Un demandeur d’asile relâché après avoir menacé au couteau deux policiers

Scroll down to content

Le demandeur d’asile, d’origine nigériane, qui a menacé un vigile et deux policiers avec un couteau, ce mardi à la gare de l’Est, est ressorti libre de sa garde à vue. Il sera convoqué en novembre pour son jugement, sans aucune garantie qu’il se présente, étant sans domicile fixe et sans emploi. 

Par  Amaury Bucco. VALEURS ACTUELLES

Publié le 21 mai 2022

L’individu est sorti libre de sa garde à vue. Photo d’illustration © FRED SCHEIBER/SIPA

Partager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

Mardi 17 mai, vers 8 heures du soir, dans le hall de la gare de l’Est, un demandeur d’asile nigérian de 25 ans, Ahmed I., avait menacé un employé du McDonald’s avec un couteau, puis fait de même avec deux policiers venus à la rescousse du vigile. Face à l’attitude du suspect, qui leur avait lancé à plusieurs reprises « Shoot me ! [Tuez-moi !] », tout en avançant avec son couteau, les deux agents avaient été contraints de sortir leur arme de service. Ils étaient finalement parvenus à l’interpeller sans coup de feu. Comme seul papier d’identité, une attestation de réexamen de demande d’asile avait été retrouvé sur lui, ce qui signifie donc que ce dernier avait fait face à un premier refus après son arrivée en France, en 2017.

A LIRE 

“Tuez-moi !” : à Paris, un demandeur d’asile menace au couteau un agent de sécurité et demande à la police de lui tirer dessus

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=Valeurs&dnt=true&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3NlbnNpdGl2ZV9tZWRpYV9pbnRlcnN0aXRpYWxfMTM5NjMiOnsiYnVja2V0IjoiaW50ZXJzdGl0aWFsIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9yZXN1bHRfbWlncmF0aW9uXzEzOTc5Ijp7ImJ1Y2tldCI6InR3ZWV0X3Jlc3VsdCIsInZlcnNpb24iOm51bGx9fQ%3D%3D&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1527947959660384256&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.valeursactuelles.com%2Ffaits-divers%2Fun-demandeur-dasile-relache-apres-avoir-menace-au-couteau-deux-policiers&sessionId=3de2b254dcb0c36a6ab8f6223ab0aa41c0b620de&siteScreenName=Valeurs&theme=light&widgetsVersion=c8fe9736dd6fb%3A1649830956492&width=500px

Placé en garde à vue, Ahmed I., avait subi un examen psychologique qui ne décelait aucune folie particulière. L’homme a été auditionné le 18 mai lors de sa garde à vue, afin s’expliquer sur les faits reprochés. Devant les policiers, il a tenu un discours confus. Sans ressource (il dit mendier auprès d’amis pour vivre), ni travail, ni enfant, il indique être en bonne santé, et fumer des cigarettes ainsi que du hashish. Il avait d’ailleurs reçu une amende pour « stup » à la garde de l’Est, le mois dernier, et s’était fait connaitre au préalable des forces de police, en janvier, pour un vol à l’étalage.

L’individu réfute toute pensée suicidaire

Concernant l’incident du 17 mai, il indique avoir eu un différent chez McDonald’s, où il était venu se restaurer et recharger son téléphone. À l’intérieur du restaurant, au premier étage, il aurait mis de la musique sur son téléphone, s’attirant des réflexions des autres consommateurs, qui lui auraient dit qu’il faisait « trop de bruit ». Un employé, probablement le vigile, lui demande alors de partir, ce que Ahmed I. refuse, avant d’être poussé dehors. Il aurait alors menacé le vigile avec son couteau ; couteau qu’il aurait trouvé par terre, dans la rue, en se rendant à la gare. Il en aurait fait finalement usage face au danger que représentait potentiellement les vigiles, puis les policiers armés. « C’est pas de ma faute, c’est la leur », a-t-il indiqué, reprochant aux policiers de l’avoir pointé avec leur arme. Ahmed I. a néanmoins reconnu les faits reprochés, mais réfuté toute pensée suicidaire (« suicide by cop ») avancée par nos confrères du Parisien.

À l’issue de sa garde à vue, une source policière indique que la justice a envisagé de condamner Ahmed I. à six mois de prison avec sursis, via une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), ce dernier ayant reconnu les faits. Cette procédure permet d’éviter un procès. Mais les magistrats ont préféré marquer le coup et le faire passer devant un tribunal. C’était sans compter les délais de la justice… Sorti libre de sa garde à vue, Ahmed I. sera convoqué le 15 novembre prochain pour être jugé, soit dans six mois après les faits. Et ce, sans aucune garantie qu’il se présente. « Nous aurions souhaité qu’il soit maintenu en détention jusqu’à son procès », tempête Yvan Assioma, du syndicat de police Alliance, qui a publié un tract pour dénoncer cette décision « totalement incompréhensible ».

Lire les commentaires (1)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :