À Strasbourg, Macron trouve «beau» de rencontrer une femme voilée et «féministe»

Par Arthur Berdah. LE FIGARO

13 acvril 2022

Écouter cet articlei

00:00/01:57

Emmanuel Macron à Strasbourg, le 12 avril 2022.
Emmanuel Macron à Strasbourg, le 12 avril 2022. ELIOT BLONDET / AFP

Le président-candidat a dénoncé «les bêtises» de son adversaire RN Marine Le Pen, qui veut interdire les signes religieux ostentatoires dans l’espace public. Le camp nationaliste lui reproche un «terrible moment».

Le second tour polarise les positions. En déplacement dans le Grand Est mardi, Emmanuel Macron s’est offert un bain de foule tardif à Strasbourg, en marge du meeting qu’il y a tenu en fin de journée. Une déambulation qui l’a amené à croiser une femme voilée, se revendiquant comme «féministe» et «pour l’égalité femmes-hommes». Après s’être volontairement assuré, devant «les caméras», que son interlocutrice portait le vêtement islamique «totalement par choix», le président-candidat a cru bon de saluer : «Ce qui est beau, (…) (c’est d’)avoir une jeune fille qui porte le voile (…) et qui dit “est-ce que vous êtes féministe ?”… C’est la meilleure des réponses à toutes les bêtises que j’entends».

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=figaroelections&dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3NwYWNlX2NhcmQiOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd19ob3Jpem9uX3RpbWVsaW5lXzEyMDM0Ijp7ImJ1Y2tldCI6ImNvbnRyb2wiLCJ2ZXJzaW9uIjozfX0%3D&frame=false&hideCard=false&hideThread=true&id=1514158113955459073&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.lefigaro.fr%2Felections%2Fpresidentielles%2Fa-strasbourg-macron-trouve-beau-de-rencontrer-une-femme-voilee-et-feministe-20220413&sessionId=c4b628cb2845b313b37e6102bb96a54d2bda2853&siteScreenName=figaroelections&theme=light&widgetsVersion=c8fe9736dd6fb%3A1649830956492&width=550px

Manière pour lui de se distinguer de «Madame Le Pen, qui dit “le voile sera interdit sur la place publique avec moi”». Et de dénoncer ce faisant la proposition de son adversaire RN, qui souhaite interdire le port de tout signe religieux ostentatoire dans l’espace public si elle était élue le 24 avril prochain. Immédiatement dénoncée par le camp nationaliste – l’eurodéputé ex-RN Gilbert Collard, qui soutient désormais Éric Zemmour, y a vu un «terrible moment» -, cette sortie du chef de l’État sortant tranche quelque peu avec certaines de ses positions passées sur le sujet.

Invité de BFMTV/RMC et Médiapart il y a quatre ans jour pour jour, mi-avril 2018, le locataire de l’Élysée avait certes dit «tolérer» le voile et «respecter» celles qui le portent, à condition «d’une chose» : qu’elles le fassent «par choix». Mais il avait aussitôt reconnu que ce vêtement «insécurise» le pays parce qu’il n’est «pas conforme à la civilité» de la société française, ni «au rapport entre hommes et femmes». Plutôt que d’y voir un «beau» symbole, il s’était donc à l’époque dit «pas spécialement heureux» que cette pratique se répande.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :