Comment GRDF a pris 620 millions d’euros dans les poches des collectivités locales

Révélations

Par Emmanuel Lévy et Vanessa Ratignier

Publié le 19/01/2023

En 2020, la filiale d’Engie a opéré une petite jonglerie comptable lui assurant d’augmenter ses résultats. Validée par son commissaire aux comptes, le cabinet Deloitte, l’opération lui a permis de s’approprier 620 millions d’euros initialement destinés au renouvellement des réseaux de gaz qu’elle gère pour le compte des communes.

Le braquage a presque failli passer inaperçu. Il cible pourtant un bien collectif, financé par les communes depuis plus d’une bonne centaine d’années et dont ces dernières conservent la propriété : les tuyaux acheminant le gaz jusqu’à nos logements, nos écoles, nos hôpitaux, etc. « Les réseaux locaux de gaz et d’électricité pèsent respectivement près de 20 milliards et 44 milliards d’euros » confie Christian Escalier, directeur général du cabinet Michel Klopfer. Dans le cas d’Engie, délégataire de service public qui assure la gestion des réseaux de gaz avec sa filiale Gaz réseau distribution France (GRDF), ces milliards auront visiblement fini par lui tourner la tête. En 2020, à la vue et à la barbe de tout le monde, Engie a ainsi croqué 620 millions d’euros, comme le révèle Marianne.

À LIRE AUSSI : Électricité et gaz : et si on revenait aux monopoles d’État ?

Le trésor est loti dans le maquis de ses comptes, plus précisément à la ligne des provisions pour renouvellement, destinées à entretenir le réseau vieux d’une bonne centaine d’années. Il y en a, au bas mot, pour 5 milliards d’euros. À la manœuvre se trouve GRDF, la filiale d’Engie qui assure la fourniture de gaz à ses 11 millions de clients (foyers et PME) grâce à 200 000 km de tuyaux, des dizaines de milliers de robinets, connecteurs et autres branchements présents partout sur le territoire, et dont seul le groupe détient la carte. Pour s’approprier une partie du trésor, GRDF a ciblé le raccordement au réseau principal, autrement dit des millions de branchements individuels et collectifs. D’une durée de vie estimée à quarante-cinq ans, ces tuyaux-là devront désormais tenir cent ans. Le report de la date de rénovation de ces infrastructures a un avantage financier : il permet à GRDF de considérer les sommes stockées pour le renouvellement de cette tuyauterie comme… immédiatement récupérables ! Bingo ! (….)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :