Toujours plus de chrétiens persécutés dans le monde

Par Jean-Marie Guénois. LE FIGARO

18 janvier 2023

Écouter cet article

00:00/05:27

Une vingtaine de fidèles ont été tués dans une attaque terroriste contre l’Église Saint-François, à Owo, au Nigeria, en juin dernier. Sunday Alamba/AP

Viols, meurtres, détention, rapts… Une association en dénombre 360 millions.

Avec régularité, l’association protestante évangélique Portes ouvertes publie un «index mondial de persécutions de chrétiens». Les Églises évangéliques s’implantent dans les pays les plus hostiles où les Églises constituées n’ont pas droit de séjour, ce qui leur donne une connaissance très affinée du terrain. La rigueur des informations qui remontent par ces réseaux a fait de cet observatoire une référence pour toutes les confessions chrétiennes. L’édition 2023, présentée mardi à Paris, marque d’ailleurs le trentième anniversaire de cette initiative. Elle offre une rétrospective très inquiétante sur la «poursuite effrénée du terrorisme islamique en Afrique», sous la forme d’un «djihadisme en pleine expansion en Afrique subsaharienne».

Dieu seul le saitNewsletter

Le dimanche

Religions, laïcité, spiritualité, à retrouver dans la lettre de Jean-Marie Guénois.Adresse e-mailS’INSCRIRE

Observation chiffrée: «En 1993, l’Afrique subsaharienne comptait un pays avec une persécution extrême, c’était la Somalie.» Et six pays avec une «forte persécution», selon la typologie typique de cet observatoire, «persécution marteau», violente, «persécution étau», pression constante sur tous les aspects de la vie quotidienne des chrétiens. «Trente ans plus tard, ils sont trois pays à persécution extrême et vingt-trois à persécution forte à très forte.» En trente ans, donc, la persécution contre les chrétiens en Afrique a été quasiment multipliée par quatre, passant de sept pays à vingt-six pays.

À lire aussiAux funérailles de Benoît XVI, «le parfum de la gratitude»

Dans ce bien sombre tableau, le Nigeria occupe la première place. L’index écrit qu’il «est depuis 2019 le premier pays où les chrétiens sont persécutés, si l’on ne prend en compte que les chiffres de la violence». À lui seul, «ce pays représente 89 % des chrétiens tués (près de 9 chrétiens tués dans le monde sur 10 ont donc trouvé la mort au Nigeria. Soit 5014 personnes) et 90 % des chrétiens kidnappés dans le monde. Il figure à la deuxième position du classement en ce qui concerne les églises attaquées, 100 en 2022». Plus précisément, «Boko Haram, Iswap, les militants Fulani (ou Peuls) et des bandes armées se rendent responsables de raids contre les villages chrétiens, de meurtres, molestations, mutilations, viols de chrétiens». Lesquels peuvent aussi «être kidnappés contre rançon (plutôt les hommes) ou pour devenir esclaves sexuels (généralement les femmes)».

«Persécution extrême» au Soudan

Par ailleurs, le Soudan, séparé du Nigeria par le Tchad, remonte dans le sinistre classement «des dix pires pays pour les chrétiens» car il est le théâtre d’une «persécution extrême». Certes, «le départ du président Omar el-Bechir, en 2019, avait été synonyme d’espoir pour les chrétiens et d’améliorations en termes de libertés religieuses (abolition de la peine de mort pour apostasie)», note le rapport, mais «le coup d’État militaire d’octobre 2021 a marqué un recul sur ces sujets: de nouveau, des chrétiens sont arrêtés par les autorités, d’autres sont traînés devant les tribunaux, la peur d’un retour de la loi islamique saisit la communauté chrétienne».

Le Mali, lui aussi, dérape: «Entre expansion djihadiste, présence de mercenaires et instabilité politique (deux coups d’État en moins d’un an), les chrétiens – parfois accusés de connivence avec l’Occident – sont soumis à une pression intense.» C’est ainsi que «sur certains territoires contrôlés par les djihadistes, les chrétiens se voient privés de l’accès à l’eau et de la possibilité de cultiver». Par conséquent, «beaucoup ont fui en raison d’attaques des djihadistes et se retrouvent dans des camps de déplacés internes». Quant aux «écoles chrétiennes, elles ont été détruites ou fermées. Des responsables musulmans ont demandé que l’ouverture d’une école soit soumise à la condition que le Coran y soit enseigné».

«Conquête de liberté»

Plus globalement, le rapport 2023 comptabilise que «près de 360 millions de chrétiens sont fortement persécutés et discriminés» dans le monde. Ce qui représente un chrétien sur sept à l’échelle de la planète. La Corée du Nord reste le pays le plus hostile pour les chrétiens ; seul l’Afghanistan lui avait ravi la première place l’an passé. Être «découvert chrétien» en Corée du Nord, signifie «camp de travail» ou «être tué sur-le-champ». Le rapport observe également un regain de «restrictions» contre les chrétiens en Chine et à Cuba, où «le gouvernement s’en prend aux responsables chrétiens qui s’expriment au nom de leur foi contre les principes communistes. S’ensuivent arrestations, amendes arbitraires, enlèvements, refus d’enregistrement des Églises, attaques physiques des forces de l’ordre…». Enfin, contrairement aux apparences, l’Inde est le premier pays en termes d’arrestations et de détentions de chrétiens, (1750 détenus chrétiens).

À lire aussi«Dites au monde ce qui nous arrive»: les chrétiens sont de plus en plus menacés dans le monde, alerte l’AED

«Le danger c’est de nous habituer. Il ne faut pas que la persécution des chrétiens devienne normale, conclut Patrick Victor, directeur de l’association Portes ouvertes. Il récuse également l’idée d’une «défaite» du christianisme face à l’islam, le communisme ou l’hindouisme: «Du point de vue du christianisme, il ne s’agit pas de conquête de territoire ni de nombre de fidèles, mais de conquête de liberté. Combien de chrétiens croient en secret en Iran, en Arabie saoudite en Afrique du Nord? Ils ne peuvent pas s’exprimer, certes, mais ils ont trouvé un message auquel ils tiennent tellement qu’ils sont prêts à risquer la prison, la torture, voire la mort. Quand ils en parlent autour d’eux, ce message transporte les cœurs. Les régimes autoritaires (islam, athéisme, hindouisme) veulent donc faire taire les chrétiens.»


À VOIR AUSSI – Islam et tolérance: débat entre Richard Malka et Rémi Brague

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :