Bayonne : un clandestin algérien condamné pour vol reste en France faute de laissez-passer délivré par l’Algérie

Scroll down to content

À Bayonne, un clandestin algérien condamné à de multiples reprises et interdit de territoire français, échappe à l’extradition faute d’un laissez-passer délivré par les autorités consulaires algériennes. 

Par 6medias2 

Publié le 2 janvier 2023 VALEURS ACTUELLES

Photo illustration Le DL /Justin MOUREZ

Photo illustration Le DL /Justin MOUREZ

Partager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

Il est de notoriété publique que les autorités françaises connaissent d’immenses difficultés pour expulser les clandestins présents sur le territoire hexagonal. Des difficultés une nouvelle fois illustrées par une récente affaire rapportée par France Bleu. À Bayonne, un clandestin algérien possédant un lourd passé judiciaire ne peut être expulsé, car l’Algérie refuse de délivrer un laissez-passer lui permettant de rentrer sur le territoire algérien.

Condamné cinq fois en deux ans pour des faits de vols et de violences, l’individu qui est sans ressources stables, sans domicile fixe, sans papiers a été placé en centre de rétention avant d’être relâché, faute de pouvoir exécuter l’obligation de quitter le territoire français. Selon France Bleu, le ressortissant algérien serait arrivé en France six ans auparavant et aurait déposé des demandes d’asile dans plusieurs pays européens qui ont toutes été refusées. La préfecture l’a placé en résidence surveillée, faute de pouvoir l’expulser.

Un taux d’éloignement en chute libre

« C’est au ministre de l’Intérieur de faire ce qu’il faut pour qu’il revienne en Algérie. Si le préfet n’arrive pas à exécuter les décisions, on arrive à ces situations-là », plaide l’ex-président de formation de jugement à la Cour nationale du droit d’asile interrogé par France Bleu. Ce dernier dénonce la « situation inhumaine » dans lequel se trouve le ressortissant algérien.

Selon l’ancien magistrat, le problème vient du fait que les autorités consulaires algériennes refusent de délivrer les laissez-passer sans lesquels leurs ressortissants, en situation irrégulière en France, ne peuvent expulsés vers l’Algérie. Malgré les discours volontaristes du gouvernement français, le nombre de laissez-passer délivré par les autorités consulaires algériennes reste très faible : 300 sur les six premiers de l’année 2022, selon Europe 1.

En 2021, le taux d’éloignement, soit le ratio entre le nombre de personnes sous « obligations de quitter le territoire » (OQTF) et le nombre de personnes effectivement expulsées, est tombé à 0,3 %, contre 18 % en 2019.

Lire les commentaires (10)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :