit d’un problème courant dans les régimes autoritaires où les responsables ne veulent pas apporter de mauvaises nouvelles à un dirigeant tout-puissant. Cependant, les réalités du champ de bataille finiront par s’affirmer. Il est probable qu’un groupe de généraux conviendra entre eux que Poutine doit être informé des circonstances du champ de bataille avant que l’armée ne cesse de subir des pertes continues, l’épuisement physique, la diminution des fournitures et des munitions et la baisse du moral. Faire passer ce message pourrait être le coup de pouce qui convainc Poutine de prendre au sérieux les négociations.

    Mark F. Cancian est conseiller principal du programme de sécurité internationale du Center for Strategic and International Studies à Washington, DC

    Le commentaire est produit par le Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS), une institution privée exonérée d’impôt qui se concentre sur les questions de politique publique internationale. Ses recherches sont non partisanes et non exclusives. Le SCRS ne prend pas de position politique précise. En conséquence, tous les points de vue, positions et conclusions exprimés dans cette publication doivent être compris comme étant uniquement ceux de l’auteur ou des auteurs.

    © 2022 par le Centre d’études stratégiques et internationales. Tous les droits sont réservés.

    ÉCRIT PAR

    Marc F. Cancian

    Conseiller principal, Programme de sécurité internationale

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :