[Livre ] Quand Benoît Duteurtre assassine les vaines obsessions contemporaines

Iris Bridier 17 juin 2022 BOULEVARD VOLTAIRE

      

Cliquez pour acheter

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

Truculent et effrayant, drôle et déprimant, le lecteur ne sait plus vraiment s’il doit rire ou pleurer. Les amateurs des romans de Benoit Duteurtre retrouveront dans Dénoncez vous les uns les autres (Fayard) cette jouissante liberté de ton et se délecteront de sa plume acerbe et de son regard aiguisé sur notre société obnubilée par la sauvegarde de la planète et la lutte contre toutes les discriminations.

On y lit ainsi qu’une loi de responsabilité alimentaire « contraint les consommateurs de protéines animales à mesurer la violence de leur appétit en appliquant eux-mêmes les gestes meurtriers jusqu’alors dissimulés dans les abattoirs industriels ». Le carnassier pour assouvir son appétit devra acheter son animal vivant et le tuer lui-même. Dans le monde de Duteurtre, on privilégie « l’animation des quartiers, l’agriculture durable et le recyclable à tous les étages », au détriment du reste. Résultat : la vieille bibliothèque du XIXe siècle – plus personne ne s’intéresse aux livres à part peut-être quelques vieux S.I.N (Sans identité numérique) – est remplacée par la « Compagnie du recyclage citoyen ». La guichetière y récite son mantra : « On ne dit plus ordures mais déchets recyclables et ceux-ci doivent être impérativement triés dans des sacs transparents, non pour vous surveiller mais pour responsabiliser chacune et chacun et assurer le protocole dans le respect de la planète ». Même le bac de fumier citoyen a été pensé pour produire de l’énergie verte !

Dans ce monde que l’on espère le plus loin possible du nôtre, les wokistes sont des « fâchés », on a fermé les fontaines pour ne pas gaspiller l’eau, rebaptisé les noms de rue, le climato-scepticisme est devenu un délit susceptible de « démobiliser la population » et la protagoniste s’appelle Robert. Sa mère, précise l’auteur, était « très engagée contre les stéréotypes du genres […] A part ça, elle est gentille » !

La loi « dénoncer et protéger » a été votée et le ministre s’en félicite : « C’est un grand progrès. Les gens n’auront plus peur et sauront que dénoncer n’est pas seulement un droit, mais un devoir et un acte de courage. » Une plateforme anonyme permet de « libérer la parole » et dénoncer son prochain. Charge à la brigade rétroactive de fouiller dans vos archives, messageries et comptes internet pour établir des preuves et appuyer la parole des victimes. Le méchant réactionnaire coupable d’écocide ou de discrimination devra confesser publiquement ses péchés pour avoir le droit d’être réintégré à la société.

Et le génie de Duteurtre de démasquer dans ce monde vert merveilleux qui porte davantage attention à la nature ceux qui « semblent incapables de trouver le repos. Ils cherchent constamment de nouveaux suspects, des fautes encore cachées, des inégalités pas éradiquées… »Toute ressemblance avec une situation existante serait purement fortuite, bien sûr, puisque l’éditeur prévient, nous sommes « à mi-chemin de l’anticipation et du vaudeville », dans « une fantaisie dans un monde proche du nôtre ». Il ne reste qu’à espérer que l’auteur n’ait pas le talent visionnaire d’Orwell et que les lois tyranniques qui y sont décrites ne soient jamais votées…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :