Sur les traces de Johnson : Sunak met en garde Kiev contre un cessez-le-feu

Scroll down to content

PARTAGER SUR: FacebookTwitter Linked In

Email

par Zuerst

La Grande-Bretagne se révèle une fois de plus comme une puissance belliciste inébranlable dans le conflit ukrainien, qui ne veut rien savoir d’une solution négociée. Ce sont surtout les Ukrainiens qui en paient le prix.

Le nouveau Premier ministre britannique Sunak a désormais mis en garde contre des négociations trop rapides en vue d’un cessez-le-feu. Le chef du gouvernement a déclaré que « toute demande unilatérale de cessez-le-feu de la part de la Russie est totalement insignifiante dans le contexte actuel ». La Russie se servirait d’une telle situation pour se reformer, a déclaré Sunak lundi lors d’une réunion avec les chefs d’État et de gouvernement de la Force expéditionnaire conjointe (JEF) à Riga. Tant que la Russie ne s’est pas retirée, il ne peut et ne doit pas y avoir de véritables négociations. Lors du sommet, Sunak a également appelé à de nouvelles livraisons d’armes à Kiev.

Ces derniers mois, le gouvernement britannique en particulier s’était déjà positionné comme un obstacle solide à toute solution de paix ou de négociation. L’officier de renseignement suisse, conseiller de l’OTAN et auteur de plusieurs livres, Jacques Baud, a rappelé en octobre dans une interview détaillée du portail de médias américain indépendant grayzone.com que l’Ukraine avait été activement empêchée par l’Occident de trouver une solution négociée au moins trois fois depuis le début de la guerre en février, dans deux cas par le gouvernement britannique. En mars, le Premier ministre britannique de l’époque, Boris Johnson, s’était rendu spécialement à Kiev pour faire pression sur le président ukrainien Zelensky et empêcher un accord de paix.

Lors d’une autre tentative, le président turc Erdogan a voulu jouer les médiateurs. Après s’être rendu à Kiev de manière « inattendue », Johnson a déclaré clairement lors d’une conférence de presse à Kiev : « Pas de négociations avec les Russes. Nous devons nous battre. Il n’y a pas de place pour des négociations avec les Russes ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :