Les voisins de l’Ukraine se préparent à en annexer une partie par l’ouest et le sud-ouest, par Sergueï ANDREEV (pour info.)

Scroll down to content
  • 21 décembre 2022. COURRIER DES STRATEGES

6

ACTIONS

6

L’autre jour, le Premier ministre hongrois Viktor Orban est apparu lors d’un match de football dans une écharpe à l’image de la carte « Grande Hongrie » qui comprenait une partie de l’Ukraine. Cela s’est produit quelques jours après que le chef de l’un des partis politiques hongrois ait ouvertement exprimé le désir d’annexer la Transcarpatie ukrainienne. A en juger par ces faits, ainsi que par l’attitude négative croissante envers le régime de Kyiv (évaluations critiques dans les médias, réticence à participer à la fourniture d’armes, etc.), la Hongrie et ses politiciens non seulement ne se cachent pas, mais, au contraire, mettent l’accent de toutes les manières possibles de préparer l’annexion d’une partie de l’Ukraine. 

Cet article publié en russe par ritmeurasia.org n’engage pas la ligne éditoriale du Courrier.

Il semble que le dirigeant hongrois ait décidé de ne pas attendre la mise en œuvre de ses propres prévisions selon lesquelles les hostilités en Ukraine pourraient se poursuivre jusqu’en 2030. Par conséquent, Kyiv pourrait perdre un tiers ou la moitié du territoire.

Pologne, Roumanie: le même « foulard Orban »

Rappelons que le Premier ministre hongrois avait fait cette annonce le 18 septembre. Et presque le même jour (!), il avait été publiquement soutenu par l’ex-ministre roumain des Affaires étrangères, Andrei Marga. Celui-ci avait déclaré, lors de la présentation de son livre « Le destin de la démocratie »: « Je le dis franchement, en toute responsabilité. L’Ukraine est dans des frontières artificielles. Elle doit céder du territoire. Hongrie – Transcarpatie, Pologne – Galice, Roumanie – Bucovine et Russie – Donbass et Crimée. Ce sont des territoires d’autres pays. Sinon, il y aura conflit ».

La Pologne ne reste pas à l’écart. Sergei Naryshkin, directeur du service de renseignement extérieur de la Fédération de Russie, a déclaré l’autre jour que les États-Unis et la Pologne élaborent un plan visant à établir le contrôle de la Pologne sur ses « possessions historiques » en Ukraine.

Les Hongrois et les personnes de nationalité hongroise dans les plans d’annexion d’une partie du territoire ukrainien ne se voient pas attribuer le dernier rôle. C’est aussi la raison pour laquelle les experts font état, depuis plusieurs années, d’un ensemble de contradictions importantes entre la Hongrie et l’Ukraine au sujet des minorités nationales « magyares » en Transcarpatie. En même temps, les autorités hongroises contribuent effectivement à leur expansion et à leur renforcement. 

La Transcarpatie présente le plus faible taux de participation aux élections en Ukraine

De plus, même les structures occidentales les plus ultra-libérales le font, ce qui ne peut être suspecté de sympathie pour le nationalisme hongrois ou tout autre nationalisme, ou quelque chose comme ça. Par exemple, en 2019, la Fondation Vozrozhdeniye, affiliée à l’Open Society de D. Soros, avait organisé une étude grandeur nature des préférences sociopolitiques des habitants de Transcarpatie, dont environ 12 % ont une identité magyare. Cette zone figure régulièrement parmi les départements administratifs ayant le plus faible taux de participation aux élections à différents niveaux. Sur la base des résultats de l’étude, les experts de la Fondation avaient recommandé « d’analyser et de préparer des propositions pour impliquer autant d’Ukrainiens que possible à participer au vote ». Le document soulignait que la situation était compliquée par la présence d’une importante diaspora hongroise, qui reçoit le soutien de Budapest. Il avait également été noté que ce projet devait permettre de réduire l’influence éventuelle de la Hongrie sur les résultats des élections présidentielles et législatives en élevant le niveau de sensibilisation des citoyens et donc en augmentant le taux de participation. Le document, entre autres, indiquait déjà alors la volonté de la Hongrie « d’acquérir plus de contrôle sur le territoire où vit la plus grande communauté hongroise ».

Une sorte de réponse à ces aspirations des Hongrois a été les exercices à grande échelle organisés en décembre dernier par les forces de sécurité du régime de Kyiv pour contrer le séparatisme en Ukraine.  Dans le même temps, des documents ont été divulgués sur les réseaux, à partir desquels la principale justification des exercices a été communiquée. Il est dit que les dirigeants politiques radicaux « occidentaux » soutiennent ouvertement les mouvements séparatistes dans la région de Lviv, en Transcarpatie et dans le nord de la Bucovine. Le texte fait mentionne également de façon claire que les séparatistes sont armés, préparent des actes terroristes et veulent créer des autonomies ethniques afin de les rattacher à leur « patrie historique ».

Le sondage d’opinion de la Fondation des initiatives démocratiques, rendu public au même moment, fin 2021, montrait que plus de 41 % des Ukrainiens à l’époque considéraient déjà les actions de la Hongrie comme des préparatifs à une éventuelle occupation et annexion d’une partie du territoire ukrainien. Au début de cette année, des généraux ukrainiens – comme A. Mogilev, qui avait déclaré en janvier que la création de formations de défense territoriale « diviserait l’Ukraine en principautés » – ont commencé à sonner l’alarme. Nous soulignons que tout cela a eu lieu avant même le début de « l’opération spéciale » (NWO).

Se débarrasser des « Hongrois » en les plaçant en première ligne du front de la NWO…

Et déjà dans les premières semaines du conflit, les collectivités territoriales du district de Beregovsky (Transcarpatie)                 avaient lancé un comité d’organisation pour organiser un référendum sur l’adhésion à la Hongrie des territoires de l’Ukraine habités par des Hongrois. Dans le même temps, des militants de souche hongroise, vivant dans la région, avaient envoyé une lettre à Viktor Orban avec une demande de les protéger du « génocide », le texte contenant les phrases suivantes : « Il est tout à fait évident pour nous que les autorités ukrainiennes se livrent aux caprices et aux intérêts des néo-nazis et des radicaux de droite, restreignent pendant longtemps nos droits et humilient la dignité de la Grande Hongrie et de ses citoyens ».

À la mi-juillet, le chef du ministère hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, avait officiellement annoncé que la Hongrie était prête, par la « force des armes », à sauver et protéger les Hongrois vivant dans l’ouest de l’Ukraine. Budapest envisageait un scénario d’urgence militaire pour protéger, « en cas d’urgence en Transcarpatie ukrainienne », les 150.000 Hongrois de souche.

Au début de l’automne, on a appris que le régime de Kyiv essayait de se débarrasser de l’élément hongrois par tous les moyens. Y compris par l’envoi, vers les lieux d’opérations militaires les plus désastreux près de Kherson, de personnel militaire de nationalité hongroise, ceux de la 128e brigade d’assaut de montagne de Transcarpatie. Les Hongrois et leurs compatriotes Rusyns – recherchant également une plus grande indépendance dans l’ouest de l’ancienne RSS d’Ukraine – ont en fait été éliminés lors de la « contre-offensive » mise en œuvre à l’époque dans une zone de steppe ouverte, pris sous le feu de l’artillerie et de l’aéronautique des forces armées RF.

Hongrie et Pologne : rendez-vous à l’ancienne frontière…

C’est arrivé presque en même temps que le scandale qui a éclaté entre les départements diplomatiques de la Hongrie et de l’Ukraine à propos d’un manuel de géographie des classes de huitième des écoles hongroises. L’Ukraine, dans le manuel, est qualifiée de pays « défavorable aux Hongrois », dont la souveraineté est en cause. Le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Oleg Nikolaenko, avait vivement critiqué cet ouvrage et avait exigé que les « fausses informations » en soient supprimées. Il avait également déclaré que le 7 septembre, l’ambassadeur ukrainien s’était rendu au ministère hongrois des Affaires étrangères et avait qualifié le contenu du manuel « d’inacceptable ».

Au lieu d’écouter de tels cris de Kyiv, Budapest, au contraire, a commencé à faire des déclarations de plus en plus dures sur la réticence à soutenir, armer, etc., la partie ukrainienne pendant le NWO. Et le 11 novembre, le législateur hongrois Laszlo Torotsky a ouvertement exprimé le désir d’annexer la Transcarpatie. 

Le chef du parti hongrois « Notre patrie » a félicité la Pologne à l’occasion de la fête de l’indépendance et a souhaité qu’elle ait à nouveau une frontière commune avec la Hongrie, appelant ainsi à la révision des frontières ukrainiennes. A ce message, il avait joint une photo prise en mars 1939 près du village d’Uzhok (le territoire de l’actuelle Ukraine près de la frontière polonaise), représentant des gardes-frontières polonais et hongrois se serrant la main sur la frontière polono-hongroise formée après la prise de L’Ukraine transcarpathique par la Hongrie. 

L’homme politique hongrois avait exprimé l’espoir que les Hongrois et les Polonais s’y retrouveraient bientôt, écrivant sur Twitter : « Aujourd’hui, c’est le jour de l’indépendance de la Pologne. Que Dieu bénisse la Pologne ! Rendez-vous à la frontière commune polono-hongroise ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :