Renaud Girard: «Nous défendons les frontières ukrainiennes, mais pas les nôtres»

Par Renaud Girard LE FIGARO

Écouter cet article

00:00/04:46

CHRONIQUE – Le droit ne saurait exister sans s’appliquer à tous.

Il n’y a pas d’organisation humaine, de civilisation, qui puisse se passer du respect de la loi. Cela vaut pour les personnes morales, aussi bien que pour les personnes physiques. Cela vaut pour la vie internationale comme pour la vie nationale.

Dans l’ordre international, il y a une loi. Elle s’appelle la Charte des Nations unies. Tous les membres de l’Organisation l’ont librement acceptée.

En envahissant, le 24 février 2022, un pays voisin, dont elle avait librement reconnu la souveraineté en 1991, la Russie a commis une violation flagrante de la loi internationale.

La France, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, a tout normalement condamné cette invasion. Elle a ensuite appelé le président de Russie à revenir sur son acte et à retirer ses troupes d’Ukraine. Une fois qu’il eut refusé, la France décida très légitimement d’aider les Ukrainiens à défendre leurs frontières face aux envahisseurs russes. Elle leur envoya du matériel militaire et même, discrètement, quelques dizaines de formateurs. Elle fut, le 4 janvier 2023, la première nation à annoncer qu’elle livrerait des chars à l’Ukraine. Elle a été, depuis, suivie par beaucoup d’autres nations occidentales.

Mais n’est-il pas curieux que la France, si prompte à défendre les frontières ukrainiennes, fasse si peu pour défendre les siennes?

Depuis une dizaine d’années, les frontières françaises sont attaquées systématiquement par des réseaux mafieux de trafiquants, issus d’Afrique, du Moyen-Orient ou des Balkans, qui foulent aux pieds les lois françaises. Pour la plupart, ces réseaux ne sont pas nouveaux, opérant naguère dans le trafic d’armes et de drogues. Mais ils se sont reconvertis récemment dans le trafic d’êtres humains. Deux raisons à cela: à 5000 euros le passage pour chaque migrant illégal, l’activité est beaucoup plus lucrative que n’importe quel autre trafic ; bien moindres sont les risques de se faire prendre, ainsi que la pénalité si on se fait prendre. Pour un trafiquant, ce n’est ni très difficile, ni très risqué de se procurer un vaste dinghy avec un tout petit moteur, de le remplir de migrants sur une plage de la côte libyenne, de choisir un capitaine parmi eux en lui donnant un GPS et un téléphone portable, de lui dire de s’arrêter à 12 miles des côtes, là où commencent les eaux internationales, et de passer un appel SOS aux navires ONG y croisant ou aux unités de secours en mer des pays européens riverains.

À lire aussiDominique Reynié: «Choisir entre l’État-providence et l’ouverture des frontières»

L’immigration illégale est une insulte

L’immigration illégale est une insulte à toutes les personnes étrangères qui respectent les lois des pays dans lesquels elles cherchent à s’installer, qui suivent les procédures légales d’immigration, afin d’obtenir un visa en bonne et due forme, et qui choisissent un moyen de transport légal. La tolérer est aussi une insulte à la dignité humaine, car on sait avec quelle répugnante violence les trafiquants traitent leurs proies.

Le plus étonnant est que le viol de nos lois s’amplifie d’année en année et que notre État semble impuissant à inverser la tendance. Le 13 janvier 2023, Frontex a publié un chiffre qui fait froid dans le dos.«Environ 330.000 franchissements irréguliers de la frontière ont été détectés à la frontière extérieure de l’UE en 2022» , a déclaré l’agence européenne de contrôle aux frontières. C’est une augmentation de 64 % par rapport à l’année précédente!

Sur la route de la Méditerranée centrale, qui passe par la Libye, les Égyptiens, les Tunisiens et les Bangladais sont les trois principales nationalités des migrants illégaux. L’Égypte, la Tunisie et le Bangladesh sont pourtant trois pays en paix. La migration illégale est surtout une affaire masculine, les femmes représentant moins de 10 % des migrants illégaux. L’immigration illégale est presque entièrement de nature économique. On vient chercher en Europe des aides sociales et des niveaux de salaire qu’on ne trouve pas chez soi. Une fois qu’on a mis le pied sur le sol français, on invoque le droit d’asile, comme si on avait été persécuté chez soi pour avoir défendu les droits de l’homme et les valeurs de la République française. Les demandes d’asile ont bondi à plus de 130 000 en France en 2022. C’est un détournement massif du droit d’asile. Et quand les tribunaux spécialisés refusent le droit d’asile, les reboutés ne respectent pas les décisions de justice ; moins de 10 % d’entre eux sont reconduits par la police à la frontière.

Les familles ukrainiennes réfugiées ne sont pas comptabilisées par Frontex, car leur franchissement de frontière ne fut pas illégal. Il fut autorisé par le gouvernement polonais, et les entrants ont été régulièrement enregistrés à la frontière. Aucun Ukrainien ne s’est permis de pénétrer en Pologne à travers champs.

Le droit ne saurait exister sans s’appliquer à tous. L’essence de la souveraineté d’une nation est qu’elle décide qui peut ou non pénétrer chez elle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :