MORT DE GORBATCHEV ET FIN DES EMPIRES.

RÉGIS DE CASTELNAU   8 COMMENTS

L’abondante littérature qui a suivi la mort de Mikhaïl Gorbatchev a constitué une nouvelle illustration de ce que disait le grand historien Marc Bloch à propos de l’histoire : « En vérité le proverbe chinois est sage qui énonce : les hommes ressemblent plus à leur temps qu’à leur pères ». Ajoutant que les faits historiques étaient par essence des faits psychologiques. Alors si on le comprend, les usages du passé, prétendant le clarifier, ne seraient que politiques, et la mémoire le masque de l’idéologie ? Ce que semble nous confirmer Michel Foucault selon lequel le passé nous réserverait toujours des surprises puisque que « on montre aux gens non pas ce qu’ils ont été, mais ce qu’il faut qu’il se souvienne qu’ils ont été. »

Chacun était à son poste. Le discours dominant étant celui de l’hagiographie pour un homme considéré comme étant celui qui, avec Jean-Paul II et chacun à sa façon, avait chassé le diable communiste et sauvé la planète. On en trouvait même au sein de cette cohorte pour reprendre Fukuyama annonçant la fin de l’histoire et la victoire triomphale du néo-libéralisme. Il y avait aussi ceux qui tout en saluant la victoire du camp du bien en 1991, émettaient quelques réserves au vu du bordel auquel la mondialisation est aujourd’hui confrontée. Non pas pour en faire porter une quelconque responsabilité au malheureux Gorbatchev mais pour dire que l’on n’avait pas été très efficace après la « victoire » sur le mal. Une mention particulière quand même pour les gens du faux PCF, Roussel en tête pour trouver le moyen de prendre Reagan et Thatcher par la droite. Une apostasie assez indigne qui ne leur fait pas peur quand il s’agit de conserver quelques gamelles chapardées dans l’héritage du mouvement ouvrier français dont ils trahissent sans vergogne la mémoire. Le sommet politique sera atteint avec la publication de la une de l’Huma en anglais et strictement identique à celle de Libération le journal de l’oligarque Drahi.

Il y a aussi une poignée de nostalgiques qui disent que ce n’est pas comme ça qu’il aurait fallu faire, mais que personne n’écoute.

J’ai personnellement rencontré Gorbatchev. La première rencontre s’est produite en 1987, et il incarnait encore la puissance du PCUS. Je l’avais quand même trouvé trop sensible à la flagornerie occidentale. Par la suite, j’acquis le sentiment que nous n’avions pas affaire à un homme d’État. Cette analyse s’est aggravée au fur et à mesure pour aboutir à une véritable conviction face à son attitude lors de la tentative de coup d’État d’août 1991 et la façon dont il s’était laissé humilier publiquement par Eltsine. Concernant ce dernier, on savait déjà depuis un moment et notamment lorsqu’il fut secrétaire du Parti à Moscou que l’on avait affaire à un ivrogne corrompu.

Donald Westlake détournant le « De mortuis nihil nisi bonum » latin (des morts : rien sinon le bien) disait « d’un mort, si vous ne pouvez pas en dire du mal ne dites rien ». J’ai attendu et j’aurais pu d’ailleurs m’abstenir.

Mais l’idée que j’avais envie de faire passer est la suivante : ma dernière visite en Union soviétique eut lieu en décembre 1990. J’affirme qu’en juillet 91 avant la grotesque tentative de coup d’État du début du mois d’août, personne, je dis bien personne, n’imaginait que six mois plus tard, l’empire des tsars, conservé par les bolcheviques, deuxième puissance militaire du monde allait complètement s’effondrer et disparaître corps et biens.

L’empire assyrien est mort, les empires égyptiens sont morts, l’empire romain est mort, l’empire ottoman est mort, les IIe et IIIe Reich raoust, l’Austro-Hongrois pareil, l’empire du Milieu a eu un gros coup de fatigue au XXe siècle, il n’est pas sûr que l’empire américain maître de l’Occident soit en très bonne santé. La tournure géostratégique prise par « l’opération spéciale » russe en Ukraine constitue un drôle de symptôme.

J’invite à suivre attentivement ce qui se passe actuellement aux États-Unis, sorte d’Empire romain devenu fou…

Régis de Castelnau Edit profile

Régis de Castelnau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :