Un test d’anglais au collège propose un genre « autre », l’Éducation nationale plaide « l’erreur »

Scroll down to content

Lors d’une évaluation écrite, des élèves de troisième pouvaient indiquer leur sexe. Trois choix s’offraient à eux : masculin, féminin ou « autre ». Dénoncée par une association de parents d’élèves, la proposition a été retirée. 

Par  valeursactuelles.com

Publié le 5 avril 2022

Photo d'illustration © KONRAD K./SIPA

Photo d’illustration © KONRAD K./SIPA

Partager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

Un banal test d’anglais a viré à la polémique. En effet, un des choix proposés aux élèves de troisième au moment de mentionner leur genre a déconcerté les parents d’élèves. L’évaluation organisée par la plateforme Evalang, organisme placé sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale, offrait trois choix de réponses : masculin, féminin ou « autre », relate Le Figaro, mardi 5 avril.

A LIRE 

Une Marianne transgenre ? L’idée choquerait même chez des féministes

Une association dénonce « une idéologie »

Alertée par des parents d’élèves, l’association « Juristes pour l’enfance » a publié un communiqué dans lequel elle fustige la mention d’un troisième choix. « Il est en effet inadmissible qu’un test d’anglais soit l’occasion et le prétexte pour véhiculer auprès de jeunes collégiens une idéologie remettant en cause la binarité des sexes et l’existence de deux sexes », a-t-elle affirmé avant d’ajouter que cette « idéologie » est développée « sans le moindre fondement scientifique ».

Face à la polémique et aux multiples appels reçus, le ministère de l’Education nationale a évoqué une « erreur », et a retiré le choix « autre » du formulaire, rapporte le quotidien. Si elle regrette que certains élèves aient pu être troublés, l’association a estimé que la décision du gouvernement est en « conformité avec le réel et la loi française ».

Le collectif appelle les pouvoirs publics à une « plus grande vigilance »« Cet évènement révèle l’urgence de préserver la jeunesse des obsessions que certains adultes avides de déconstruction veulent leur imposer », a-t-elle souligné.

Lire les commentaires (2)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :