Burkini : Eric Piolle brade la liberté des femmes au nom du « Bien », par Abnousse Shalmani 

Scroll down to content

Comment en est-on arrivé là ? A considérer comme du racisme le rejet d’un signe politico-religieux qui renvoie les femmes au péché et dédouane les hommes de leur désir ?

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS Durée : 5 minLe maire de Grenoble, Eric Piolle, a provoqué la polémique en demandant un vote au conseil municipal sur l'autorisation pour les femmes de se baigner en burkini dans les piscines de sa ville. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

L

AFP

Par Abnousse Shalmani

Publié le 18/05/2022 L’EXPRESS

Nous savons dorénavant que le burkini est un « progrès social » grâce au maire de Grenoble, Eric Piolle. Précisions qu’il s’agit de l’édile écolo qui a « dégenré » les cours de récréation, ce qui consiste à retirer le terrain de foot et installer des copeaux de bois, au grand désarroi des élèves… Il n’est venu à l’idée de personne de faire jouer les filles avec les garçons au foot. Quand on connaît le pourcentage dramatique d’enfants en obésité morbide, on se dit que c’était exactement la chose à faire (ceci est une ironie). Bref. Le même a récemment décidé qu’il était inadmissible que les femmes musulmanes ne puissent accéder aux piscines. Car la femme musulmane ne montre pas sa peau, n’offre pas son corps en spectacle aux regards concupiscents, forcément concupiscents, des hommes. Car la femme musulmane est forcément voilée et forcément en burkini.  

La peau, le corps des femmes est donc officiellement taboue dans les piscines de Grenoble. Que le maillot de bain intégral en lycra révèle davantage encore les formes et contredise la pudeur réclamée par le texte coranique, qu’importe ! Il faut donner des gages aux islamistes qui ont gangrené la mairie. Il faut réduire la femme musulmane à l’infamie de son corps.  

LIRE AUSSI >> « Associer le burkini à un progrès social est une trahison du féminisme », par Anne Rosencher

Mais Eric Piolle autorise aussi les femmes à se baigner seins nus. Car chacun s’habille comme il veut ! Non seulement, le voile ou le burkini ne sont pas des vêtements – si ce n’était que des bouts de tissus, pourquoi en faire l’alpha et l’oméga de l’Islam ? Si ce ne sont que des bouts de tissus anodins, pourquoi est-ce si difficile à retirer ? Et comment imaginer que des femmes oseraient montrer leur cul quand d’autres se recouvrent ? La pression du regard, le sentiment d’être nu au milieu de femmes recouvertes, la gêne, le malaise… Mais Eric Piolle, comme la grande majorité de la nouvelle gauche, est obsédé par une seule et unique chose : le racisme. Car, chers lecteurs, sachez que le Maroc et la Tunisie sont des pays racistes. Le burkini y est prohibé. Le burkini n’est qu’un signe extérieur d’islamisme, le burkini, tout comme le voile, n’est que le signe extérieur de l’avilissement d’être femme. 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

J’invite Eric Piolle à aller en Afghanistan

Pendant ce temps-là, en Afghanistan, les talibans inclusifs, après avoir autorisé puis interdit quelques heures plus tard, aux filles le collège et le lycée, ont de nouveau imposé la burqa, tout en demandant aux femmes de rester à la maison. Elles n’ont pas le droit de sortir seules, de fréquenter les parcs le même jour que les hommes, ou de voyager sans tuteur. Depuis la chute de Kaboul en août 2021, le seul ministère qui travaille est le ministère de la promotion de la vertu et de la prévention du vice. Les enfants mendiants n’ont jamais été aussi nombreux, la malnutrition fait des ravages, les revenus de l’Etat taliban se résument aux droits de douane et de taxes, mais la seule chose qui compte aux yeux talibans, est le corps des femmes. Je leur suggère d’interdire le sol afghan aux femmes pour qu’ils n’aient même plus à partager le même oxygène. Et je propose à Eric Piolle de se rendre en Afghanistan pour rencontrer des femmes sous burqa et leur expliquer le progrès social que représente le voile – intégral ou pas.  

LIRE AUSSI >> Burkini à Grenoble : le service public doit-il aller jusque dans nos maillots de bain ?

Nous avons aussi appris que La France insoumise était plus forte et plus efficace que la justice. En cinq jours, comme ils le martèlent sur toutes les ondes, ils ont réglé le « problème » Taha Bouhafs, accusé par des femmes de violences sexuelles. En cinq jours, les témoignages ont été reçus, les victimes ont témoigné et Taha Bouhafs n’est plus candidat. Et comme les victimes ne veulent pas porter plainte pour ne pas participer de la France raciste, le problème est définitivement réglé. « Les frères musulmans pour le vivre ensemble », se sont fendus d’un post où ils se réjouissent que les femmes n’aient pas porté l’affaire devant la justice blanche raciste.  

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Le néo-colonialisme pardonne à l’arabe de violer des femmes, car l’Arabe ne sait pas ce qu’il fait. Comment pourrait-il ? Toutes ces femmes découvertes, seins nus, jambe exposée aux regards, décolletée plongeant, sont des tentatrices ! Sayeed Qutb, le penseur des Frères Musulmans, le disait déjà lors de son voyage aux Etats-Unis en 1949: « La jeune fille américaine est bien au fait de la séduction qu’exerce son corps. Elle sait que cette séduction réside dans le visage, l’expression des yeux, et ses lèvres gourmandes. Elle sait que cette séduction réside dans des seins ronds, des fesses pleines, des cuisses galbées, dans la douceur de ses jambes. Elle le sait, elle montre tout et ne s’en cache pas ». La femme musulmane doit donc être contraire à cette description de la luxure et de la tentation. Si seulement elles étaient voilées ! Si seulement la France blanche raciste respectait les cultures et imposait le voile à toutes, il n’y aurait plus de viol ! Regardez l’Iran, l’Arabie saoudite, l’Algérie ! Il n’y a pas de femmes violées, agressées dans ces pays qui respectent la concupiscence naturelle des hommes victimes de la peau des femmes (ceci est une ironie). 

LIRE AUSSI >> Taha Bouhafs : la défense de LFI, c’est l’idéologie de la mélanine, par Abnousse Shalmani

Je ne sais pas comment il est possible qu’un maire élu d’une ville française soit aussi inculte. Je ne sais pas comment il est possible d’entendre de la bouche d’un élu français les mêmes arguments que les islamistes d’il y a quarante ans en Iran. Je ne sais pas comment il est possible de considérer comme du racisme le rejet d’un signe politico-religieux abjecte, qui crée une frontière indépassable entre hommes et femmes, qui réduit les femmes à leurs corps sexués, qui renvoie la femme au péché et seulement au péché et dédouane les hommes de leur désir. 

Sur le même sujet

Je ne sais pas comment nous en sommes arrivés là. A ce point d’ignorance, à ce point de racisme paternaliste à l’ancienne, à ce point de rupture entre les citoyens. Mais je sais une chose : Eric Piolle restera dans l’Histoire pour avoir bradé la liberté des femmes au nom du Bien. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :