[Tribune] À Saint-Chamond, les cloches de Notre-Dame se tairont pour toujours

Scroll down to content

Tribune collective 27 juin 2022 BOULEVARD VOLTAIRE

1.6k

      

Imprimer, enregistrer en PDF ou envoyer cet article

Ce soir, lundi 27 Juin 2022, au conseil municipal de Saint-Chamond dans la Loire, sera actée l’épineuse question de la désacralisation de l’église Notre-Dame de Saint-Chamond et son devenir soumis au vote dans le plus grand des flous artistiques. À cette heure, rien ne permet aux élus d’opposition de connaître les réelles intentions concernant les projets de transformation et d’aménagement. Une seule certitude, les cloches de Notre-Dame se tairont pour toujours…

« Courbe-toi, fier sicambre ! Adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré. » C’est par ces mots qu’en la cathédrale de Reims, le jour de Noël 496, saint Rémi reçut la conversion du roi Clovis et de trois mille de ses leudes qu’il baptisa, et la France avec eux, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Depuis, les preuves sont malheureusement légion que le sens s’en va du sacré qui a porté la fille aînée de l’Église sur les fonts baptismaux. Dimanche 19 juin, jour béni de la solennité de la Fête-Dieu, les paroissiens de Givors décidèrent, pour échapper à un soleil de plomb, et avec l’assentiment de leur curé qui s’en est même réjoui, d’installer dans leur église le château gonflable initialement prévu pour trôner sur le parvis, passant ainsi avec une facilité déconcertante de la messe à la kermesse… Une semaine plus tôt, alors que, pourtant, nous pensions, un peu naïvement sans doute, que la musique adoucit les mœurs, un syndicat d’enseignants s’était publiquement offusqué, au nom de la déesse laïcité, que des élèves des écoles publiques et privées de Lourdes aient été invités à chanter l’Ave verum corpus de Mozart au pied de la grotte miraculeuse. D’aucuns eussent-ils mieux préféré qu’en ces lieux retentît l’appel du muezzin ? Sûrement.

Brochant sur le tout, à quelques centaines de kilomètres de là, à Saint-Chamond, commune de 35.000 âmes, la mairie s’apprête, sur les instances de Monseigneur Sylvain Bataille, évêque de Saint-Étienne, à « approuver la demande d’adoption d’un arrêté préfectoral de désaffectation » de l’église centrale de la ville, construite au XIXe siècle, grâce à la libéralité des industriels du Gier, et consacrée en 1881 sous le vocable de Notre-Dame.

Fermé au culte depuis la Pentecôte 2004, privé des croix qui surplombaient fièrement ses flèches puis sa flèche nord, ce « monument phare de la ville », de l’aveu même de la délibération municipale, est aujourd’hui condamné à la désacralisation en vue de son aménagement en un projet culturel dont on ne sait rien, sinon qu’il devra se montrer « respectueux de son passé » et ne rien permettre « d’inconvenant ». On serait inquiet à moins.

Interrogés en 2009 sur le devenir de Notre-Dame, les Couramiauds se seraient-ils jamais doutés qu’avec la bénédiction des autorités ecclésiastiques, les choses finissent ainsi, eux qui s’étaient prononcés en faveur d’une restauration de l’édifice ? On voit mal comment certains pourraient déplorer un manque de vocation sacerdotale et religieuse tout en fermant les lieux de rencontre avec Dieu.

Quand cesserons-nous, et nos pasteurs avec nous, de nous résigner à accepter sans mot dire (maudire ?) que nos églises, nos chapelles, qui ont fait le blanc manteau de la France, disparaissent ou, pire, demeurent en façade mais soient privées de la présence réelle du Seigneur qui en constitue l’âme ? Alors que, dans le même temps, nous assistons à un bouleversement culturel que rien ne semble pouvoir freiner.

Souvenons-nous des paroles que Jean-Paul II nous adressait, en juin 1980, au Bourget : « France, fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? » Plus que jamais, il est de notre responsabilité, citoyens comme élus, de ne pas abdiquer devant les événements et de maintenir vive la flamme de l’espérance qui toujours s’avance sur le chemin cahoteux, de cette espérance dont Péguy disait qu’elle est « cette petite fille de rien du tout qui fait avancer le monde, car on ne fait jamais rien que pour ses enfants ».

Plus que jamais, il est temps de comprendre que, dans l’apparente clarté de cette aube nouvelle, se dessine, en réalité, le crépuscule de l’Occident. Serons-nous de ceux qui regarderont Rome brûler ?

Isabelle Surply, élue municipale d’opposition, et Loïc Lerate, soutiens de l’association des Amis de Notre-Dame de Saint-Chamond.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :