«Distribuer du pouvoir d’achat sans produire, c’est préparer un scénario grec». (A LIRE ABSOLUMENT)

Scroll down to content

Par Christian Saint Etienne

26 mai 20224. LE FIGARO

Écouter cet articlei

 00:00/ 04:58

TRIBUNE – La magie gouverne la politique française dans le domaine économique et social, s’alarme Christian Saint-Étienne professeur titulaire de la chaire d’économie au Conservatoire national des arts et métiers.

Dans cette campagne législative, les différents candidats promettent une augmentation du pouvoir d’achat. Certains s’engagent même à porter le smic à 1500 euros nets et la retraite à 60 ans. Or le pouvoir d’achat est la capacité à acheter des biens et services en contrepartie des biens et services que l’on peut soi-même vendre, y compris sous forme de travail en contrepartie d’un salaire. Si l’on ne produit rien correspondant à une demande solvable, on ne peut rien acheter.

Il y a bien sûr la hausse des prix de l’énergie et des matières premières qui exige un effort accru de productivité et des aides ciblées, notamment par les entreprises, pour les travailleurs concernés. Mais il n’y a qu’en France et au Venezuela que l’on prétend, dans l’ensemble du spectre politique, créer du pouvoir d’achat à partir du vent ou, ce qui revient au même, avec de la dépense publique à crédit.

Deux faits sont surprenants. D’une part, que les élections ne soient devenues qu’un parcours de promesses au cours du dernier demi-siècle, avec une accentuation forte depuis les 35 heures que la gauche a sorti de son chapeau en 1997. La magie gouverne désormais la politique, la pudeur est aux oubliettes, et la lucidité mise aux fers, au fond de la cale avec les rats. D’autre part, dès lors, que l’on mente avec autant de modestie, finalement! Car pourquoi pas le smic à 7000 euros nets et la retraite à 48 ans. Voire 36 ans, après tout?

La France est le seul grand pays de la zone euro à avoir un énorme déficit extérieur. L’Italie elle-même est en excédent. Or lorsque l’on a un énorme déficit extérieur, c’est que l’on produit moins que ce que l’on consomme.

Gigantesque problème d’offre

En France, le pouvoir d’achat a été mieux préservé durant le Covid que chez les autres pays européens – au prix d’un déficit public qui devient dangereux alors que l’Allemagne, qui a ravi le leadership politique et économique en Europe sous l’effet de la forte désindustrialisation française, dit déjà qu’elle va siffler la fin de la partie. Les taux d’intérêt vont remonter et la situation de nos finances publiques va rapidement s’aggraver.

La France n’a pas un problème de pouvoir d’achat et encore moins de demande, mais un gigantesque problème d’offre. Nos entreprises, harassées de charges, ne produisent plus ce que les Français veulent consommer. Même en agriculture hors boissons, nous sommes en difficulté!

Deux illusions tragiques gouvernent la France depuis cinquante ans: que la dépense publique souvent mal ciblée, qui plus est à crédit, crée de la richesse ; que les entreprises sont prospères alors que le taux de marge est nettement inférieur en France à ce qu’il est aussi bien en Europe du Nord que du Sud et dans les pays anglo-saxons. De plus, la France est le seul pays développé dans lequel la part des salaires dans la valeur ajoutée des entreprises n’a pas baissé durant les trente années de globalisation qui s’achève peut-être.

Nous avons toujours les coûts de production dans l’industrie parmi les plus élevés du monde et peut-être même au sommet mondial, comme la part des dépenses de protection sociale dans le PIB qui est au top mondial. Au cours de ces trente années, nous avons perdu la moitié de nos parts de marché dans le commerce mondial, avec une forte accélération depuis les 35 heures.

La régionalisation du commerce mondial ne nous fera pas plus de cadeau que la globalisation car notre déficit extérieur est concentré dans les échanges avec les autres pays de la zone euro.

Désindustrialisation massive

Si je suis totalement favorable au développement de la French Tech, nous crevons de penser qu’elle est la solution à notre déficit extérieur. La French Tech, c’est 1 % de l’emploi en France aujourd’hui, moins d’un millième des exportations et dix fois plus dans les importations car elle utilise des produits électroniques et des logiciels importés. Seule une réindustrialisation par création d’activités compétitives peut nous sauver.

La France n’a pas non plus un problème de redistribution du pouvoir d’achat puisque nous redistribuons plus qu’aucun autre pays au monde, qui plus est à crédit! La France a, en revanche, un énorme problème de production liée à la désindustrialisation massive depuis trente ans, de faiblesse des compétences de la population active, d’insuffisance du taux d’emploi qui exige le recul de l’âge de départ à la retraite, et plus encore un problème de gouvernement par la magie et le mensonge.

Pour distribuer du pouvoir d’achat, il faut produire, investir, innover, réduire les charges sur les heures supplémentaires. Et surtout arrêter de mentir. Sinon, nous connaîtrons bientôt un «moment Tsipras»: se faire élire sur la distribution à crédit de pouvoir d’achat, le smic à 7000 euros, la retraite à 48 ans, pour annoncer dans les trois mois de son élection, avec la remontée des taux, une crise massive de confiance et dans l’effondrement de l’économie, qu’en réalité la retraite va passer en urgence à 68 ans et les pensions de retraite baisser demain matin de 15 % car les caisses sont vides.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :