Macron en Ukraine: «Temps et contretemps!»

Par Patrick Saint-Paul. LE FIGARO

16 juin 2022

Écouter cet articlei

 00:00/ 02:10

Patrick Saint-Paul. Le Figaro

L’éditorial du Figaro, par Patrick Saint-Paul.

En pleine bataille législative, le chef de l’État abandonne le front de la politique intérieure pour se projeter sur celui de la guerre russo-ukrainienne. Il fallait s’y attendre, ses détracteurs dénoncent une manœuvre chargée d’arrière-pensées politiciennes. Emmanuel Macron disait vouloir faire en Ukraine une visite «utile».Il attendait le moment opportun… En politique, comme en diplomatie, tout est affaire de temporalité. Un double constat, sur le front intérieur et en Ukraine, le «en même temps» atteint ses limites avec ce contretemps.

À découvrir

Électoralement, qu’y a-t-il à gagner à Kiev alors que les Français sont préoccupés par la flambée des prix et leur pouvoir d’achat? Jean-Luc Mélenchon dénonce un «manque de respect» du président pour les électeurs. Le chef des armées lui a répondu de Roumanie, après avoir passé en revue les troupes de l’Otan, l’accusant d’«affaiblir la France et sa sécurité» au risque deconforter ceux qui dénoncent un «mélange des genres», une «instrumentalisation». Le pari électoral sera-t-il gagnant, malgré tout? Réponse dimanche soir. Zelensky a marqué son impatience

La visite de Macron en Ukraine sera-t-elle davantage utile d’un point de vue diplomatique? Le symbole est fort! Les trois poids lourds de l’Europe se rendent au chevet d’une Ukraine en guerre: c’est une façon de lui dire qu’elle fait déjà partie de la famille. Ils sont venus adresser un message de «soutien» à Kiev «à la fois pour le présent et pour l’avenir». Mais, au-delà de la symbolique, le geste n’effacera peut-être pas, à lui seul, les réticences au sein de l’UE pour attribuer à l’Ukraine le statut de candidat à l’entrée dans l’Union… Le président ukrainien a manifesté une certaine impatience, les laissant seuls dans les ruines de la banlieue martyre d’Irpin.

Macron est un allié mal-aimé des Ukrainiens. Ils déplorent que, au lieu d’afficher sa solidarité à Irpin, début avril, après le départ des Russes et la découverte de leurs crimes, il ait appelé, en mai, à «ne pas humilier» la Russie. Les Ukrainiens voudraient bien que ce président hyperactif cesse de «macroner», une expression qui a fait une entrée fracassante dans leur lexique: parler pour ne rien dire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :