MEMORABILIA

Faits et Gestes. Ivan Rioufol.


 
  
 Dimanche 5 septembre

Chers lecteurs, Voici quelques-unes de mes notes, non utilisées, de cette semaine: 

Lundi 30 août : Autant vous prévenir, chers lecteurs: je suis un infréquentable, un paria, un affreux. Du moins pour ceux qui ont été contaminés par la paranoïa officielle. Non seulement je refuse catégoriquement l’insupportable passe sanitaire (il m’oblige à vivre comme un citoyen déclassé), mais j’entends encore réfléchir à une possible vaccination. D’ailleurs, j’apprends ce lundi que Renaud Muselier, président de la région Paca, pourtant doublement vacciné, vient d’être testé positif après avoir été «confronté à un état grippal», comme il l’explique dans un tweet. Muselier, qui va se mettre à l’isolement, n’est pas le seul double vacciné dans ce cas. En Israël plus de 60% des patients hospitalisés ont également leur double dose. L’Islande, pays majoritairement vacciné, connaît une recrudescence de l’épidémie. Il est admis désormais que le vacciné, s’il s’évite les complications les plus graves, reste potentiellement contaminant, à 50%. Il est admis aussi que le vaccin a une efficacité limitée dans le temps. Dès lors, à quoi sert ce passe qui devait préserver un entre-soi aseptisé ? Cette mesure, qu’Olivier Véran envisageait l’autre jour de proroger après le 15 novembre, est une absurdité. Elle est heureusement dénoncée par ceux qui manifestent chaque samedi. Mais je suis abasourdi par la somme d’insultes et de bêtises qu’une «élite» se croit autorisée à leur déverser, au prétexte que ces protestataires n’auraient rien compris. Il y a, sans doute, des farfelus dans leurs rangs. Il doit y en avoir autant en face. Pour ma part, je n’ai rencontré dans ces manifs que des gens aimables, posés, soucieux de défendre leur liberté.

Mardi 31 août : Je découvre, sur Europe 1, l’écrivain français d’origine iranienne, Abnousse Shalmani. La jeune femme se présente comme une «métèque française», en reprenant la racine grecque de ce terme: qui a changé de résidence. Elle dit défendre «l’appropriation» plutôt que «l’assimilation» à la culture française, dans une démarche volontaire que je trouve assez convaincante. Surtout, Abnousse Shalmani, qui a connu le voile intégral quand elle était enfant en Iran, s’indigne du silence des néoféministes devant le sort des femmes en Afghanistan. De fait, il faut tendre l’oreille pour entendre ces militantes s’indigner du machisme des talibans. Avant elle, l’écrivain Rachel Kahn avait, dans un article paru dans le JDD , étrillé ces «décolonialistes et féministes intersectionnelles» sourdes aux appels au secours des Afghanes émancipées de la charia, qu’elles soient journalistes, juges, médecins, artistes, etc. J’observe que les quelques Françaises d’origine iranienne que je connais se sont toutes remarquablement intégrées à la culture française. Je ne doute pas que des Afghanes puissent suivre ce même parcours. La France doit-elle dès lors accueillir toutes celles qui aspirent à la liberté? Mon premier élan est de dire: oui, bien sûr! Mais alors, il faut aussi s’ouvrir à tous les demandeurs d’asile, ce qui est impensable. Choisir, au compte-gouttes? Sans doute, oui.

Mercredi 1er septembre : Sandrine Rousseau est la femme qui monte chez les Verts, qu’elle ambitionne de représenter à la présidentielle. Reçue ce matin par Sonia Mabrouk sur Europe 1 (je n’écoute pas que cette radio – voir mardi – mais l’actualité est ainsi faite), la militante écolo assume un discours agressif et opaque. «L’écoféminisme a sa source dans les luttes antinucléaires», assène-t-elle, sans que l’auditeur matinal comprenne bien ce que le nucléaire vient faire dans le féminisme. En août, Mme Rousseau avait surpris les amateurs de pensée claire en lançant: «Nous prenons, nous utilisons et nous jetons le corps des femmes (…) des précaires ( …) des racisées (…)». Les écolos adorent cette jactance, que Chateaubriand décrivait déjà chez les révolutionnaires de 1789. Grâce à l’habile Sonia Mabrouk, on comprend que son invitée est contre le voile, «vêtement sexiste», quand il est porté par les femmes en Afghanistan, mais pour ce même voile quand il est exhibé en France, car «l’émancipation ne s’impose pas par l’interdiction». Personnellement, cette aimable personne m’a laissé un léger mal de crâne.Jeudi 2 septembre : La vidéo montre Emmanuel Macron souriant, debout, tenant un cadre dans ses mains. Le président souhaite une bonne rentrée à «celles et ceux», élèves et enseignants, qui reprennent le chemin de l’école. «N’oubliez pas les gestes barrières, la fameuse chanson de McFly et Carlito», dit le président. Il montre alors la photo des deux jeunes youtubeurs qu’il avait reçus à l’Élysée et dont l’un avait fait une galipette dans les jardins du palais de la République. Puis il poursuit en disant avoir «une pensée toute particulière pour les parents et les collègues de Samuel Paty», cet enseignant décapité le 16 octobre 2020 par un djihadiste, à la sortie de son établissement scolaire de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Mais comment le président ne voit-il pas l’indécence de ce mélange des genres? Comment peut-il faire, au nom de la République, la promotion de deux rigolards? La dépolitisation du discours présidentiel, prioritairement consacré à la santé, flatte bassement une jeunesse qui ne se résume pas aux «déconnades» de McFly et Carlito. Et le «en même temps» macronien insulte, par son relativisme et sa légèreté, la mémoire tragique de ce professeur. Qui conseille Macron? L’avoir vu, à Marseille ce même jour, devoir réclamer un parapluie tandis qu’éclatait une averse durant son discours me laisse à penser que son entourage manque en tout cas d’esprit d’initiative… 

Vendredi 3 septembre : Robert Ménard fait savoir, sur les réseaux sociaux, qu’il a réussi à faire dîner ensemble, prochainement à Béziers, Marine Le Pen et Éric Zemmour. Puis on croit comprendre que Zemmour préférerait en fait un débat public. Se verront-ils malgré tout? Cette rencontre devrait être un acte politique banal. Mais la guerre de tranchées est, avec celle des ego, une catastrophe pour la politique.
Mais parlez-vous tous, bon sang !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :