«Le malaise civilisationnel de la France profonde ne compte pas». A LIRE ABSOLUMENT!!!!!!

Scroll down to content

Par Yannis Ezziadi. LE FIGARO

17 JUIN 2022

Écouter cet articlei

00:00/09:13

«Voilà pourquoi, chers Nangissiens, ce que vous m'avez raconté n'a aucune importance», Yannis Ezziadi.
«Voilà pourquoi, chers Nangissiens, ce que vous m’avez raconté n’a aucune importance», Yannis Ezziadi.Idris2000/https://commons.wikimedia.org/wiki/User:Idris2000

FIGAROVOX/TRIBUNE – Yannis Ezziadi répond aux critiques qui lui ont été adressées après la publication d’un reportage dans lequel il dépeint le quotidien des habitants de Nangis, une commune de Seine-et-Marne marquée par une montée du communautarisme.

Yannis Ezziadi est comédien et auteur dans les pages cultures du magazine Causeur.


Je vais vous raconter ici la petite et terrible histoire du déni de réel.

L’histoire des chiffres contre nos yeux. Le 11 mai dernier – moi qui ne suis pas journaliste de profession mais comédien et auteur dans les pages culture du magazine Causeur–j’ai entamé un reportage de quelques jours dans le village de Nangis – au cœur de la Brie – en proie à une délinquance grandissante et à un communautarisme musulman dont nos yeux seuls suffisent à nous fournir la preuve sur un plateau.

J’y ai passé six jours pour me promener, pour regarder, discuter avec les gens et tenter de comprendre ce qui se passe, ce qu’ils ressentent. Quand je dis ils, je parle de ceux que l’on appelle les «Français de souche». Je veux savoir comment ils vivent ce «métissage» diront certains, ce «changement de peuple» diront d’autres. Mes yeux et mes oreilles ont été mes seuls outils. Mon reportage est sorti dans le numéro de juin de Causeur. Mon récit, mon constat, vous pouvez les trouver en détail dans ce reportage de huit pages intitulé Ma première Burqa. Mais si j’écris ici, c’est pour dénoncer le déni et la tentative de décrédibilisation dont j’ai été instantanément l’objet. Il semblerait que ce que j’ai vu n’existe pas, que mes yeux se trompent, que ma bouche mente.

Le 8 juin, Jean-Marc Morandini a consacré une émission à mon reportage dans laquelle il m’a invité à débattre. Entre autres face à moi, Gerald Briant, adjoint PCF au maire du 18ème arrondissement de Paris, qui dès le départ a tenté de me disqualifier. «C’est un plaidoyer pour le grand remplacement, pour la théorie complotiste du grand remplacement», clame-t-il indigné ! Ça, je m’y attendais, bien évidemment. Mais ses arguments principaux pour balayer d’un revers de main mon travail ont été la science et les chiffres ! Je ne me base pas sur la science selon lui. Ce que je ne renie pourtant pas. C’est d’ailleurs un extrait de mon propre texte qu’il cite pour appuyer son attaque: «Bien sûr, dans tout ce que vous venez de lire, rien ne repose sur des études, des calculs, des chiffres. C’est simplement le ressenti des personnes que nous avons croisées». Pour Gérald Briant, cela ne compte donc pas. Pour lui, c’est très clair, on se fiche de ce que les gens ressentent. Ce qu’il souhaite est très clair aussi: des études et des chiffres qui prouvent le contraire du ressenti d’une partie de la population, qui prouvent par de très sérieux calculs que les gens ne voient pas ce qu’ils voient. Lorsque des chiffres viennent appuyer la «théorie» d’un changement de population, ils ne l’intéressent d’ailleurs pas plus que le ressenti.

Tous, m’ont confié leur malaise dû à la sensation d’islamisation de leur ville. Pas une personne ne m’a tenu un propos raciste. Mais tous m’ont dit ne plus se sentir chez eux, se sentir dépossédés de leur village.Yannis Ezziadi

Je pense pour ma part que les chiffres sont importants, qu’ils peuvent nous servir. Mais ce travail ne relève pas de mon domaine. Mon domaine à moi, c’est la retranscription de l’expérience sensible, c’est le récit d’êtres vivants, avec leurs peurs, leurs doutes, leurs souffrances. Et c’est, à mon avis, au moins aussi important que les chiffres. Cette souffrance des êtres n’est pas mesurable par des calculs et des études. Doit-elle pour cela ne pas compter, ne pas être prise en compte, être balayée par le revers d’une main méprisante et scientifique ? Pour Gérald Briant,« ce n’est pas un travail sérieux ». Peut-être devrait-il pousser un peu plus loin sa pensée et dire que ce que les gens ressentent n’est pas sérieux. Je le répète, je n’ai fait que me promener et discuter avec quelques personnes croisées sur mon chemin. Une quarantaine. Tous, je dis bien tous, m’ont confié leur malaise dû à la sensation d’islamisation de leur ville. Pas une personne ne m’a tenu un propos raciste. Mais tous m’ont dit ne plus se sentir chez eux, se sentir dépossédés de leur village. Les témoignages à ce sujet se ressemblent tous. Suis-je tombé, par hasard, sur les quarante seules personnes de Nangis à penser cela ?

À LIRE AUSSI«Créolisation, inclusion, assimilation: comment réussir l’intégration culturelle des populations immigrées ?»

Une autre tentative de déstabilisation et de déni m’est venue ce jour-là d’un deuxième interlocuteur sur le plateau de Morandini, le conseiller de Paris du Groupe indépendant et progressiste et actuel candidat «Ensemble» aux législatives, Pierre-Yves Bournazel, qui a tenté de m’enfermer dans le piège «islam-islamisme». Il a commencé le commentaire de mon texte par une précision: la différence entre islam et islamisme, différence qu’il faut absolument faire selon lui. Comme si je faisais l’amalgame. Mais quel amalgame ? Je ne suis pas islamologue, il est vrai, et ne compte d’ailleurs pas le devenir. Ce qui est islam d’un côté et islamisme de l’autre ne m’intéresse pas. Ce à quoi je m’intéresse dans ce reportage, c’est à certaines pratiques culturelles et religieuses, à un certain mode de vie d’une partie non négligeable des personnes de confession musulmane de Nangis qui heurtent l’autre partie de la population qui ne l’est pas. Je laisserai donc le soin à Pierre-Yves Bournazel de catégoriser ces pratiques religieuses et culturelles.

Puisque le problème pour lui ne semble être que l’islamisme, je lui demande si le voile – simple et non intégral – est de l’islamisme. Il me répond que non. Je lui demande alors: «Que répondez-vous aux habitants de Nangis qui voient tous ces voiles comme autant de drapeaux islamiques plantés sur le territoire de leur ville ? Que dites-vous à tous ces gens qui trouvent que leur ville, pour cette raison, devient musulmane ?» Sa réponse : «Là aussi, distinguons l’islamisme et l’islam. Quand il y a des revendications religieuses où on veut imposer sa foi sur la loi de la République et sur le vivre ensemble, nous devons être très fermes et défendre les principes républicains […] deuxièmement, les premiers à se battre contre l’intégrisme religieux c’est souvent les mamans, les gens dans les quartiers qui veulent vivre leur foi – ou d’ailleurs parfois ils n’ont pas la foi – tranquillement et sans être sous pression. Et notre devoir c’est de les protéger ou de les émanciper». Morandini fait alors remarquer à Bournazel qu’il ne répond pas à ma question. «Mais c’est quoi la question ? Il faut dire que les musulmans sont des islamistes ?», s’exclame le candidat «Ensemble».

Bournazel ne répond évidemment pas à ma question. Lui aussi méprise complètement cette problématique du ressenti des «Français de souche» culturellement menacés par un islam d’atmosphère qui les étouffe. Il répond à cette question par un autre ressenti, celui des personnes de confessions musulmanes qui seraient, selon lui, les premières victimes. Ce sont les musulmans qui semblent l’intéresser. Peut-être est-ce moins nauséabond de s’intéresser au ressenti des «musulmans» qu’à celui des «Français de souche». Rien que le terme «Français de souche» ne met à l’aise personne. Les «de souche», circulez – ou souffrez –il n’y a rien à voir ! Voilà une fois de plus le mépris dont ils sont victimes. Une fois de plus, on ne répondra pas à leurs questions pourtant existentielles. Les Nangissiens que j’ai rencontrés ne m’ont pas parlé d’islam radical, de terrorisme ou de charia. Ils m’ont dit que la population grandissante de femmes voilées et d’hommes en djellabas, les commerces communautaires, l’implantation de la mosquée, toutes ces choses qui se voient, qui leur crèvent les yeux, sont autant de signes qui montrent que leur ville est gagnée par le communautarisme. Pas intégriste, pas djihadiste, pas Ben Ladeniste. Musulmane.

Ce qui vous dérange vient de vous, de votre cœur malade et non de délits comptabilisés dans des chiffres officiels retranchés, recoupés, analysés par la science triomphante.Yannis Ezziadi

On m’explique que ce que je rapporte dans les pages de Causeur n’a pas d’importance. Ou pire, que ce que je dis avoir vu et entendu n’existe pas. Les chiffres, les études, la science, la loi. Tout cela contre mes yeux et mes oreilles ? Tout cela contre la sensation, contre le cœur ? Lorsqu’un journaliste se rend sur un terrain de guerre afin d’interviewer la population bouleversée, on ne lui rétorque pourtant pas que son travail ne vaut rien car ce n’est que le ressenti des populations qu’il a rencontrées, et qu’il faut des chiffres, des études approfondies pour étayer son propos. C’est pourtant cette arme avec laquelle on m’attaque. Je me promène, je regarde, je discute, j’écoute ce qu’on me dit, je tente de me mettre à la place des habitants pour les comprendre. Voilà un travail qui n’est pas sérieux, qui ne vaut rien. C’est pourtant ce qu’on appelle le reportage. Se rendre sur le lieu d’un événement, récolter sur le vif des témoignages, des informations et en rendre compte dans les pages d’un journal. Mais le reportage, visiblement, n’est valable que pour certains sujets. Pour celui du malaise civilisationnel et de l’insécurité culturelle, il ne compte pas.

Voilà pourquoi, chers Nangissiens, ce que vous m’avez raconté n’a aucune importance. Voilà pourquoi un trait sera tiré sur vos paroles qui ne comptent pas. Voilà pourquoi les problèmes qui sont les vôtres ne seront pas réglés.

Ce qui vous dérange n’est pas interdit. Ce qui vous dérange vient de vous, de votre cœur malade et non de délits comptabilisés dans des chiffres officiels retranchés, recoupés, analysés par la science triomphante.

On vous l’avait pourtant dit qu’il ne fallait pas confondre l’insécurité et le sentiment d’insécurité. Il ne faut pas non plus confondre l’islamisation et le sentiment d’islamisation.

Votre ressenti n’est pas scientifique, alors soyez gentils… Gardez vos sentiments pour vous ! Et la prochaine fois, revenez avec des chiffres.

À ce moment-là, on verra ce qu’on peut faire !

*****************************************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :