Affaire du Pont-Neuf : permettre à nos policiers de se défendre est une urgence

Scroll down to content

François Teutsch 30 avril 2022 BOULEVARD VOLTAIRE

 

56

      

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

La France entière connaît les Amants du Pont-Neuf. L’image la plus célèbre du pays célèbre une légèreté, un art de vivre à la française, un Paris disparu. Plus de jeunes femmes à chapeau, plus d’hommes galants, plus de légèreté sur le Pont-Neuf de 2022. On y croise désormais des trafiquants de drogue et les policiers lourdement armés qui n’ont plus rien à voir avec les îlotiers en pèlerine foncée.

Ce qui s’est passé, le soir du 24 avril 2022, sur ce lieu emblématique est révélateur d’une déliquescence. Alors même que M. Macron célébrait une victoire facile, ses électeurs apprenaient sur leur cher BFM TV qu’un policier avait tiré sur le conducteur d’une voiture qui, lors d‘un contrôle, avait foncé sur lui. Ces faits se déroulent chaque jour dans les quartiers sécessionnistes, là où le tir d’un policier peut déclencher des émeutes.

Le policier a été placé en garde à vue, ce qui est normal, puisqu’il a tué deux hommes et blessé un troisième, qui pourrait être le client de ces commerçants interlopes. Mais, sans doute parce que la campagne électorale est terminée, l’homme a été mis en examen pour homicide volontaire, c’est-à-dire pour meurtre. En d’autres termes, il aurait délibérément tiré, sans nécessité de protéger sa vie, dans l’intention de tuer.

Chaque affaire judiciaire est différente et juger consiste à peser les éléments présentés au tribunal pour décider en toute connaissance de cause. Certes, il peut arriver qu’un policier tue froidement. Cela s’est vu et pas seulement dans les films. Le cas est trop rare pour en faire un principe d’action des forces de l’ordre. Surtout quand les deux morts sont revendeurs de drogue, au volant d’une voiture sur un pont en plein centre-ville. Il est permis au moins d’espérer que la Justice statuera librement.

Mais comment ne pas imaginer que cette décision étonnante et médiatisée soit en lien avec le calendrier électoral, avec les impératifs du scrutin ? Faut-il y voir un clin d’œil à la Mélenchonie, toujours prompte à dénoncer les « violences policières » et dont le poids électoral pourrait gêner le pouvoir ? Au contraire, la même mise en examen aurait-elle eu lieu entre les deux tours, au risque de détourner du candidat Macron les électeurs le plus attachés à l’ordre ?

Des syndicats de policiers ont appelé à un rassemblement en soutien à leur collègue. Ces derniers mois, des candidats à la présidence ont proposé de réformer la loi pour instituer, au profit des policiers, une présomption de légitime défense. Proposition rejetée par l’élu du 24 avril, qui a osé parler des « violences policières » sur un média destiné à la jeunesse.

L’irresponsabilité d’un dirigeant ne se mesure pas seulement à ses actes ou à ses abstentions. Elle relève aussi de son aveuglement volontaire. En refusant la réalité d’une violence de plus en plus fréquente à l’encontre des forces de l’ordre, nos prétendues élites se coupent d’une partie de la population qui, pour ne pas supporter la mesquinerie de certains contrôles, n’en demeure pas moins attachée à l’institution policière protectrice des droits de chacun.

Permettre à nos policiers de se défendre est une urgence, une mesure de justice et de renforcement de la cohésion nationale. La police, comme l’armée, est loyale au régime. Mais prendre les uns et les autres pour des pantins pourrait un jour entraîner une autre réaction qu’un simple rassemblement.

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

56

      

François Teutsch

Avocat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :