Des images montrent des soldats ukrainiens achevant des militaires russes

Par Mayeul Aldebert LE FIGARO

Publié il y a 3 heures, mis à jour il y a 2 heures

Écouter cet articlei

00:00/03:22

Image d'illustration. Des soldats ukrainiens passent devant des véhicules blindés russes détruits dans le village de Dmytrivka.
Image d’illustration. Des soldats ukrainiens passent devant des véhicules blindés russes détruits dans le village de Dmytrivka. Genya SAVILOV / AFP

L’unité à laquelle appartiennent les soldats ukrainiens n’a pas encore été clairement identifiée. Ces événements sont constitutifs de crimes de guerre.

Des images mises en ligne sur Telegram en début de semaine – attention le contenu est très violent – ont beaucoup circulé sur les réseaux sociaux. Elles montrent des soldats ukrainiens en train d’achever des militaires russes capturés dans la région de Kiev.

À VOIR AUSSI – Ukraine: Zelensky déclare que la Russie a «changé de tactique» après Boutcha

Ukraine: Zelensky déclare que la Russie a «changé de tactique» après Boutcha

https://imasdk.googleapis.com/js/core/bridge3.509.0_debug_fr.html#goog_1280132545

0 seconds of 34 secondsVolume 0%

Dans cette vidéo, traduite par le Figaro, on peut voir effectivement un groupe de soldats dont certains portent le brassard bleu des militaires ukrainiens. Devant un militaire russe allongé au sol, au milieu d’une mare de sang, on entend distinctement l’échange des militaires au brassard bleu. «Merde, il est encore vivant, tu as vu, il a le souffle coupé», commence le premier, avant que le second ne tire deux fois sur l’homme au sol, qui continue de bouger. «Laisse-le putain de merde», entend-on ensuite avant qu’un des soldats ukrainiens ne tire une nouvelle fois sur le Russe. «Non, je n’ai pas envie de le laisser», ajoute-t-il. «Les voilà vos petits défenseurs de la patrie, fumiers !». À côté, trois autres soldats, apparemment russes aussi, dont un qui a les mains attachées et une blessure à la tête, semblent morts.

Embuscade ukrainienne

Où a pu être enregistrée cette vidéo ? Le New York Times note que la scène se déroule à une centaine de mètres d’un BMD-2, un véhicule de combat d’infanterie utilisé par les unités aéroportées russes. Identifiées en sources ouvertes, les images auraient été tournées au nord du village de Dmytrivka à l’ouest de Kiev. L’agence de presse ukrainienne UNIAN précise que l’unité russe aéroportée aurait été prise en embuscade à la fin du mois de mars alors que les Russes se retiraient de la région de Kiev. Le New York Timesrapporte d’ailleurs aussi que le ministère de la Défense ukrainien s’est félicité sur Twitter dans un clip vidéo de la destruction d’un convoi russe. L’embuscade est également documentée en images par le journaliste indépendant Oz Katerji. «Ce ne sont même pas des êtres humains», affirme un soldat ukrainien dans le clip relayé par le ministère ukrainien précisant que deux lieutenants russes ont été faits prisonniers.

À quelle unité appartiennent les soldats ukrainiens de la vidéo ? Les militaires répètent à plusieurs reprises «Gloire à l’Ukraine», mais il est difficile d’identifier précisément leur régiment. Dans une autre vidéo datée du 30 mars et relayée par UNIAN, on voit le même endroit, mais avec un angle différent. Les soldats russes au sol ont la même position. Face caméra, un soldat s’exprime. Il fait partie de la «Légion géorgienne», affirme l’agence de presse, une unité paramilitaire de volontaires géorgiens qui s’est formée pour combattre au nom de l’Ukraine en 2014.

L’unité a démenti cette information dans un communiqué sur sa page Facebook. Le commandant de la légion géorgienne Mamuka Mamulashvili avait néanmoins affirmé dans un média russe qu’il ne ferait pas de prisonniers, «comme les soldats de Kadyrov».

D’autres images ont montré la semaine dernière des soldats ukrainiens tirant dans les jambes de prisonniers russes. Ce traitement des prisonniers de guerre est clairement qualifié de crime de guerre selon le droit international humanitaire régi par les conventions de Genève. Suite à la diffusion de ces images, l’ONG Human Rights Watch avait appelé les autorités ukrainiennes jeudi 31 mars à enquêter sur de potentiels «crimes de guerre».


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :