Emmanuel Macron et Pap Ndiaye : encore et toujours Marseille !

Scroll down to content

Georges Michel 2 juin 2022 BOULEVARD VOLTAIRE

 

2.3k

      

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

Ce jeudi 2 juin, Emmanuel Macron était à Marseille : à une semaine du premier tour des élections législatives, les hasards du calendrier, bien entendu… Pap Ndiaye, ministre de l’Éducation nationale, était de la virée : hasard de la diversité, sans doute, aussi. Objectif officiel de cette visite : faire la promotion de « l’école du futur ». Pour cela, ils se sont rendus à l’école maternelle et primaire Menpenti, dans le 10e arrondissement de la cité phocéenne, l’une des 59 écoles qui expérimentent un dispositif lancé en septembre dernier dans le cadre du plan baptisé en toute simplicité « Marseille en grand ». C’est donc une énième visite du Président Macron, sa « ville de cœur », comme il est convenu, désormais, de la qualifier dans la geste macronienne. Les vacances de Macron à Marseille, en 2017, Macron, fan de l’OM, Macron rencontrant, « par hasard », Jean-Luc Mélenchon dans les rues de Marseille en 2018…

Mélenchon, justement, si on en parlait. Le patron des Insoumis est arrivé en tête à Marseille au premier tour de l’élection présidentielle : 31,12 % des suffrages exprimés, contre 22,62 % pour Emmanuel Macron et 20,89 % pour Marine Le Pen. Au second tour, le candidat-Président l’a emporté avec 59,84 %, contre 40,16 % pour la candidate du Rassemblement national. Et si l’on fait un zoom sur un arrondissement des fameux quartiers nord de Marseille, le 14e par exemple, que constate-t-on ? Que Jean-Luc Mélenchon a obtenu au premier tour 49,41 %, quand Marine Le Pen totalisait 21,21 % et Emmanuel Macron 14,91 %. Au second tour, celui-ci se rattrapait avec un score plus que confortable : 60,06 %. Et l’on dit que Mélenchon est le premier opposant à Emmanuel Macron… Et si l’on compare avec l’avant-dernière élection présidentielle, on constate que dans cet arrondissement, Mélenchon a progressé, non seulement en pourcentage (23 % en 2017, presque 50 % en 2022 !), mais que, dans le même temps, il a gagné un nombre considérable d’électeurs : près de 2.000. Ce n’est pas anodin. Il se passe donc quelque chose à Marseille qui doit être de l’ordre du Grand Remplacement électoral.

Et l’on ne peut donc imaginer qu’un Emmanuel Macron, qui connaît bien sa carte électorale, ne vienne à Marseille que par pur hasard et pour son seul amour de l’OM et son plaisir à parcourir les cours de récréation. Certes, le sociologue Jean Viard, ancien conseiller municipal marseillais dans la liste de Jean-Noël Guérini et candidat LREM malheureux dans le Vaucluse aux législatives de 2017, souligne que « Marseille est une ville canaille » et que « Macron aime son côté rebelle ». La canaille devient donc tendance. Un jour viendra, peut-être, ou ce sera la racaille. D’ailleurs, ça rime.

Mais revenons au but premier de cette visite : promouvoir « l’école du futur ». Encore un mot-valise qui veut tout et rien dire. Qui ne mange pas de pain, comme on dit. Accompagné du ministre-symbole de la diversité qu’est désormais Pap Ndiaye, le message est clair. Le message est clair que la priorité, pour Emmanuel Macron, est désormais une certaine France.

Celle que l’on peut résumer dans un autre mot-valise employé par Macron pour qualifier Marseille : « ville-monde ».

On parlera peut-être, bientôt, d’une « France-monde », histoire d’habiller de jolis atours l’immigration massive et son cortège de bienfaits sociaux, sociétaux et… électoraux.

En creux, la priorité d’Emmanuel Macron ne semble pas être cette France rurale où l’on ferme des classes, comme le dénonçait, le 22 février dernier à la tribune de l’Assemblée nationale, il y a trois mois, il y a une éternité, un certain Damien Abad, alors député LR : « Votre politique de suppression des salles de classe sacrifie les départements ruraux, comme le département de l’Ain, sur l’autel d’une vision comptable de l’école. Il faut corriger cette carte scolaire ! » Une vision comptable : c’est-à-dire ? De la carte scolaire à la carte électorale…

One Reply to “Emmanuel Macron et Pap Ndiaye : encore et toujours Marseille !”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :