[Saint Clair] Emmanuel Macron, un président en burn out

Scroll down to content


« Les deux corps du roi sont entrés, coup sur coup, en dépression », analyse notre chroniqueur Frédéric Saint Clair, qui déplore l’impression de vide qui émane des débuts du nouveau quinquennat. 

Par  Frédéric Saint Clair. VALEURS ACTUELLES

Publié le 10 mai 2022  

Le président français, Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse à la Chancellerie de Berlin, en Allemagne, le 9 mai 2022. Photo © Emmanuele Contini/NurPhoto via AFP

Partager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

Burn out, en français dans le texte : cramé, épuisé, vidé de ses ressources.

Emmanuel Macron ne parvient plus, depuis plusieurs semaines, à seulement faire semblant d’être président, d’être candidat, d’être à la hauteur des enjeux, des menaces, de la fonction suprême. Cynisme ? Non ! Succession d’échecs, impuissance chronique, dévalorisation, affaissement intellectuel et psychologique. Emmanuel Macron n’y arrive plus. Il est vide. Il n’a plus d’influx, plus de peps, plus d’idées, plus d’envie. À peine réélu, lors de son discours d’investiture, s’est manifestée la même désinvolture qui avait commandé son attitude relâchée lors du débat du second tour, tel un gamin mal élevé.

Résultat : une foule de caresses dispensées ici et là par un président soumis à ses émotions, comme une manie, comme la marque d’un malaise psychologique. Un président en prise directe avec un mal qu’il ne maîtrise plus : ce sentiment d’inaptitude doublé d’une perte de sens qui le tenaille malgré sa réélection. Son discours, face à une flopée de courtisans, s’en est, lui aussi, gravement fait l’écho : succession de clichés aussi creux qu’inopérants. Petite démonstration.

Soit Emmanuel Macron critique le “repli nationaliste” et se félicite d’être le héraut du camp du bien, « la République et l’Europe », soit il accumule les idées creuses, les clichés, les contractions.

Ouvrons le bal avec l’envolée lyrique la plus affligeante de l’histoire des discours présidentiels : « C’est lorsque se lève le vent du tragique que nous, Français, trouvons la force de nous hisser au-delà de nous-mêmes pour écrire l’Histoire à l’encre de l’universel. » Quel sens ? Quelle vision ? Quel message ? Il n’y en a pas. Du verbiage, rien que du verbiage. L’ensemble du texte puise à la même “encre universelle”. Soit Emmanuel Macron critique le “repli nationaliste” et se félicite d’être le héraut du camp du bien, « la République et l’Europe », soit il accumule les idées creuses, les clichés, les contractions. Par exemple, lorsqu’en parlant des Français, il évoque ce « vieux peuple » qui a offert au monde « les rêves les plus fous : l’humanisme, les Lumières, les droits de l’homme ».

Problème : trois minutes auparavant, Emmanuel Macron évoquait un « peuple nouveau qui a confié à un président nouveau un mandat nouveau ». Alors, vieux peuple ou peuple nouveau ? Les deux ? Le « en même temps » qui fait du vieux un jeune et du jeune un vieux ? En clair, n’importe quoi ! La suite est pire : il attribue l’humanisme à la France, alors qu’il naît en Italie ! Il attribue les Lumières à la France ; elles naissent en Allemagne sous le nom d’Aufklärung, voire de Sturm und Drang ! Il attribue les droits de l’homme à la France ; cela peut éventuellement s’entendre, si l’on accepte de se souvenir qu’ils sont les héritiers de l’Habeas Corpus et du Bill of Rights britanniques, que la Révolution française a été précédée des révolutions anglaise et américaine, que la déclaration d’indépendance américaine de 1776 est pourvue d’un préambule qui énumère un certain nombre de droits fondamentaux, notamment : « Tous les hommes sont créés égaux ; ils sont dotés par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. » Chacun jugera.

La prochaine étape, c’est l’angoisse, qui saisira immanquablement ce président en état d’hypoxie idéologique et politique

Poursuivons la longue litanie d’énoncés creux qui émaillent le discours présidentiel : « La France n’aura pas fini d’inspirer le monde. » Verbiage. « Cette confiance, toujours fragile, chaque matin remise en cause, est le socle de notre régime de liberté. » Verbiage. « Servir notre pays, miracle de la volonté et de la liberté des hommes. » Verbiage. Et, Conclusion de l’allocution : « Nos enfants, vers lesquels vont mes pensées en cet instant, et à qui je fais le serment de léguer une planète plus vivable. » Verbiage mégalomaniaque – à moins qu’Emmanuel Macron n’ait été élu, à notre insu, président du monde…

Pourquoi un tel vide domine-t-il le discours présidentiel ? Pourquoi Emmanuel Macron n’est-il pas parvenu à réparer la piteuse fête de la victoire au Champ-de-Mars par un discours dense et enlevé ? Pourquoi n’est-il pas parvenu à reproduire l’aspiration à la grandeur qui avait caractérisé, dans la cour carrée du Louvre, la scénographie de sa précédente élection ? Lui fait défaut cette petite chose qui permet à la vie humaine comme à la littérature de se tenir debout : le souffle. Les deux corps du roi sont entrés, coup sur coup, en dépression – le premier, celui qui porte le socle idéologique, social-libéral européiste et universaliste, ayant entraîné le second dans sa chute.

Le constat est simple : Emmanuel Macron ne supporte pas la pression présidentielle ; il n’a pas les épaules, la charge est trop lourde, sa psychologie est en train de craquer, il tourne à vide, comme c’était le cas pour ses deux prédécesseurs en fin de mandat, dont la chance paradoxale a été leur non réélection. Le hic pour Emmanuel Macron ? Le burn out n’est pas un état stationnaire ; il y a une phase 2. La prochaine étape, c’est l’angoisse, qui saisira immanquablement ce président en état d’hypoxie idéologique et politique lorsqu’il prendra conscience qu’il n’a pas les ressources pour tenir cinq ans.

J’espère sincèrement que M. Saint-Clair se trompe: ce n’est pas le moment !!!!!!!

Artofus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :