« La France n’a aucun intérêt à défendre en Ukraine »

Scroll down to content

Pierre-Yves Rougeyron :Front populaire

ENTRETIEN. Spécialiste d’intelligence économique, Pierre-Yves Rougeyron est le président du think tank souverainiste Cercle Aristote et le directeur de publication de la revue Perspectives Libres. Nous l’avons interrogé sur les velléités bellicistes de l’Union européenne dans le dossier ukrainien.

Pierre-Yves Rougeyron : « La France n'a aucun intérêt à défendre en Ukraine »

Front populaire : Nous apprenons ce jour que l’Union européenne envisage désormais « d’entraîner et d’assister » l’armée ukrainienne. Comment cela fonctionnerait-il concrètement et jusqu’où l’implication européenne va-t-elle aller ?

Pierre-Yves Rougeyron : L’Union européenne n’a pas de compétence de cette nature dans le texte des traités mais les traités n’apportent aucune sécurité juridique aux démocraties européennes face à l’eurocratie. La méthode de lecture téléologique (soit de chercher dans l’interprétation du texte le plus d’Europe possible) des traités leur permet de faire ce qu’ils veulent. Ils ont déjà interdit des médias sans base légale, ils peuvent tirer des quelques articles de coopération militaire une justification à leur tentative de coup de force technocratique. Le problème de la violence des lâches est qu’elle est sans limite. Je n’ai aucun doute que l’impérialisme germano-bruxellois ferait la guerre jusqu’à la mort du dernier soldat français. Nous, la France, sommes maintenant co-belligérant. Nous forçons la Russie à répliquer en maintenant une stratégie de la tension puérile. La seule politique qui compte est celle des réalités, comme nous l’apprenait le Général. Or, la réalité est que l’armée ukrainienne ne sait pas manœuvrer, elle ne sait pas se battre. Elle est protégée par le renseignement satellitaire américain, mais cela ne durera pas. Donc si nous voulons sauver l’intégrité territoriale de l’Ukraine – ou du moins ce qu’il en reste –, il faut stopper cette politique de Cléon avant qu’elle revienne sur des peuples européens dont la combativité n’est plus la première qualité.

FP : Macron a appelé ce week-end les Français à « payer le prix de la liberté ». Faut-il y voir plus qu’un appel à la sobriété énergétique ?

PYR : Face à un homme qui ne s’appartient plus, l’exégèse des dires est chose complexe. Il y a en effet une préparation psychologique à la mise en rareté énergétique d’une partie de notre peuple. Il n’est pas impossible, vu la germanolâtrie délirante de Macron, qu’il coupe le courant aux Français pour nourrir les usines allemandes comme une sorte de nouvelle indemnité d’occupation. Espérons que quelqu’un mette un terme aux délires de cet homme avant qu’il ne fasse de nous un véritable belligérant. Kiev ne vaut pas une goutte du sang d’un soldat français et l’Europe, idée unificatrice de tant d’impérialismes antifrançais, a déjà suffisamment de sang sur les mains.

FP : L’Union européenne nous a été vendue comme un projet de pacification. Le fameux slogan « L’Europe, c’est la paix ». Ce slogan n’est-il qu’idéologique ou correspond-il à une forme de réalité ?

PYR : Historiquement, l’Europe et la paix entretiennent des liens mais pas ceux que les médias entendent. C’est la guerre froide, soit l’équilibre de la Terreur, qui a rendu l’Europe possible. En fait, c’est la paix qui a fait l’Europe mais l’Europe, elle, détruit la paix. Elle l’a détruit dès le début car elle repose sur la remilitarisation allemande dans le cadre de la guerre froide et la savonnette à vilains pour les anciens assassins nazis (voir les terribles portraits dressés par Éric Branca dans Le Roman des damnés, ces nazis au service des vainqueurs après 1945, Perrin, 2021).

L’Europe a continué en épousant les guerres impériales américaines (Rwanda, Irak, Libye) et allemandes (guerre de Yougoslavie). Enfin, les dégâts que l’Europe inflige à ses Etats membres tant par son impérialisme interne (le cas de la Grèce, par exemple) que par ses prétentions géopolitiques (le cas russe actuel, via le jeu stérile des sanctions/contre-sanctions, Taïwan demain) conduisent à dire que l’Europe aujourd’hui, c’est la guerre.

FP : La France a déjà aidé l’Ukraine financièrement à hauteur de 2 milliards de dollars, livré une partie de ses canons Caesar… Était-ce diplomatiquement justifié ?

PYR : Aucunement. La France n’a aucun intérêt à défendre en Ukraine. Son intérêt est la neutralisation de l’Ukraine, le gel des adhésions tant à l’UE qu’à l’OTAN avant dissolution de la première et la réorientation de la seconde, retour aux termes de l’accord de Minsk avant la définition d’une nouvelle architecture de sécurité incluant bien sur la Russie et d’autres pays comme la Turquie.

Par le comportement d’Emmanuel Macron, la France affaibli lourdement sa position envers l’ensemble du monde qui sera le monde de demain. Il faut rappeler que 82% des pays de ce monde n’ont pas pris de sanctions contre la Russie et une bonne partie approuve son action. La communauté internationale ou le G7 équivaut à un espace en déclin économique, militaire, cognitif et démographique constant.

La mondialisation se termine mais la planétisation, soit l’émergence d’une conscience mondiale, continuera. Sacrifier aux noms de valeurs à géométrie variable des biens aussi précieux que notre sûreté énergétique, que les Russes ont toujours garanti comme fournisseur même au temps de la guerre froide, est un manque de conscience patriotique et d’intelligence basique. Laisser tout les Weygand de notre armée ridiculiser notre outil de défense avec leurs rodomontades quand on a mis l’armée française en lambeaux lamine nos espoirs géopolitiques et nous prépare à de nouvelles défaites par incompréhension du monde.

Auteur

Pierre-Yves ROUGEYRONPolitologue

Publié le 24 août 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :