MEMORABILIA

Ivan Rioufol:«L’indécente victimisation de l’islam radical»

Scroll down to content

Le Figaro, 24 octobre 2019.

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/ivan-rioufol-l-indecente-victimisation-de-l-islam-radical-20191024

*****************

La France saura-t-elle éviter la guerre civile? L’islam politique, que le pouvoir dit vouloir combattre dans ses implantations françaises, surjoue sa victimisation pour justifier ses ripostes.

Les islamistes sonnent la mobilisation, appuyés par leurs «collabos» humanitaristes. Tous accusent la France de semer la haine. Ils assurent que les musulmans sont «persécutés», «criminalisés» par la République. Ces mots ont été répétés, samedi à Paris, place de la République, à l’occasion d’un «rassemblement fraternel» organisé par un collectif de mères de famille des Yvelines.

La manifestation, qui a compté quelques centaines de personnes, entendait réagir à l’affaire de «la maman voilée» du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, qui a fait polémique.

Parce que le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a déclaré: «Le voile n’est pas souhaitable dans notre société», il est devenu la bête noire des militants de l’islam. «Si j’étais lui, j’éviterais de mettre les pieds dans le 93 (la Seine-Saint-Denis, NDLR)», a prévenu mardi l’humoriste Yassine Belattar, proche d’Emmanuel Macron…

 

Le mécanisme de l’intimidation est enclenché. Des appels ont été lancés auprès des musulmans pour manifester ce dimanche dans des grandes villes. La lutte contre l’«islamophobie» signe l’engagement radical: ce mot est l’étendard des séparatistes et des djihadistes. Pour eux, toute critique de l’islam relève du blasphème et du châtiment. Cette réactivité est à comparer avec l’indifférence face aux appels à se désolidariser des crimes commis au nom d’Allah.

L’idéologie salafiste a tué en France 263 personnes depuis 2012, sans revanche mimétique en retour. Quand, après les tueries islamistes de Montauban et de Toulouse en 2012, l’imam républicain Hassen Chalghoumi avait invité les musulmans à dénoncer ces attentats, moins de cent personnes avaient répondu, place de la Bastille à Paris. Le 10 octobre, seule une dizaine d’imams et moins de 50 personnes se sont retrouvées avec lui, place Saint-Michel, pour condamner les assassinats des policiers de la préfecture de Paris.

La guerre qui vient est celle du multiculturalisme

L’opinion a été invitée, par la propagande djihadiste relayée par des médias attendris, à s’apitoyer sur l’enfant blotti dans les bras de sa mère, Fatima E., après la remarque d’un élu RN sur son accoutrement, le 11 octobre. Mais les petits orphelins des quatre policiers assassinés par un islamiste, le 3 octobre, n’intéressent personne.

L’indécence des islamistes est à son comble quand ils se présentent comme les Juifs des années trente. Ce sont ces promoteurs de l’islam judéophobe qui organisent l’épuration ethnique dans leurs quartiers. Observer une telle débauche d’insanités au seul prétexte qu’une femme en hidjab s’est dite «agressée» par une réflexion donne une idée de l’envie d’en découdre chez ceux qui veulent faire plier la République à leurs lois.

Lors du dernier rassemblement parisien, une femme voilée brandissait ce panneau, aux pieds de la statue de Marianne: «Française musulmane et voilée, si je vous dérange je vous invite a quitté (sic) mon pays.»

Qu’attend l’État pour dire à ces indésirables d’aller vivre
leur charia ailleurs?

 

SIPA_00928813_000005.jpg

 

L’atmosphère n’a jamais été aussi tendue. Le pouvoir ne peut reculer d’un pouce. Il doit mettre au pas le radicalisme coranique, soutenu par une gauche fascinée par ce nouveau totalitarisme. Les bouffeurs de curés sont devenus des adulateurs d’imams. «On doit faire bloc contre le communautarisme et le radicalisme» , a redit le chef de l’État, mardi. Il est bien temps de s’inquiéter des listes communautaires qui se présenteront aux municipales, en instillant une politique musulmane.

Le programme de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) veut, selon Libération qui le présente aimablement, développer la finance islamique, le marché halal, l’enseignement de l’arabe à l’école, la lutte contre l’«islamophobie», le soutien de Gaza. Mais qui a contribué à consolider le communautarisme sinon Macron? C’est lui qui, à la veille du scrutin présidentiel, à Marseille, avait parlé des Français en ces termes: «Je vois des Arméniens, des Comoriens, des Italiens, des Algériens, des Marocains (…).» Etc. La guerre qui vient est celle du multiculturalisme.

Les plumés se rebiffent

Cet islam radical qui tempête et se dit innocent a été habitué à l’impunité. Il n’a jamais trouvé, face à lui, une République décidée à faire appliquer ses principes de laïcité ou d’égalité entre l’homme et la femme. Mais la virulence de cette idéologie obscurantiste la rend repoussante. D’autant que si ce corpus politique prend soin de montrer qu’il se désolidarise de la société, il réclame quand même son dû de l’État providence.

Ce dernier est pareil au dhimmi contraint de payer la djizia, cet impôt qui assurait jadis la protection du non-musulman en terre d’islam. Cependant, qui veut encore contribuer, par ses impôts et ses cotisations, aux allocations familiales, au logement, à la santé, à la retraite, au chômage de ceux qui crachent sur le mode de vie français? La répartition distributive, clef de voûte du modèle social, n’est plus légitime quand une contre-société se croit en légitime défense à la moindre contrariété. L’architecture sociale doit être repensée. Les plumés se rebiffent un peu partout.

En France, la poudrière est tout autant dans les banlieues que dans la ruralité

La révolte des «gilets jaunes» est partie du sentiment d’injustice d’une classe moyenne méprisée par des «élites», fascinées par la nouvelle France «populaire» des cités.

Or non seulement ce ressentiment est toujours ancré dans une partie de la société, mais il fait tache d’huile. Si l’augmentation d’une taxe sur le carburant a été l’élément déclencheur de la révolte du 17 novembre 2018, c’est l’augmentation du ticket de métro qui a mis le Chili, ces jours-ci, en état d’insurrection. C’est un projet de taxation des appels gratuits WhatsApp qui a semé la tempête au Liban. Le succès que rencontre le film Joker, avec l’admirable Joaquin Phoenix, tient notamment à sa mise en scène d’une explosion sociale suscitée par le mépris des puissants pour les plus vulnérables. En France, la poudrière est tout autant dans les banlieues que dans la ruralité.

Faiblesse de l’État

L’État saura-t-il faire bloc? La scandaleuse grève surprise des syndicats de la SNCF, vendredi dernier, a été le résultat d’un pouvoir qui, s’il sait matraquer les «gilets jaunes», s’aplatit devant la CGT autant que devant les cités «sensibles» à la susceptibilité à fleur de peau. La faiblesse de Macron est inquiétante.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :