MEMORABILIA

 

– En codicille à mon article précédent sur la Nouvelle-Orléans, et en regardant mon stock de photos, je ne résiste pas à la tentation de vous raconter une anecdote vécue sur place qui, à mon sens, illustre bien le caractère un peu hors du commun de cette ville.

C’était donc le 3 mars dernier, nous étions là depuis l’avant-veille et  les dieux tutélaires du football américain nous ont été favorables: ils nous ont permis de prendre un grand bain imprévu dans la foule locale et d’assister « en direct » à une manifestation de sa grande jovialité.

DSC_0461.jpg

 

La demi-finale du « Superbowl », la coupe nationale de Football Américain venait de se tenir : les « Saints », l’équipe de Nola, avaient été éliminés devant les « Rams », celle de Los Angeles et ne pourraient donc affronter en finale les « Patriots », l‘équipe de Boston. Phénoménale déception: d’autant que l’échec des « Saints » était dû à une erreur d’arbitrage, scandale qui avait fait la une de tous les journaux.

 

Or, on le sait, le « Superbowl » est aux Etats-Unis ce qu’est pour nous la Coupe de France, ou le Tournoi des Cinq Nations, ou je ne sais quoi encore, mais à l’échelle de l’Amérique: ce sont en effet 114 millions de téléspectateurs, soit un tiers de la population du pays, qui regardent en moyenne chaque année la finale du Superbowl à la télévision !…

764297-new-orleans-saints-wallpaper-2018-2048x1362-for-phone

Les habitants de « Nola », très frustrés, avaient donc décidé d’organiser une protestation (protest) contre cette injustice fooballistique, le jour même où, ignorants du « drame », nous déambulions en touristes sur Jackson Square, devant la cathédrale Saint-Louis.

Vers 14 heures, des milliers de personnes, hommes et femmes, Blancs et Noirs, de tous les âges, de toutes les conditions, tous ensemble, bras dessus, bras dessous, ont commencé à déferler sur Jackson Square à pied, en voiture, en calèche, en cyclopousse…et même en voitures de pompiers.

DSC_0485.jpg

Ils portaient tous, sous une forme ou l’autre, les couleurs (noir et or) et le symbole (la fleur de lys, un souvenir de chez nous) de leur équipe «nationale»…ainsi, bien entendu, que moult cannettes de bière et de ci, de là, quelques petits flasks de liquides à mon avis plus toniques…

Qu’allait-il se passer ? A mes questions, on répondit: « Une grande manifestation »…

Petite angoisse: en France, depuis bien des années, quand on entend parler de « manifestation », on pense pugilat, mobilier urbain massacré, arbres arrachés et voitures brulées…Je commençais à juger plus prudent de rentrer à notre hôtel.  Mais non: la foule grossissait , grossissait, une heure se passa, pas de drame, pas de sirènes, pas de police; les gens arboraient calmement des panneaux de protestation, ils scandaient de temps à autre quelques slogans à la gloire de leur équipe, mais on discutait, on riait, on dansait même sur l’esplanade…  Et puis,quand on estima que tout le monde était là, et il s’agissait de milliers de personnes, on se mit sagement en rang en chantant et, accompagnés de quelques musiciens et de quelques cuivres regroupés pour l’occasion, on partit défiler dans les rues, comme pour un carnaval.

« Car vous savez, m’expliqua un de ces sympathiques « protestataires », en me proposant une gorgée de son « flask » , ici, à New-Orleans, nous sommes capables de transformer à peu près n’importe quel évènement en une excellente raison de faire la fête…»

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il serait, certes, bien hardi de préjuger, en si peu de temps et sur la foi d’un seul évènement, de la nature profonde d’une population; nous avons néanmoins eu le sentiment d’avoir pu soulever un (tout) petit coin de voile sur l’âme profonde des Néo-Orléanais, chez qui la convivialité semble l’emporter sur d’autres considérations. Un exemple dont on peut rêver, y compris chez nous.

C’est donc sur ces images souriantes, peut être un peu optimistes mais bien réconfortantes, et qui m’ont fourni  l’occasion de quelques clichés amusants, que je souhaitais conclure définitivement mes réflexions sur New-Orleans – « Nola » et vous dire à bientôt pour la seconde partie de notre voyage, les Plantations et le Pays Cajun.

*****************************

Publicités

One Reply to “Un Dimanche à New-Orleans”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :