[Del Valle] L’Ukraine, épicentre de la confrontation entre les empires anglo-américain et russe… au détriment du dindon de la farce ouest-européen

Scroll down to content

[Del Valle] L’Ukraine, épicentre de la confrontation entre les empires anglo-américain et russe… au détriment du dindon de la farce ouest-européen

Cette semaine, notre chroniqueur Alexandre del Valle livre le troisième épisode du feuilleton géopolitique sur les buts de guerre russes et anglo-américains en Ukraine, dans un contexte d’aides militaires et économiques croissantes accordées à l’armée et aux milices ukrainiennes par les Occidentaux, le but des Etats-Unis étant d’empêcher que la Russie s’empare de 40 % de l’Ukraine, donc qu’elle la prive de son accès à la Mer, puis de tenter de provoquer par l’embourbement et l’épuisement des moyens militaires et économiques russes, la chute du régime de Vladimir Poutine… 

Par  Alexandre del Valle

Publié le 13 mai 2022 VALEURS ACTUELLES

Soldats ukrainiens au combat. Photo © Justin Yau/ Sipa USA

Partager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

Dans une conférence prononcée au Chicago global Institute en mars 2015 au sujet de l’Europe et de l’Ukraine, George Friedman, le stratège de Stratfor (« l’ombre de la CIA »), avait explicité avec un cynisme incroyable mais d’une grande franchise les objectifs stratégiques des puissances maritimes anglo-saxonnes en Eurasie. Il explique que depuis plusieurs siècles, leur modus operandi repose sur le principe de de divide et impera (empêcher toute unité continentale eurasiatique) et de domination indirecte ou déléguée, tandis que la force immédiate (mais faiblesse à long terme) de l’empire territorial à la russe se heurte à la difficulté de maintenir longtemps sous un joug d’occupation directe et physique un territoire et sa population en partie hostiles. Il prédit des guerres en Europe, désigne le rapprochement russo-allemand ou russo-européen comme le pire danger pour Washington, puis avoue que les Etats-Unis ont provoqué la Russie depuis 2015 en armant l’armée ukrainienne au point d’en décorer ses officiers comme s’ils faisaient partie de facto de l’armée américaine…

A LIRE 

Guerre en Ukraine : la Russie restera en Ukraine « pour toujours », assure Moscou

Gagner la guerre est possible pour le Kremlin, mais gagner la paix et la bataille de la reconstruction économique puis des cœurs ukrainiens sera bien plus difficile.

A l’aune de cette représentation de la lutte entre empires maritime et continental, l’enjeu actuel des Etats-Unis est de tout faire pour embourber les Russes en Ukraine, quitte à les pousser aux pires exactions (inévitables crimes contre l’humanité et possible scénario nucléaire tactique en Ukraine) afin de durablement faire “perdre les cœurs” des russophones d’Ukraine aux occupants/grands frères-bourreaux russes et couper la Russie définitivement de l’Occident et d’une partie du monde. De son côté, l’impératif de la Russie poutinienne, loin d’être aisé ou gagné, sera de tout faire pour fidéliser les russophones d’Ukraine/NovaRossia et de “réintégrer” le pays voisin et vaincu (dans l’éventualité d’une victoire militaire russe et de l’atteinte des objectifs du Kremlin décryptés dans notre précédente chronique à Valeurs) dans une Union politico-douanière commune avec la Biélorussie, la Russie et même la Moldavie/Transnistrie.

Certes, cet objectif est présenté comme étant irréaliste ou fantasmatique par les Anglo-saxons et l’ensemble des dirigeants occidentaux qui sont persuadés — ou feignent de l’être — que leur massive aide économique et militaire aux Ukrainiens va permettre de chasser à terme définitivement l’armée russe de Crimée, du Donbass et de tous les territoires pris par l’armée russe. En réalité, le manque de personnel militaire ukrainien qualifié pour manier les armes de plus en plus sophistiquées livrées par les Anglo-saxons et d’autres pays de l’OTAN aux forces ukrainiennes, puis l’affaiblissement considérable des forces humaines ukrainiennes et des infrastructures du pays permettent aux experts de la chose militaire et du renseignement de douter du caractère inéluctable de pareil scénario optimiste… En tout cas dans le court et moyen terme. Mais il est clair qu’aucun scénario n’est à écarter. L’avenir proche montrera clairement qui aura gagné la première manche, car gagner la guerre est possible pour le Kremlin, mais gagner la paix et la bataille de la reconstruction économique puis des cœurs ukrainiens sera bien plus difficile. On l’a déjà vu en Géorgie précédemment ou dans un autre théâtre non slave comme la Syrie, où l’après-guerre est bien plus difficile que la guerre étant données les sanctions massives occidentales, dont la loi américaine Caesar extraterritoriale qui condamne et punit tous les gouvernements et entreprises du monde tentées de s’impliquer dans la reconstruction économique de la Syrie.

Flash-back: un immense gâchis, chronique d’un choc global annoncé depuis 2007

A LIRE 

[Del Valle] Objectifs de guerre russes et anglo-saxons en Ukraine: l’escalade hautement sismique entre deux empires stratégiques…

Pour contrer cette stratégie anglo-américano-atlantiste, dont le projet d’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN participe, la Russie de Poutine avait annoncé la couleur et brandi la menace d’une guerre mondiale Occident-Russie dès 2007, lors de sa conférence de Munich lors d’une réunion du G7, définissant alors les « lignes rouges » à ne pas franchir, et surestimant la propension des Occidentaux à se laisser impressionner par la menace nucléaire. L’année suivante, les Etats-Unis et l’OTAN avaient d’ailleurs répondu à l’occidentalisation de la Géorgie et à la proposition de faire entrer ce pays dans l’OTAN (refusée par l’Allemagne et la France plus sages) par une intervention militaire éclair qui annonçait la guerre en Ukraine aujourd’hui, quoi qu’avec une quasi non-résistance militaire côté géorgien. Dans le cadre des plans poutiniens de contre-offensive face à cette tentative d’atlantisation de “l’étranger proche” russe, l’Ukraine est aujourd’hui destinée à devenir un État-croupion réduit à environ 60 % de son territoire restant, sans aucun accès à la mer (pourtant vital pour exporter des céréales ou d’autres produits) et ayant quelques grandes industries résiduelles comme l’usine d’avions Antonov, donc un traitement bien plus sévère encore que ce qu’a subi le peuple géorgien dans un contexte comparable… Tout l’enjeu à venir réside dans la capacité ou non des Russes à tenir leurs positions en Crimée orientale et septentrionale (“Nova Rossia”, Donbass-Crimée-Odessa), ce qui n’est pas gagné d’avance, comme le montre la détermination des Ukrainiens suréquipés par les Etats-Unis depuis 2014, et des Ukrainiens à reprendre le contrôle des terres perdues en cas d’enlisement russe sur le moyen et le long terme.

A LIRE 

[Del Valle] Les vrais objectifs de guerre de l’Empire russe en Ukraine et la riposte de l’Empire anglo-saxon, une vieille histoire…

Le choc entre ces deux empires est total. Les objectifs de guerre des deux camps est global et ne s’arrête pas à l’Ukraine. Pour l’Ukraine comme pour la Russie, l’enjeu est existentiel. De ce fait, toutes les options sont envisageables, y compris l’emploi d’une bombe nucléaire tactique en Ukraine ou ailleurs si l’armée conventionnelle russe venait à subir trop de revers en raison de l’aide occidentale militaire massive ou si les sanctions totales rendaient cette guerre économiquement insupportable pour Moscou.

La faiblesse majeure de l’Occident réside dans l’incapacité de ses dirigeants à servir l’intérêt national et à écouter les stratèges compétents, au profit de logiques électoralistes court-termistes.

L’empire occidental, à la fois politico-militaire et idéologico-cognitif (soft power), mais surtout économique, consumériste et financier (armes des sanctions de masses), dispose d’armes et de plans stratégiques de conquête et de dominations sans équivalents dans le reste du monde qui a du mal à devenir multipolaire comme le souhaitent les BRICS et surtout le tandem russo-chinois. La Russie n’a pas encore pris de plein fouet les conséquences dévastatrices des sanctions et embargos, et la dédollarisation qu’elle souhaite accélérer ne provoquera pas forcément un effet domino dévastateur car l’industrie américaine pourrait plus facilement être relocalisée et relancée par une baisse du dollar induite par un processus de dédollarisation escompté par le tandem russo-chinois et d’autres pays “multipolaristes”. D’un autre côté, la dédollarisation peut aussi faire perdre aux Etats-Unis leur suprématie financière et un moyen de payer sa gigantesque dette. Les prochains mois nous donneront des indices sur sa faisabilité.

Toutefois, la faiblesse majeure de l’Occident réside dans la faible propension des dirigeants des démocraties libérales occidentales à servir l’intérêt national et civilisationnel de leurs nations et à écouter les stratèges compétents, au profit de logiques électoralistes court-termistes ou de démagogie médiacratique consistant à surfer sur les émotions portées par les lobbies médiatiques et associatifs liés à des intérêts transnationaux. On peut bien sûr également mentionner les lobbies de l’armement et du gaz de schiste américains qui ont poussé Biden à permettre les conditions d’une guerre durable et globale OTAN-RUSSSIE en Ukraine afin de faire perdurer les ventes d’armes dans la perspective de la compensation du retrait américain subit d’Afghanistan qui a fait perdre un gigantesque marché aux grandes entreprises américaines d’armement . D’évidence, les industries de l’armement occidentalo-américaines – et donc l’OTAN qui leur permet de vendre dans le cadre d’une extension sans fin – n’ont aucun intérêt à promouvoir une solution de paix en Ukraine et à cesser d’encercler la Russie à l’est, au sud et au nord, ce qui ne peut qu’acculer l’ours russe blessé à devenir encore plus imprévisible et à commettre l’irréparable…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :