Charles Dor, créateur de Canto : « Les Français ne chantent quasiment plus »

Scroll down to content

Kevin Tanguy 24 septembre 2022. BOULEVARD VOLTAIRE

 4 minutes de lecture

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

Deux amis bretons ont eu une idée originale : créer une application répertoriant tous les chants traditionnels. Les fondateurs Rémi Creissels et Charles Dor rêvent de faire chanter à nouveau les Français. BV a rencontré Charles Dor pour parler de son projet haut en couleur.

Boulevard Voltaire. Comment est né Canto ?

Charles Dor. Tout commence lors d’une soirée en Bretagne. On est dans une vielle longère en pierre sans réseau téléphonique. Je suis avec deux copains, un ancien scout unitaire de France et un ancien de la marine. Eux chantent, moi j’ai quelques souvenirs en tant que scout. Je me suis dit que c’était dommage de ne pas avoir un PDF sur son téléphone avec des chants que tout le monde connaît. L’idée était là, mais il a fallu trouver un peu d’argent. En l’espace de huit mois, la première version de l’application est née. On est passé du PDF à l’application mobile.

BV. Quel est votre objectif, avec Canto ?

C. D. Chez Canto, nous avons trois piliers auxquels nous tenons. Le premier, c’est de préserver le patrimoine. Le second pilier, c’est de faire vivre ce patrimoine, cela se fait par le biais de l’événementiel. Le troisième, c’est de transmettre, en priorité dans les écoles primaires et ensuite dans les établissements pour personnes âgées. Canto est devenu un projet culturel de sauvegarde du patrimoine local, traditionnel et populaire.

BV. D’où vient votre passion pour le chant ?

C. D. Cela me vient de mes années scoutes, mais c’est surtout à l’âge de 20 ans que j’ai redécouvert le chant avec des copains. Ce patrimoine culturel a galvanisé mon enthousiasme pour créer Canto et proposer une alternative à tous les Français, dans une époque kafkaïenne.

BV. Est-ce que Canto a trouvé son public ?

C. D. Je dirais oui et non. Oui car nous avons des inscriptions tous les jours. Actuellement, Canto compte plus de 15.000 téléchargements. D’un autre côté, on n’a pas encore touché toutes nos cibles, comme les militaires ou les écoles pour les comptines. Nous voudrions, par exemple, visiter tous les ports de France pour réhabiliter les chants marins. Autrement dit, le travail est colossal.

BV. Quel est le profil des personnes qui utilisent l’application ?

C. D. Selon les statistiques, il y a autant de jeunes que de personnes plus âgées. On remarque une forte concentration de téléchargements à Paris et à Lyon, suivis de la Bretagne. J’attribue cet engouement aux habitudes de chant qui demeurent dans certains groupes constitués comme le scoutisme, les armes ou les grandes familles. Cependant, il y a des téléchargements sur toute la planète, en Australie, aux États-Unis, en Afrique noire francophone ou en Belgique.BV.

BV. Les Français chantent-ils encore ?

C. D. Non, les Français ne chantent quasiment plus, à part au stade et dans quelques régions comme dans le Sud-Ouest ou la Corse. C’est principalement dû à l’individualisme, aux écrans mais il y a aussi une gêne à chanter en public. On n’a pas besoin d’avoir de la technique pour chanter des chants populaires et traditionnels. On est là pour partager un moment ensemble.

BV. Pourquoi les Français doivent-ils se réapproprier le chant ?

C. D. Le chant parle à tout le monde car c’est le récit de la Vie, avec un V majuscule. C’est l’histoire des petites gens comme des grandes familles de la noblesse française. On y trouve des histoires joyeuses et tristes, des histoires de guerre et d’amour. Il existe des chants qui s’adressent aux enfants comme aux plus grands, aux hommes comme aux femmes, et peu importe leurs milieux sociaux.

BV. Vous organisez également des soirées afin que les gens puissent se rencontrer et chanter ensemble. Pourquoi ?

C. D. Le premier pilier de Canto, c’est de préserver le patrimoine, mais une fois qu’il est sauvegardé, il faut le faire vivre. C’est l’incarnation du projet : la communion et la joie de vivre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :