Emmanuel Macron a-t-il politisé Kylian Mbappé ? 

Scroll down to content

Emmanuel Macron s’est montré compatissant dans un exhibitionnisme de mauvais aloi.

Philippe Bilger 

– 

25 décembre 2022 CAUSEUR

113 PARTAGES

Emmanuel Macron a-t-il politisé Kylian Mbappé ?
Emmanuel Macron et Kylian Mbappé, le 18/12/22 / ©Christophe Ena/AP/SIPA / AP22752038_000031

Suite à la défaite des Bleus, attendu ou non dans les vestiaires, Emmanuel Macron a débordé ostensiblement de formules de consolation pour l’équipe de France. Les démonstrations étaient telles, qu’on ne savait plus s’il s’agissait d’une ridicule mise en scène de lui-même ou d’une tentative déplacée de politisation.


Pourquoi l’omniprésence du président de la République, le soir de la finale perdue par les Bleus au Qatar, a-t-elle exaspéré plus d’un Français?

Je préfère laisser de côté le coût incroyablement dispendieux à tous points de vue de ce dernier voyage au Qatar : rien n’est trop beau ni trop cher pour la façade d’une présidence éprise de l’international, sous tous ses registres, comme autant de distractions de l’essentiel : une France qui va mal.

Pour répondre à mon interrogation initiale, et par comparaison, il suffit de se reporter à la liesse populaire place de la Concorde. Au moins 50 000 personnes acclamant Didier Deschamps et l’équipe de France, titulaires et remplaçants, comme s’ils avaient gagné… Au point de les étonner, et bien sûr de les ravir ! Le propre de cette ferveur collective est que, quasiment improvisée, elle était exclusivement consacrée à rendre hommage à ceux auxquels elle était dédiée.

Cette multitude dans le froid et l’enthousiasme était tout entière tournée vers ces footballeurs au sein desquels Kylian Mbappé était présent, avec presque une gêne et une timidité touchantes. Ces Bleus ne se rengorgeaient pas face à cette allégresse, elle les surprenait. Pas une once de comédie, de la sincérité brute et de la fidélité admirative transmises par leurs supporters.

Ce qu’on a entendu dans les vestiaires de l’équipe de France, ce qu’on a vu sur le terrain le 18 décembre était aux antipodes de cette simplicité et de ce bonheur collectif. Le narcissisme présidentiel a joué à plein.

A lire aussi: Ne nous FOOTONS pas du Monde !

Emmanuel Macron, d’une manière, au fond, condescendante et en tout cas ostentatoire, cherchait à consoler Kylian Mbappé tout entier dans sa tristesse et qui a semblé attacher plus d’importance à la tape amicale du goal argentin qu’aux démonstrations surjouées du Président. À l’évidence celui-ci cherchait à s’incorporer tout ce qu’il y avait eu de magique dans le comportement de notre sportif d’exception. Il se regardait le tenant, il s’écoutait lui parlant, il jouait au président de la République. Parce que sa place n’était pas là, il créait un malaise ; sa passion authentique du foot ne justifiait pas ces débordements de subjectivité seulement voués à l’illustrer, lui, dans ce rôle de consolateur.

Pour tout dire, il y avait presque quelque chose d’obscène dans cette représentation inopportune à cet endroit et à ce moment. Sa présence occultait l’essentiel qui était Kylian Mbappé à cet instant, son désir de solitude, le courage de retenir son émotion – dans les bras de son père plus tard il l’a libérée -, la frustration d’avoir été exceptionnel en donnant d’abord le signal du sursaut puis en marquant trois buts, plus un tir au but et d’avoir cependant échoué de si peu avec son équipe.

Que venait donc faire le président de la République, indiscret, vibrionesque, dans cette épreuve ? Il n’avait rien, en tout cas, d’un roi thaumaturge – lui – se penchant sur Achille – Mbappé – selon la comparaison ridicule faite dans un tweet par BHL égaré par un excès de culture !

On avait bien compris que la victoire l’aurait exalté au point de se croire le héros du stade. Il fallait bien que la défaite lui servît à quelque chose : à se montrer compatissant dans un exhibitionnisme de mauvais aloi.

A lire aussi: L’origine de la défaite de la France en finale

Dans les vestiaires, ce fut pire ou autre chose.

Est-il vrai que Didier Deschamps aurait demandé l’intervention du Président ? Toujours est-il qu’Emmanuel Macron, s’étant imposé ou non, s’est lancé dans un propos aux banalités volontaristes, comme s’il était non pas Président mais entraîneur après la défaite de son équipe ! Propos par ailleurs étrange, superficiellement sportif mais profondément politique voire partisan puisque toutes les phrases roboratives, laissant espérer autre chose après cet amer passé immédiat, étaient à double sens. Sans forcer le trait, elles pouvaient aussi bien le concerner lui, que les joueurs abattus mais à l’écoute.

De l’ensemble de ces prestations en ressort l’impression que le Président, après avoir averti quelques jours avant qu’il ne fallait pas politiser la Coupe du monde, n’a pas hésité à le faire, en s’invitant dans l’univers des sportifs plus qu’il n’avait été invité à le faire et en politisant lui-même, à sa manière narcissique et extravertie, Kylian Mbappé et l’équipe de France.

Il s’est servi de lui et d’elle : on n’a vu que lui.

Revenons, pour conclure, place de la Concorde le 19 décembre au soir. Rappelons-nous aussi Jacques Chirac exultant en 1998 alors qu’il ne connaissait rien au foot, avec une apparence et une sincérité qui montraient que seul l’orgueil de la France lui importait et non la vanité présidentielle.

113 PARTAGES

Tweetez14

Partagez99

Partagez

Print

Email

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :