Jacques-Olivier Martin: «Rouler en électrique, la bonne blague…»

Par Jacques-Olivier Martin. LE FIGARO

Publié  le 12/06/2022

Écouter cet articlei

 00:00/ 04:58

«Les années qui nous mèneront à la fin de la vente de voitures thermiques neuves, en 2035, promettent d’être passionnantes.» FLEMAL/JeanLuc – stock.adobe.com

CHRONIQUE – Le développement de l’automobile électrique est clairement confronté à un double défi.

La voiture à essence ou hybride, c’est presque terminé! Après la Commission européenne, en juillet 2021, les eurodéputés viennent de voter l’arrêt de la commercialisation des motorisations thermiques neuves en 2035. Bienvenue dans le monde merveilleux de l’électrique! Qui n’a pas rêvé de s’offrir une de ces autos propres? Silence, émissions de CO2 nulles, sur le papier, la promesse est alléchante. Les pionniers de cette révolution sont de plus en plus nombreux et méritent, on ne le dit pas assez, notre plus profond respect. Car, contrairement aux jolis discours du gouvernement, des écolos et des publicitaires, la mobilité en électrique est loin d’être une sinécure pour ceux qui osent le voyage au long cours plutôt que le cabotage.

À découvrir

Un week-end de Pentecôte en électrique suffit pour s’en convaincre. Direction la Creuse, donc, depuis Paris au volant de la nouvelle Megane e-Tech, de Renault. Autonomie affichée au départ: 430 kilomètres ; distance à parcourir: 330 kilomètres. Durée annoncée du trajet: moins de quatre heures de route. C’est parti! Reprise, confort, équipements, facilité de conduite… Les premiers kilomètres sont un vrai plaisir.

C’est après Orléans que les choses commencent à se gâter. La batterie a perdu près de 50 % de son autonomie, il est temps de penser au rechargement. Arrêt dans la station de Salbris, sur l’autoroute A71. Une seule borne. C’est peu. Une jolie BMW noire a pris place devant le distributeur électrique. Le conducteur peine à démarrer sa recharge. Il avoue ne pas être certain de détenir la bonne carte de rechargement. Le paiement par carte bancaire, comme dans n’importe quelle station-service, n’est pas prévu. Chaque prestataire de bornes de recharge propose son abonnement. Ajoutons que les systèmes de paiement ne sont pas harmonisés. Certains possèdent six cartes pour être tranquille… C’est aussi cela magie de l’électrique!

À LIRE AUSSIComment bien choisir sa voiture en 2022?

À force de persévérer, le conducteur parvient à lancer la machine et nous annonce qu’il compte rester 45 minutes… C’est trop. Autant miser sur la prochaine station-service. Le silence s’installe assez vite dans l’habitacle: l’autonomie est proche de 30 %. Cette fois, il est impératif de recharger. L’écran de la voiture propose de se rendre au Lidl de Vierzon, qui offre de l’électricité verte. La borne est disponible! Quinze minutes et plusieurs tentatives sont nécessaires pour comprendre comment l’utiliser, et puis patience. Après une demi-heure, la borne s’arrête. Gain: moins de 10 %… Trop peu pour rejoindre la Creuse. Il est impératif de dénicher au plus vite une nouvelle borne, rapide de préférence.

La première station BP sur l’A20 n’est pas encore équipée en recharges. Reste à filer vers Châteauroux à 100 km/h, sans climatisation pour freiner la consommation d’électricité. La concession Kia offre deux bornes inoccupées… mais en panne. L’angoisse est maintenant à son comble. Après 4 heures et 45 minutes de route, les réserves sont minces, moins de 15 %. Silence de plomb dans la voiture. Dernier espoir: l’Auchan au sud de Châteauroux. Il disposerait d’une borne selon les informations fournies par la tablette Google de la Megane. C’est le cas, mais elle est occupée par une Tesla bleue. Pour combien de temps? Nul ne le sait. La voiture est branchée sans personne à bord. Il faut patienter.

Le nouveau monde de l’automobile

Cinquante minutes plus tard, un jeune couple arrive avec son chariot de courses, admire la nouvelle Megane, qui attire les regards et libère la place. C’est la délivrance. Après 45 minutes et 40 % de réserves, direction La Celle-Dunoise. Arrivée à 18 h 15, après plus de 7 heures d’un voyage mémorable. Le soulagement est de courte durée: le retour est prévu 36 heures plus tard… On débat déjà en famille sur le meilleur scénario pour regagner Paris en voiture électrique!

Le développement de l’automobile électrique est clairement confronté à un double défi. Le premier est le nombre de bornes. La France en compte moins de 60.000 contre un objectif de 100.000 bornes en 2020. On en est loin. Le second défi, c’est l’autonomie. Un doublement ou un triplement des capacités des batteries rapprocherait ces nouveaux véhicules des performances des voitures thermiques et permettrait les voyages au long cours moins stressant. Les années qui nous mèneront à la fin de la vente de voitures thermiques neuves, en 2035, promettent d’être passionnantes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :