Des jeunes filles voilées récompensées d’un Prix du civisme à Angoulême…

Scroll down to content

Iris Bridier 23 mai 2022 BOULEVARD VOLTAIRE

 

      

I

À Angoulême, l’association des membres de l’ordre national du Mérite vient de récompenser des jeunes par le prix du civisme. Une distinction qui vient saluer cette « vertu du bon citoyen », « ce supplément d’âme au service de la République et du bien commun : courage, altruisme, solidarité… ». Ainsi la Charente libre (21 mai) relate que trois projets scolaires et deux belles initiatives ont été primés samedi dernier. Parmi ces initiatives solidaires, arrivent donc en deuxième prix les Scouts et guides de France Charles de Foucauld. Leur cheftaine raconte qu’ils ont « nettoyé les rues d’Angoulême, participé à la confection et à la distribution des paniers repas par la société de Saint-Vincent-de-Paul et nettoyé les berges de Charente. »

Quant au premier prix, il a été remis à Diakonba et neuf de ses amies du collectif Stand by me. Des jeunes filles de 16 à 18 ans animées sans doute d’une grande générosité, puisqu’elles ont collecté des produits d’hygiène qu’elles ont ensuite répartis entre différentes associations (centre d’accueil de jour, centre de migrants et orphelinat en Guinée). Mais le critère du « supplément d’âme au service de la République » est pour le moins visible sur la photo qui illustre ce papier : toutes ces Angoumoisines sont voilées et certaines d’entre elles de la tête aux pieds. Un article sur ce même collectif publié il y a un an dans le même journal montrait des jeunes filles les cheveux détachés.

Le contraste est saisissant et quand bien même l’équipe ne serait pas exactement la même entre les deux photos (difficile de les reconnaitre avec le masque), les jeunes récompensées cette année affichent toutes leur religion ostensiblement. L’ordre national du Mérite explique sur son site qu’il incarne « la diversité de la société française, ses cultures, ses origines sociales ». La société française et ses cultures inclut donc le foulard qu’elles portent. Il envoie un signal de radicalité à la jeunesse. Qu’elles le portent librement ou pas, le symbole culturel, politique et idéologique est là.

Ce n’est pas anodin si Jean-Luc Mélenchon est arrivé (avec près de 32 %) devant Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle dans cette ville de Charente. Hier à Rennes ou à Grenoble, aujourd’hui à Angoulême et demain ? Foulard scout et foulard islamique : deux jeunesses d’un même pays submergé par le relativisme et le multiculturalisme. « À force de tout voir, on finit par tout supporter… À force de tout supporter, on finit par tout tolérer… A force de tout tolérer, on finit par tout accepter… À force de tout accepter, on finit par tout approuver », écrivait Saint Augustin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :