Mathieu Bock-Côté: «La révolution religieuse de notre temps»

Par Mathieu Bock-Côté

6 avril 2023

Mathieu Bock-Côté.  LE FIGARO

CHRONIQUE – L’effondrement de la matrice anthropologique chrétienne change radicalement notre civilisation.

On ne comprendra rien aux grandes querelles de notre temps si on s’interdit d’examiner leurs soubassements religieux. Des débats entourant l’identité sexuelle, qu’on associe à la théorie du genre, à ceux touchant la fin de vie, qui tournent autour du suicide assisté, en passant par ceux qui relèvent de près ou de loin la bioéthique, tous témoignent d’un basculement anthropologique violent, on pourrait aussi parler d’une révolution. Une conception de l’homme s’efface, une autre la remplace agressivement. Une société peut difficilement permettre la cohabitation en son sein de plusieurs anthropologies, surtout si elles sont contradictoires.

À l’échelle de l’histoire, on y verra tout autant de signes de l’effondrement de la matrice anthropologique chrétienne, qui assumait la finitude de l’être humain, naissant homme ou femme, et s’inscrivant dans une filiation qu’il avait la responsabilité de poursuivre pour la suite du monde, la question des fins dernières n’étant pas appelée à se poser dans l’ici-bas, et relevant davantage de la transcendance que de l’immanence. L’existence n’est jamais intégralement maîtrisable, transparente. Elle est indissociable d’une part de mystère, que la révélation est censée dissiper, sans jamais totalement y parvenir, la naissance relevant toujours de l’émerveillement, et la mort, du scandale.

À lire aussiOlivier Bonnassies et Jacques Arnould: «La science peut-elle prouver Dieu?»

La révolution religieuse des temps présents accouche plutôt d’une anthropologie de la toute-puissance et l’illimité. La modernité est généralement perçue comme une période de sortie de la religion. On se refuse de prendre au sérieux sa dimension religieuse, qui tient essentiellement dans sa tentation démiurgique. Il ne s’agissait plus seulement d’aménager le monde, de le transformer en tenant compte de ses insurmontables contradictions, logées dans le cœur de l’homme. Il s’agissait d’en créer un nouveau, d’en fabriquer un neuf, sous le signe de la désaliénation la plus totale. L’homme parviendrait à se libérer intégralement sur cette terre, il deviendrait à lui-même son propre créateur. On trouve là la matrice du totalitarisme.

La modernité est généralement perçue comme une période de sortie de la religion. On se refuse de prendre au sérieux sa dimension religieuse, qui tient essentiellement dans sa tentation démiurgiqueMathieu Bock-Côté

On pourrait aussi parler d’un fantasme d’autoengendrement, qui s’accompagne d’une nouvelle révélation, l’être humain, pour se libérer de toutes les déterminations entravant sa liberté, revenant au magma originel, antérieur à la création, antérieur aussi à la division de l’humanité en sexes, en religions, en civilisations, en cultures et en nations pour se fabriquer lui-même à partir de sa pure volonté, devenue autoréférentielle, à travers une forme d’existentialisme fanatisé. Il décidera même de son sexe et espère parvenir à vaincre la mort, pour devenir enfin immortel, et même éternel. Avant d’y parvenir, il entend néanmoins maîtriser sa mort, et exercer sur elle une pleine souveraineté. Maître de sa naissance, il se veut maître de son dernier moment.

Transhumanisme

On n’exagérera pas en disant que la modernité a moins voulu congédier Dieu pour ramener l’homme à une taille microscopique désormais privé de sens qu’elle n’a voulu mettre l’homme à sa place, en lui promettant une forme de souveraineté universelle, censée se concrétiser par les promesses de la technique. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui le transhumanisme, qui relève moins de la science-fiction que de la prospective, la révolution entraînée par l’intelligence artificielle promettant un bouleversement intégral de la vie.

La question du corps devient ici centrale. J’ai évoqué la question de la théorie du genre. L’idée voulant que l’individu puisse choisir son identité de genre sans qu’elle ne soit déterminée par son sexe biologique montre bien que le corps est désormais traité comme une carcasse inutile, comme une technologie désuète. La vérité existentielle d’un individu serait purement virtuelle. D’ailleurs, la virtualisation intégrale de l’existence se présente comme le nouveau visage de l’émancipation. Dans l’univers virtuel, il peut renaître sous les traits qu’il souhaitera, et trouver une identité nouvelle, qu’il décrétera seule véritable. Il s’agira toutefois d’une existence fantomatique, spectrale, décharnée.

À lire aussi Luc Ferry & Michel Onfray: le transhumanisme, progrès de la civilisation ou barbarie?

Car ces anthropologies ne sont pas également vraies. La nature humaine n’est pas qu’une théorie parmi d’autres mais une donnée existentielle, qui s’est dévoilée au fil des siècles, et qu’on ne saurait congédier sans condamner l’homme à devenir étranger à lui-même. Une promesse se retourne en son contraire: l’homme tout-puissant devient absolument aliéné. Il ne sait plus vivre, il ne sait plus mourir non plus, privé des rituels qui permettaient d’apprivoiser autant que faire se peut sa propre disparition, que le christianisme avait convertir en espérance. La déchristianisation aura abouti à la déshumanisation. La révolution religieuse de notre temps condamne l’homme à la pire des aliénations et promet, sous les traits d’un faux paradis, l’enfer sur terre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :