Macron, l’échec de la lutte contre l’immigration

Scroll down to content


La politique migratoire d’Emmanuel Macron a été une succession de promesses non tenues. 

Par  Jules Torres. VALEURS ACTUELLES

Publié le 14 avril 2022 à 17h30 

Des tentes de clandestins que la France continue d'accueillir contre l'avis des Français. Photo © ALAIN JOCARD / AFP.

Des tentes de clandestins que la France continue d’accueillir contre l’avis des Français. Photo © ALAIN JOCARD / AFP.

Partager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

Rien de moins que 100 %. Il y a trois ans, Emmanuel Macron promettait à Valeurs actuelles d’exécuter la totalité des obligations de quitter le territoire français (OQTF) prononcées à l’endroit des clandestins présents sur le sol français. Aujourd’hui, le bilan s’avère peu flatteur. Au total, la France exécute 14 % des OQTF, mais les chiffres sont plus intéressants si l’on regarde du côté du Maghreb, qui représente 30 % de l’immigration illégale. Sur 7 731 OQTF délivrées à des Algériens sur les six premiers mois de l’année 2021, 23 ont été exécutées. Soit 0,3 %. S’agissant du Maroc et de la Tunisie, les résultats ne sont guère meilleurs… respectivement 2,4 et 4 %. Risible.

A LIRE 

Philippe de Villiers : « Nous vivons trois grands remplacements »

Faible quand il faut agir

En septembre 2021, à quelques mois de l’élection présidentielle, le gouvernement réagit. Au micro d’Europe 1, le porte-parole Gabriel Attal annonce que la France a pris « une décision drastique, une décision inédite » : l’attribution de visas va diminuer de 50 % pour le Maroc et l’Algérie, de 30 % pour la Tunisie. Si l’objectif pouvait être de contraindre ces États à collaborer plus activement, la mesure n’a pas d’effet. De la pure communication. Le quotidien tunisien la Presse titre même : « Macron fait du Zemmour ».

Ces chiffres et ces mesures cosmétiques résument la politique migratoire d’Emmanuel Macron depuis cinq ans. Fort quand il faut draguer l’électorat de droite. Faible quand il faut agir. Quand le président annonce faire du chantage aux visas, les chiffres tombent : durant son quinquennat, ce sont plus de deux millions d’étrangers qui ont rejoint le pays – environ 400 000 par an.

Quand il signe le pacte de Marrakech – un texte de l’Onu qui nous impose sa vision d’un monde sans frontières -, il propose l’introduction de quotas pour réguler l’immigration. Lors de la crise sanitaire, son idéologie l’oblige à laisser les frontières ouvertes en affirmant que le virus n’a pas de “passeport”, avant de les fermer partiellement. Le macronisme est une “pensée complexe” que l’immigration aura malmenée pendant cinq ans.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :