ChatGPT, l’automatisme au service du politiquement correct

PUBLIÉ LE :15 FÉVRIER 2023. IVAN RIOUFOL TOUS LES ARTICLES

Le politiquement correct se produit désormais à la chaîne : la pensée automatique a trouvé son aboutissement dans ChatGPT. Ce mercredi, sur Europe 1, Sonia Mabrouk a interrogé cette intelligence artificielle, mise au point aux Etats-Unis et qui connaît un succès foudroyant (déjà 100 millions d’utilisateurs). Invitée à écrire un poème féministe, la machine, forte de 145 milliards de paramètres, a déclamé : « (…) Réclamons nos droits dans cette guerre ». Elle s’est en revanche interdite de produire un poème misogyne : « La promotion de la haine est inacceptable », a-t-elle répondu en défendant les valeurs de l’inclusion, du respect, etc. Le robot a également récité : « Il est important de célébrer la diversité des identités de genres ». Sur l’immigration : « L’immigration peut être considérée comme une chance dans de nombreux cas (…) La France est un pays d’immigration (…) ». La machine a présenté ses réponses comme « objectives et impartiales », en se refusant à des « commentaires subjectifs » sur les personnes. Bref, l’invitée a dévidé un chapelet de clichés conformes au langage médiatique dominant. Entendre ChatGPT ne fut ni plus ni moins original que les analyses aseptisées de nombreux commentateurs et responsables politiques convertis au confort intellectuel, cette paresse mentale construite sur le refus du conflit et la promotion des minorités. Reste que cet instrument d’endoctrinement, conçu pour défendre l’idéologie diversitaire dominante, fait peser sur la démocratie un risque supplémentaire d’étouffement, au regard de la crise de l’intelligence qui accable la classe élitaire.

Dans L’Opinion de ce mercredi, la politologue Chloé Morin reconnaît « l’effondrement culturel d’une bonne partie de la classe politique ».Elle est tenue pour responsable des maux de la France par 76% des sondés (contre 18% pour les médias, les syndicats ou les étrangers). Certains d’entre ces politiques n’auraient plus d’autres ambitions que de récolter toujours plus de « followers ». Dans ce contexte d’effondrement de l’esprit critique et de généralisation de la moutonnerie, la survenue de ChatGPT peut avoir des effets dévastateurs dans l’accélération de l’embrigadement. La rapidité avec laquelle les Français se sont soumis à l’Ordre sanitaire, tétanisés par la fabrique de la peur anti-Covid, a donné un aperçu des effets liberticides produits par une manipulation hygiéniste. Or le pouvoir macronien est particulièrement réceptif à la « pensée propre » portée par le consensus officiel. Il s’effraie non seulement des médias trop indépendants (Cnews et C8 sont devenues ses bêtes noires), mais aussi des éclats de voix pourtant consubstantiels aux débats parlementaires. « C’est dans les pays totalitaires que les assemblées sont parfaitement sages », faisait remarquer hier dans Libération l’ancien président de l’Assemblée, Jean-Louis Debré. Face à l’offensive ChatGPT, il devient urgent de casser les moules. Urgent de renouer avec la radicalité. Urgent d’entrer dans le lard de l’industrie des ventres mous.

La parole aux Français : replay de mercredi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :